Quand l’insécurité à Nantes chasse des religieuses 

violence

« Il nous est apparu difficile d’envisager l’avenir dans ce climat d’insécurité. » Dimanche dernier, le 26 février, sœur Agathe et sœur Marie-Anne, bénédictines, ont fait part aux fidèles de leur paroisse de leur volonté de quitter Nantes l’été prochain. Derrière cette décision mûrement réfléchie, les deux religieuses dénoncent l’insécurité grandissante dont elles sont les victimes dans le centre-ville de Nantes.

Crachats et insultes contre les religieuses

Il fut un temps où sœur Agathe et sœur Marie-Anne faisaient la une de l’actualité – et même du JT de TF1 – pour la beauté de leur vocation, leurs voix cristallines ou leur engagement à Nantes. Mais aujourd’hui, si de nombreux médias s’intéressent à ces deux bénédictines, c’est avant tout pour aborder la question de l’insécurité nantaise. Sur leur page Facebook, les religieuses ont annoncé avec amertume la fin prochaine de leur mission à Nantes. « Le quartier Bouffay [où elles sont installées] est bien trop souvent le théâtre des déboires de notre société - de jour comme de nuit – et la vie quotidienne y est, à la longue, éprouvante », décrivent les deux moniales. En plein centre-ville de Nantes, elles se retrouvent confrontées à des incivilités quotidiennes et des menaces qui les empêchent de vivre pleinement leur vocation de prière. « Nous ne sommes pas des "franciscains du Bronx" et nous n’avons pas vocation à être agents de sécurité, même si nous avons pris quelques leçons de "self défense" », regrettent-elles. En accord avec leur communauté, elles ont donc décidé de retourner vers leur maison mère, en Champagne.

Cette décision fait suite à plusieurs mois d’alerte sur l’état sécuritaire à Nantes. Outre les dégradations aux alentours de leur paroisse, l’église Sainte-Croix, les religieuses ont souvent été prises pour cibles. En octobre dernier, leur curé dénonçait déjà, dans un bulletin paroissial, « les menaces verbales et physiques contre les sœurs pour qui crachats et insultes sont devenus monnaie courante ». Dans cette même église, en plein cœur de Nantes, en 2017, un homme avait braqué un prêtre avec une arme de poing avant de prendre la fuite. Ainsi, malgré la vigilance des forces de l’ordre, averties des tensions, la violence n’a jamais cessé.

Nantes, ville coupe-gorge

Ce que subissent les bénédictines, de nombreux Nantais le vivent également. À quelques pas de leur paroisse, un gérant de boîte de nuit partage, auprès de nos confrères d’Ouest-France, le même constat : « Les nuits nantaises sont devenues moins sûres depuis cinq-six ans, avec une violence qui se déplace entre le quartier Bouffay et le Hangar à bananes. […] Des agents ont été agressés, l’un d’eux a été menacé avec une arme. »

À l’automne dernier, un millier de Nantais, excédés par l’insécurité croissante dans leur ville, étaient descendus dans la rue pour dénoncer le laxisme de la municipalité, dirigée depuis 1989 par les socialistes. Si Johanna Rolland, élue à la tête de la cité des ducs de Bretagne depuis 2014, a embauché une soixantaine de policiers supplémentaires en septembre, la ville demeure encore sous-équipée en caméras de vidéosurveillance et la police municipale reste désarmée. Résultats : les faits divers d’agressions, de viols, de cambriolages, de fusillades ou encore de trafics de drogue se multiplient dans la presse locale.

Alors que l’édile se félicite d’une baisse des chiffres de la délinquance – « des résultats encourageants » selon un récent communiqué -, les habitants, eux, font part de leur exaspération. Sur les réseaux sociaux, nombreux sont ceux qui, à l’instar des deux religieuses, ont fait le choix de quitter Nantes pour « vivre en paix ».

Après plus de huit ans au service des Nantais, sœur Agathe et sœur Marie-Anne partent donc « le cœur lourd » mais refusent de subir plus longtemps « la montée de la violence ».

Clémence de Longraye
Clémence de Longraye
Journaliste à BV

Vos commentaires

53 commentaires

  1. Étrangement, cette haine contre les religions ne touche pas l’islam.
    Les juifs ont quitté le 93 à cause des menaces, maintenant ce sont les catholiques de Nantes qui fuient, mais jamais de musulmans.
    Pourtant le discours victimaire de ces derniers n’a pas d’égal comme le prouve la myriade d’associations qui les « défendent » (de quoi?) avec de l’argent public.
    Il ne faudrait pas longtemps à un Rouletabille ou un Nestor Burma pour en déduire que ceci explique celà.

  2. Comme dans d’autres domaines , ce sont les victimes qui doivent se faire discrète et fuir , les agresseurs sont protégés par les médias , les politiciens , au nom du politiquement correct , par peur de se faire traiter de raciste , et par peur des agresseurs et de leur communauté .

  3. quelque chose m’échappe au niveau gouvernemental j’espere qu’ils sont informés de tous les événements car il semble que personne ne bouge alors que la situation sécuritaire s’aggrave de jour en jour.Bouger un peu messieurs.

  4. Où que l’on soi, où que l’on aille, l’INSECURITE nous la subissons partout en France. Tant que ce poison n’ira pas se répandre sur le perron de l’ELYSEE ou encore ou autour des demeures de quelques uns des ELUS, rien ne changera…. Pour le moment, tout va bien pour EUX, ils sont à l’abri de cette insécurité et ne peuvent comprendre. N’oubliez pas que DUPON-MORETTI a dit un jour que c’était un « sentiment d’insécurité » que nous avions. Le mieux (s’il est courageux) serait qu’il sorte SEUL pour s’en rendre compte lui-même, et d’autres ELUS devraient en faire autant. Peut-être comprendraient-ils enfin les risques que nous encourrons et ce que nous ressentons quand nous prenons le train ou le bus pour aller travailler, voyager ou faire des provisions, ou aller au ciné ou se promener le soir après 21 h etc.. etc….

  5. C’est malheureux de le dire mais tout le monde le pense tout bas:  » il faut tirer dans le tas! « .

    • La question subsidiaire c’est qui va tirer ? Ceux qui ont rendu leur vieux fusils ? Les forces de l’ordre n’ont pas ce droit ou alors !!! Nous allons vers une guerre civile larvée, genre Liban ou Afrique du Sud. L’ennui c’est que la légitime défense avec un couteau de cuisine…alors il faut partir ?

  6. C’est comme dans l’enseignement, c’est le harcelé qui doit partir….comme les Européens doivent quitter certaines cités, celui qui ose se défendre qui passe au tribunal,

  7. Il était normal (un tant soit peu) que les chrétiens soient persécutés en terre d islam , mais en terre chrétienne cela signifies que l islam a gagné la bataille (les racailles n’ont rien a voir là dedans) et que l analyse documentée de Bat Yeor (l’Europe et le spectre du califat) est tout a fait exacte .
    Apres avoir détruit la Nation (Europe , multiculturalisme , creolisation..) et la Famille ( marriage pour tous , wokisme ..) c est la Religion qui est la cible de nos élites sataniques (pour reprendre l expression d un certain Poutine)
    Eric Zemmour parle de suicide Français mais c est de suicide Européen et meme occidental dont il est question.
    En faisant la guerre a la Russie et a la Chine ( on y vient doucement ) on se trompe d’ennemi , mais l ennemi ne peut etre nommé cela est interdit par nos lois , alors nous n avons d autre choix que d accepter de perdre cette guerre sournoise .

  8. Pour rebondir sur les propos d’une personne je ne pense pas que seuls les retraités s’insurgent contre le climat gauchisant des villes et bien au delà. Beaucoup de jeunes 30 ou 40 ans commencent à comprendre la situation et le débordement est proche. Le retournement de la table est la seule solution.

  9. A force de fermer les yeux sur tous les débordements, pour ne pas perdre les élections, voilà où nous en sommes arrivé.
    En pleine chienlit comme aurait dit le Général. Merci à messieurs les politicards véreux c’est grâce à vous si nous en sommes là .

  10. Comment expliquer que tant de villes d’importance aient élu des socialo-écolo-machins? Il serait peut-être judicieux de réformer notre suffrage universel, sans pratiquer d’excès « nausébonds », cela va de soi!

  11. Est-ce que les imams subissent les mêmes agressions (crachats, insultes, etc) que ces deux soeurs catholiques ?

  12. Il y a quelques années nous pouvions circuler à pieds dans le cartier Decré / Sainte Croix sans aucun soucis , le cartier était très agréable . Mais aujourd’hui , même de jour je n’ose plus y passer, nous avons peur , nous n’avons plus le sentiment d’être en France .
    Mais pourtant Madame le Maire nous assure que tout va bien dans sa ville .

  13. toutes les villes conquises par les socialo-écolos sont dans cet état, Strasbourg, Grenoble, Paris, Marseille, Bordeaux, Rennes, Nantes, ce sont des havres de la délinquance.

    • C’est le processus inverse qui s’est passé.
      Ce sont les villes envahies par l’immigration africaine qui ont voté écolo pendant les étranges municipales du temps du confinement.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois