Prendre la mesure du danger : le pire, c’est Emmanuel Macron

La poursuite des manifestations hebdomadaires semble, désormais, profiter au pouvoir, au moins superficiellement : des manifestants moins nombreux et un chef de l’État qui rebondit dans les sondages. Cela démontre, d’abord, l’efficacité de nos institutions qui tiennent le choc d’une contestation importante par son ampleur et sa durée. Mais cette impression ne doit pas masquer le maintien d’un degré élevé de sympathie pour les contestataires. Le fait que le seizième samedi a été marqué par moins de violences, à l’exception de deux incidents à la charge des « forces de l’ordre », ne plaide pas en faveur d’un arrêt des hostilités.

Quatre facteurs doivent intervenir dans le scénario du film souhaité par le pouvoir. Le premier constitue le fond de la stratégie présidentielle : le pourrissement ! Plus le mouvement se poursuit, plus les arguments à son détriment s’additionnent. Il n’était pas possible d’interdire les défilés partout en France, mais il était possible d’en réprimer les débordements puisqu’ils n’étaient pas, pour la plupart, autorisés. Dans cette ambiguïté a résidé l’amorce d’une tentative de retourner l’opinion grâce au choc des images. Le saccage de l’Arc de Triomphe, qui aurait sans doute pu être évité, a été le sommet de la manœuvre. Que des groupes d’extrême gauche aient pu intervenir, notamment à la fin des cortèges, pour incendier des voitures ou briser des vitrines, malgré un quadrillage policier important et des gardes à vue préventives, laisse d’autant plus songeur que les auteurs sont, pour beaucoup, parfaitement identifiés.

Le second élément est l’utilisation du premier dans un matraquage médiatique inouï en vue de diaboliser les gilets jaunes. L’addition est tellement lourde qu’elle pèche par excès : ils ruinent le commerce, gâchent les soldes, freinent la croissance, coûtent cher au contribuable urbain ; ils accroissent l’insécurité en épuisant les forces de sécurité. En s’attaquent aux policiers et en détruisant les radars, ils sont responsables de la montée de la violence dans les banlieues et de la mortalité sur les routes. Enfin – comble de l’horreur – après avoir été comparés aux chemises brunes, les voilà associés à l’antisémitisme. Le Président a signé cette mise en scène fondée sur l’amalgame avec une formule assassine : en manifestant, on se rend complice du pire. Ce qui est excessif est insignifiant, certes, mais calomniez, il en restera toujours quelque chose.

En troisième lieu, un glissement politique s’est produit : la révolte fiscale était de droite. Mais les atteintes à l’économie, et particulièrement au commerce, de même que les agressions de policiers ont fait basculer une partie de la droite soucieuse d’ordre. C’est désormais La France insoumise qui mène le bal. C’est, pour le pouvoir, une divine occasion pour récupérer des électeurs au profit de LREM aux élections européennes. Lorsque Valérie Pécresse appelle à un arrêt du mouvement, elle se laisse bêtement récupérer sans percevoir qu’on peut parfaitement en déplorer certains effets tout en approuvant la démarche d’origine.

Enfin, il y a le festival macronien qui aligne les images porteuses : du Salon de l’agriculture à la rencontre nocturne avec des SDF, on joue la compassion ; avec Juppé, on cherche à séduire « à droite » ; et dans la tournée du grand débat, on affiche son savoir-faire, qui n’est d’ailleurs qu’un savoir-dire. Dans ce western, il y a d’un côté « Super Intelligent » face aux brutes, mais les Français, là encore, ne sont pas dupes. 62 % pensent que rien ne sortira du fameux grand débat. Roulés en 2017, accepteront-ils de l’être à nouveau ?

L’envers du décor est, en effet, de nature à redoubler l’amertume, voire la révolte. Macron a tout du pompier incendiaire ! C’est sa politique, son matraquage fiscal au détriment notamment des retraités, les déclencheurs ! C’est, surtout, son mépris systématique à l’encontre du peuple français qui a soulevé la colère. Son recul ou son changement d’attitude ne doivent tromper personne. Cet homme n’aime pas son pays. Son objectif est de le voir se fondre dans une Europe technocratique, soumise politiquement aux États-Unis, version « démocrate », et acceptant une mondialisation irréversible. Il faut, maintenant, que l’opposition de droite cesse ses escarmouches et prenne la mesure du danger pour le pays : le pire, c’est lui !

À lire aussi

Le peuple quémandeur redevient-il le peuple bâtisseur ?

Derrière l’unité retrouvée du pays, combien de contradictions mortelles ? …