C’est son filon. Roussel met à nouveau les pieds dans le plat. Avec la « bonne viande », il avait ulcéré ses « amis » écologistes wokistes pour lesquels faire frire un steak reste un péché grave à la religion planétaire. En stigmatisant les abuseurs d’allocations chômage, propos réitérés crânement ce lundi matin 12 septembre, à l’antenne de Sud Radio, il souligne le déni de réalité dont se drape nuit et jour le parti de Mélenchon. Pour les sectateurs de la NUPES, Roussel est un traitre. Ils ont raison. Roussel trahit les ambiguïtés de la NUPES au sens où il les révèle.

Le leader communiste dévoile les tartuffes, les idéologues déconnectés et dangereux, les intellectuels fatigués, les citadins hors-sol, les tartarins de meetings à la manière de Mélenchon. Il lui suffit, pour cela, de toucher du doigt le réel, de parler de ce qu’il appelle « la gauche des allocations ». Cette gauche de l’assistanat qui réclame, dans un réflexe pavlovien, les aides de l’État, pesant encore davantage sur les Français qui travaillent durement pour gagner un SMIC mensuel. Des Français qui ont voté communiste, puis socialiste, puis Sarkozy qui avait promis de revaloriser le travail, puis Le Pen. Ces ouvriers furieux de contempler à leur porte cette France fainéante et impudente, qui vit mieux qu’eux, Roussel rêve de les faire revenir au bercail marxiste.

Il l’a répété, ce lundi matin, au micro de Jean-Jacques Bourdin : pour lui, les allocations chômage doivent disparaître ! Ce qu’il veut, c’est un travail, un bon, un vrai ! Comment lui donner tort ? « Notre objectif, c'est d'être ambitieux pour nos enfants et pour notre pays », s’emballe Roussel. Il veut « redonner du sens au travail, du bonheur pour ceux qui vont travailler ». Il accuse la droite d’avoir abîmé le travail et créé « une armée de chômeurs ». Comment le nier ? Il oublie simplement d’y associer la gauche depuis Mitterrand et jusqu’à Macron en passant par Hollande…

La valeur travail ? Stupeur et tremblements à gauche ! Les bandelettes du PS ont bougé dans leur sarcophage. Les vrais-faux révolutionnaires fonctionnarisés de la NUPES ont manifesté leur gêne en tortillant leurs mots et leurs réactions. Embarras chez François Ruffin qui vient justement de publier un livre sur la valeur travail. Emberlifications chez Mathilde Panot.

On ne touche pas au tabou. Les salariés au chômage sont des pauvres dans le besoin, rappellent nos bonnes consciences de la NUPES. Tous ! Le travail, c’est l’exploitation par les patrons. Le chômage reste un droit. Le reste (le poids insupportable de l’immigration incontrôlée sur notre système social, chômage compris, la France, le poids des cotisations sur nos performances, etc.), on s’en fiche.

Au fond, la poussière soulevée par les propos de Roussel révèle merveilleusement deux stratégies opposées.

Le PC de Roussel a choisi de parler aux ouvriers, souvent des Français de souche qui peinent à joindre les deux bouts, passés en gros bataillons au Rassemblement national. Roussel a compris à quel point le progressisme infini de la gauche woke ballottée entre mille groupes de pression de plus en plus déconnectés du réel et des Français est délétère pour la gauche elle-même. Mélenchon se fiche bien de l’ouvrier. Lui s’adresse aux bobos des villes, riches, écolos, intellos et mondialisés et aux islamisées. Les bobos woke n’ont pas de souci de chômage. Les banlieues islamisées vivent largement de ces allocations. En Seine-Saint-Denis, le chômage est plus élevé que la moyenne française (plus de 10 % en 2021).

En clair, Mélenchon parle à ceux pour qui la France n’est plus qu’une vache à lait : mondialistes, wokistes ou de culture étrangère. Roussel tente de récupérer les autres, ceux qui ont le culot de vouloir vivre en Français en France, qui travaillent et méprisent les idéologies folles des universitaires façon Sandrine Rousseau. La gauche work. Mais ceux-là ont fui le vote rouge ou rose à toutes jambes et ne sont pas près de revenir sur leurs pas.

4942 vues

12 septembre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

23 commentaires

  1. L’événement est assez rare pour être marqué d’une pierre blanche et gardé dans les annales: je suis d’accord avec un communiste! Ca ne m’était pas arrivé depuis que G. Marchais demandait qu’on arrête l’immigration!

    1. Même remarque … J’aime les communistes comme Roussel … à ceci près qu’il est un tantinet islamo-gauchiste … Mais peut-être arriverait-on à lui faire comprendre le danger de l’immigration incontrôlée …

  2. Il m’est souvent arrivé de discuter longuement avec des communistes sincères. Jamais plus de cinq minutes avec d’autres gens de « gauche », lesquels, à bout d’arguments, éludaient en concluant par le sempiternel: « tu n’es qu’un facho »…

  3. Je me trompe, ou S ROUSSEL représente l’aile qui manque au RN, voire même à RECONQUETE…?
    Au passage, bravo à l’auteur pour les « sectateurs de la NUPES »!

  4. Non. Fabien Roussel reprend la rhétorique de la droite.

    Pour permettre aux Français d’avoir des emplois bien payés, la gauche doit appeler à sortir de l’union européenne et de l’euro mais elle ne veut pas.

  5. Roussel, celui qui ignore les ordres macroniens d’oublier l’abondance, en se faisant photographier devant un énorme plateau de fruits de mer…
    À la fête de l’humanité !

  6. Après çà:
     »Roussel tente de récupérer les autres, ceux qui ont le culot de vouloir vivre en Français en France, qui travaillent et méprisent les idéologies folles des universitaires façon Sandrine Rousseau. La gauche woke »
    Il fut parti marier deux homos !

  7. Ce garçon est sympathique en diable, dommage qu’il soit communiste ! Marchais, sort de ce corps ! En attendant j’attends avec impatience le jour où, à l’instar de son prédécesseur, il dira benoîtement qu’il faut interdire l’immigration puisqu’il y a du chômage en France ! Mélanchon va l’excommunier…

  8. Mélenchon n’a jamais fait le plein chez les ouvriers . Comme tous les trotskystes qui s’insèrent partout dans la société sans avoir une certaine légitimité populaire. C’est vrai qu’avec des Jospin ou des Julien Dray c’était pas gagné . Mélenchon est venu faire son marché dans les manifs syndicales avec son costume de sénateur , mais il ne passait pas . C’est pour cela qu’il est contraint aujourd’hui de recentrer son ciblage électoral vers les banlieues islamisées !

  9. On ne peut qu’applaudir à la prise de conscience de monsieur Roussel. Mais cela génère une question : qu’est-ce que le Parti Communiste qu’il représente fait encore au sein de la NUPES dirigée par monsieur Mélenchon dont les idées et les discours sont à l’opposé. S’il’avait tenu ces propos plus tôt et refusé de se rendre invisible dans ce rassemblement hâtivement bricolé par LFI, le PC aurait eu d’autres résultats aux législatives.

  10. Ce dont j’ai peur c’est qu’une guerre organisée par l’oligarchie soit leur solution à tous les dérèglements actuels. Depuis le prétexte du COVID, les dirigeants préparent les peuples à accepter voir même a souhaiter la guerre. La question est QUAND.
    Quelle honte ! J’espère me tromper.

  11. Ils ont tous des gros revenus et de grandes gueules tous ces payés quoi qu’il arrive et assistés par la République. Quant à Mélenchon ce n’est qu’un voyous de la pire espèce avec ses revenus largement au-dessus de la moyenne. Il devrait être en prison pour incitation à la haine.

  12. Je vais vous parler d’un exemple que je connais bien: le mien …
    Après 40 ans d’emplois divers et variés, j’ai perdu mon emploi. Dans le domaine de « l’électromécanique », je n’ai plus d’habilitation CACES et uniquement 3 habilitations électriques. je me suis entendu dire lors de 2 entretiens « d’embauche » ceci:
    3vous avez obtenu votre BEP Electromécanique en 1982 donc vous admettrez facilement que votre diplôme est très loin des contenus de ce BEP passé en 2022 et compte tenu de votre âge, nous ne donnerons pas suite au processus d’embauche car vous n’avez pas les CACES … Trois jours plus tard, c’est pour un « contrat aidé » que j’étais sur le grill de la DRH. Là ce fut tout le contraire: « vous êtes diplômé, vous n’avez pas de difficulté de mobilité, vous n’avez pas un handicap reconnu, vous êtes propriétaire donc vous n’êtes « si éloigné que ça du monde du travail donc vous n’êtes pas éligible à un contrat aidé … Voilà MA réalité et celle de nombreux français qui voient des nombreux « candidats à l’insertion/inclusion/intégration » venant de très loin de la France leur passer devant dans de nombreuses situations …
    Si roussel a quelque peu raison dans ses propos alors qu’il fasse en sorte que la « souveraineté/priorité » du travail soit POUR les français ! Concernant mélanchon il n’y a plus rien à attendre de ce « politicard » qui doit avoir des cloques aux mains qui ne sont pas dûes aux « dur labeur » de ses journées de « sangsue politique » …
    Plus jamais je ne donnerai ma voix élective à un candidat « de gauche » …

    1. Combien sont dans votre cas. Melenchon, qui fait largement partie des Français les plus aisés, n’a jamais vécu que de politique. Il a tout fait : sénateur, maire, député, député européen. A chaque fois, les salaires mirobolants versés par l’Etat à ces sangsues lui ont permis d’arrondir son pécule et se constituer une retraite plus que confortable. Les Français, il n’en rien à faire. Pour lui, ils sont tout juste bons à lui payer ses rentes. Et comme ces Français qui pensent ne votent plus pour lui, il va flatter les migrants pour leurs voix. Il n’a aucune décence.

    2. Courage… je me reconnais bien dans votre parcours ! j’ai galéré les dix dernières années de vie « active » pour arriver à la retraite, en 2009. J’en ai entendu des réponses, comme les vôtres et même des pires. Pour finir, j’ai vivoté en autoentrepreneur. J’avais crié victoire en mai 1981 ! il ne m’aura pas fallu une décennie pour comprendre mon erreur. Depuis, rien de nouveau sous le ciel de France, sauf l’espoir d’avril 2022. A suivre ! en attendant je vous souhaite de tenir bon.
      Euhhh, à l’attention de ceux qui n’ont pas tout compris : j’ai travaillé et cotisé aux caisses de chômage durant plus de 40 ans et j’ai été content de « profiter » de 4 années d’indemnités chômage quand les entreprises ne voulaient pas embaucher un « vieux »

      1. Merci pour votre « soutien » … j’en ai eu de sacrées aussi en terme de « recrutement » … mais aussi des « drôles »: par rapport à mon prénom, mon lieu de vie, ma date de naissance/astrologie … j’en passe et des meilleurs …
        Depuis bien longtemps, « on ne nous dit pas tout … » . Alors à nous, les « sans dents » de se mobiliser pour notre bien personnel et éventuellement « le bien de la France » pour ceux qui ont un restant d’âme … Les « rosbifs » sont en train de nous donner un exemple de ce que veut dire « nation/tradition/souveraineté » avec leur rite royaliste …
        Pour les « incultes: royauté ne veut pas dire souveraineté …

    3. Voilà le mal de notre époque en matière d’emploi: il faut remplir des cases… J’ai été surpris par contre de voir des entreprises – lasses de trouver de candidats valables – embaucher à l’essai des « sans CV »!
      Voici donc que les compétences réelles passeraient avant la vitrine prétypée du CV copié-collé…!

    4. Le 10 mai 81 je votais Mitterand ,le 11 on nous annonçait que des communistes occuperaient des postes ministériels,je devenais membre de l’opposition,jusqu’au bout j’ai cru que tonton utilisait le PCF afin d’obtenir des voix mais que le programme commun n’irait pas plus loin.
      81 c’était encore le bolchévisme en URRS et dans les pays satellites,nous avions un pape Polonais,les choses semblaient enfin bouger,nous déposions des fleurs et des luminions devant l’ambassade de Pologne près des Invalides.
      41 ans plus tard je me retrouve dans les paroles du secrétaire général du parti communiste ,du travail en priorité pour les français,je ne voterai jamais pour le pc ,mais j’ai rapidement compris ce qu’est le socialisme à la française,un parti de bobos qui a plongé les deux mains dans l’argent de la nation.
      Un parti qui a donné naissance au macronisme qui ratisse large dans les rangs de toutes les mouvances politiques,et qui continue la politique du grand remplacement,de l’islamisation de notre pays et de la soumission à Washington ,via Bruxelles qui nous enseigne à détester notre culture ancestrale,et légifère sur la moindre parcelle de notre intimité!

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter