Donnez à une danseuse un chausson trop petit et elle inventera un nouveau pas. De la contrainte naît le génie. Le a fait sienne cette maxime depuis longtemps. « À cœur vaillant, rien d’impossible ! » Un site tel que celui-ci se doit d’être exemplaire dans la gestion d’une pandémie, et c’est ce qu’il a fait pour rassurer son public. Mais de là à tout s’interdire et ne plus rien faire, l’esprit Puy du Fou n’aurait pas été au rendez-vous.

Ainsi, la contrainte était de maintenir 5.000 personnes dans un espace clos avec des masques. C’est une règle que le parc a voulu appliquer, sauf que la tribune fait 15.000 places. Qu’à cela ne tienne ! On n’est pas à une innovation ou un nouveau brevet près, en Vendée : on a inventé des cloisons en Plexiglas™ pour séparer les tribunes en trois espaces distincts de 5.000 places, et le tour est joué. « Une idée que le préfet d’Harcourt avait trouvé tout à fait astucieuse », rappelle Nicolas de Villiers sur France 3 Pays de la Loire. « Nous ne prendrions pas ce risque si nous n’étions pas certains d’être conformes au cadre de la loi », ajoute le président du Puy du Fou.

Quelle ne fut pas la surprise, au terme de la première et tant attendue reprise de la Cinéscénie, le 24 juillet, jour ô combien symbolique de l’islamisation de la basilique , d’entendre quelques esprits chagrins faire le procès au Puy du Fou de prendre le risque de nouveaux clusters. Quel étonnement de voir le préfet prendre des distances alors que « l’autorisation a été donnée par un arrêté municipal après passage d’une commission de sécurité présidée par le préfet du département », rapporte Ouest-France.

Que fallait-il donc faire ? S’affranchir de toutes ces règles au mépris des principes de précaution ? Cela n’est pas l’esprit Puy du Fou. Mais s’enfermer dans des règles qui éteignent tout et faire de ce parc innovant et chevaleresque un esprit fonctionnarisé ne l’est pas non plus.

Ainsi, pour éviter toute polémique et éteindre tout incendie, Nicolas de Villiers annonçait : « Cela suscite un certain nombre d’inquiétudes et nous souhaitons mettre fin à ces questionnements en ouvrant une tribune de 5.000 places au lieu de trois tribunes dès vendredi prochain », soulignant que la réduction de cette jauge a été décidée de la « propre initiative » du parc. Ce sera la preuve, une fois de plus, qu’au Puy du Fou, on sait s’adapter sans rien perdre de son esprit.

À lire aussi

Tous au château de La Ferté-Saint-Aubin !

Si cette charmante propriété, située à 20 mn d'Orléans, accueille aujourd’hui 45.000 visit…