Sous couvert d’éducation affective, ces associations qui déforment nos enfants

banniereFB

Pour ces trois associations militantes, l’État n’en fait pas encore assez. Pour preuve, « 83 % des filles de 3e et de 4e ne connaissent pas la fonction du clitoris », déclare le Planning familial. Mais à quoi sert l’école ? Réunies sous la bannière « CAS D'ÉCOLE - L’État ne fait pas ses devoirs », Sidaction, SOS Homophobie et le Planning familial ont ainsi saisi, ce 2 mars, le tribunal administratif de Paris, demandant l’application pleine et entière de la loi Aubry de 2001, réaffirmée en 2018 par la circulaire Schiappa. En cause, les carences de l’Éducation nationale à proposer les trois séances obligatoires d’éducation à la sexualité par an et par niveau, dès le plus jeune âge. Après avoir reçu une mise en demeure le 21 octobre 2022, Pap Ndiaye leur avait répondu ne pas pouvoir garantir la mise en œuvre effective de ces séances, faute de moyens.

Déconstruction des stéréotypes

Si l’éducation affective et sexuelle est nécessaire à la formation intégrale du jeune et lui permet d’identifier ses aspirations profondes, l’enjeu réside bien évidemment dans les valeurs véhiculées par l’intervenant. De plus, l’affirmation de la différence sexuelle est désormais contestée par la théorie du genre libérant l’individu de son sexe biologique au profit d’une construction sociale. Or, depuis 2003, « évolution des mentalités » oblige, les textes demandent d’aller au-delà des simples connaissances biologiques et d’intégrer « tout autant, sinon plus, une réflexion sur les dimensions psychologiques, affectives, sociales, culturelles et éthiques » (circulaire n° 2003-027 du 17 février 2003). Une aubaine pour tous les activistes libertaires ; la voie est libre pour non pas éduquer à la responsabilité mais plutôt « déconstruire les stéréotypes et les idées reçues qui forment le terreau des LGBTIphobies, particulièrement à l’école », explique SOS Homophobie. Même enjeu pour le Planning familial, qui annonce vouloir « interroger les rapports sociaux de sexe, la hiérarchie entre les sexualités, les normes et les tabous », ce qui permet « d’ouvrir le champ des possibles ». N’attendez pas de ces séances qu’elles aident le jeune à construire son identité, puisque ces animations permettent « aux participant·es d’identifier les rôles genrés » (SOS Homophobie). Et en guise d’éducation au respect, on les initiera aux « rapports de pouvoir qui sont à l’origine de violences sexistes et sexuelles ou de discriminations ». De bons petits wokistes en perspective...

« Une éducation à la sexualité, oui, mais une éducation à la sexualité inclusive »

Une séance type de cet endoctrinement proposé par SOS Homophobie et permis par la loi commence par un rappel des principales définitions : sexisme, racisme, LGBTIphobies, puis la diffusion d’un film pédagogique, suivie non pas d’un débat mais d’« échanges interactifs avec les élèves pour déconstruire les principales idées reçues ». Il ne fait pas bon manifester son pluralisme d’opinion. S’ensuivent des rappels de la législation relative à l'orientation sexuelle et à l'identité de genre ainsi qu'aux droits des personnes LGBTI. Enfin, avant de conclure cette séance fort (dé)constructive : une distribution de « petits papiers blancs » pour permettre à chaque élève de poser des questions de façon anonyme, suivie d’une réponse des « intervenant·es » et, à nouveau décidément, déconstruction des stéréotypes. Quant au Planning familial, il insiste sur la nécessité de former les éducateurs pour éviter de « contribuer à reproduire un système binaire ». Autrement dit, de ne pas oublier ces sujets qui « font partie de la réalité des jeunes » : homo ou bisexualité, asexualité, transidentité et questionnements autour de l’identité de genre, polyamour… Quel élève osera, dans ces conditions, élever une voix divergente sans craindre d'être moqué, dénoncé ou effacé par les tenants redoutables de la cancel culture ambiante ? Quelle place reste-t-il au milieu de cet enseignement pour l’hétérosexualité, la pudeur, l’affirmation de son identité sexuelle, l’émerveillement devant l’altérité ou la fidélité ? Parents, soyez vigilants...

Iris Bridier
Iris Bridier
Journaliste à BV

Vos commentaires

30 commentaires

  1. Il fut un temps où l’éducation sexuelle était incluse dans l’éducation parentale la mère pour les filles et le père pour les garçons. Cette « éducation » était le cas échéant souvent complétée voir peaufinée par le médecin de famille.

  2. Pudeur, émerveillement, fidélité…des mots d’un autre âge qui faisaient rêver les vieux!
    Quant au clitoris, il est urgent d’apprendre ( notamment à certains de nos amis africains ) son importance, au même titre que la verge, nos petits étant si naïfs…et encore trop souvent sous l’influence de parents attardés!
    Pauvres gosses, nous leur préparons un bel avenir.

  3. Article 1 Aucun financements ou financements publique ne doit être alloué à de tels associations de détraqués. Mon argent ne doit pas servir de tels indicidus qui colportes de tels inepties.
    Article 2 interdiction d’enseignements dans les systèmes scolaires d’enseignements de pratiques de déviations sexuelles et de pratiques de détraqués.
    Article 3 abrogations de toutes les lois de déviants sexuels misent en places via et en particulier la gauche et les socialistes.
    Article 4 sanctions financières et de prisons à l’encontre des individus qui promeuvent publiquements leurs pratiques déviantes et décadentes auprés d’enfants mineurs. L’éducation sexuelle reléve du privé et des parents et non de tels individus.

    Conclusion : notre société est entrée en totale décadence tout comme l’a été la civiilisations romaine et c’est bien ce qui se passe et ce qui va nous arriver. Ce d’autant plus que tout comme les romains nous avons laissés entré et s’implanter chez nous des religions et des civilisations qui supplanteront la notre que nous ne défendons pas. Rome avait sa religion la mythologie et les romains en décadence se sont fait supplantés par celle du christianisme venue avec des étranger structrés et non décadents. Cela devrait nous faire réfléchrir non ?

    • Ce que vous dénommez décadence serait plutôt, à mon humble avis, l’une des nombreuses  facettes de la «formation » des futurs esclaves qui serviront leurs maîtres.

    • Et leur communiquer la véritable histoire de l’humanité, tant sur le plan médical, technologique, artistique, agricole etc… , afin qu’ils sachent d’où ils viennent, où ils vont et comment ils peuvent ils peuvent y parvenir.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois