Pour inaugurer une fresque géante réalisée « en soutien au peuple ukrainien » par son ami le photographe JR, Mathieu Kassovitz est parti pour Lviv, à 70 km de la frontière polonaise.

Car c’est un artiste engagé, Mathieu. Il a une conscience, figurez-vous, et s’est même élevé plus souvent qu’à son tour contre les « violences policières ». Il faut avouer que, chez le talentueux acteur du célébrissime Bureau des légendes, la clairvoyance, la lucidité et la capacité d’analyse politique sont au moins inversement proportionnelles à l’excellence de son jeu.

Tenez, lors de l’émission « Face à Baba », il devait affronter Éric Zemmour. Manque de chance, il avait le Covid, la joute s’était donc déroulée par écrans interposés. Bille en tête, il attaqua Éric Zemmour sur le thème du Grand Remplacement, du métissage, du conflit de civilisation qui couve sur le sol français, cela même qui a déclenché la candidature de l’ancien journaliste du Figaro : « Nous sommes métissés de souche, lui dit-il. Ce fantasme de la France aux Blancs, la France catholique, n’existe plus depuis longtemps, c’est une notion obsolète dont vous vous servez pour faire peur aux gens en parlant de Grand Remplacement, mais ce remplacement n’existe pas, il n’y a qu’une évolution du monde. Le monde évolue, les gens voyagent, le métissage est inévitable. […] Nous avons toujours été l’étendard de cette ouverture, cette ouverture républicaine et démocratique dont vous êtes aujourd’hui un des meilleurs exemples […]. Je trouve beaucoup de cynisme dans cette situation. »

C’était il y a deux mois.

Lundi, interviewé par LCI lors de son bref passage en Ukraine, Malotru s’est découvert une forte admiration pour le nationalisme. Mais l’ukrainien, celui qui se pare de bleu et de jaune, pas celui qui a les pieds malodorants, les idées rances et l’esprit obtus, c’est-à-dire le nôtre. Sans mollir, il a alors affirmé à la journaliste que l’on sent un peu décontenancée : « Au-delà de la guerre, il y a un pays qui se révolte et qui ne tombera pas, cette force-là, cette énergie, cet espoir, on en a tous besoin aujourd’hui. » Racontant avoir tourné une saison du Bureau des légendes en Ukraine lors de la guerre du Donbass, il explique avoir beaucoup discuté avec des Ukrainiens à l’époque, « et on a très vite compris qu’on avait affaire à des gens ultra-nationalistes, mais dans le bon sens, c’est-à-dire qu’ils sont fiers de leur pays et ils veulent le protéger absolument. Et les Russes n’arriveront pas au bout parce qu’il y a un vrai pays uni, plus aucune divergence politique, tout le monde est uni autour de Zelinsky, autour du pays, du cœur ukrainien, c’est absolument magnifique. »

Ce qui est fantasmatique et obsolète chez nous, chez lui, donc, devient, à 3.000 km de la France, par la magie d’une « boboïtude » débridée, tout simplement magnifique.

Il poursuit : « La présence française est importante partout dans le monde parce qu’on a une image humaniste à tenir […] on est là pour les bonnes raisons et c’est admirable. Pour le reste, on aimerait pouvoir être plus actif et participer d’une manière plus agressive, mais là, on rentre dans un domaine pour lequel je n’ai aucune compétence. » On ne saurait trop le remercier de cet éclair foudroyant de lucidité.

Enfin, à la question de savoir s’il aurait voulu s’engager dans les combats aux côtés des Ukrainiens, il conclut : « Honnêtement, si je n’avais pas eu d’enfant, je serais venu pour être à leurs côtés, parce que dans le monde dans lequel on vit, ce qui est en train de se passer là est une limite absolue et si on ne se bat pas pour empêcher ce qui se passe, on va tous en être victime. »

Certes, on pourrait gloser à l’infini sur cet esprit de rébellion, on pourrait presque parler de « rébellitude », qui a tout du système qu’il prétend dénoncer et qui s’intègre « magnifiquement » dans un politiquement correct planétaire. On pourrait s’agacer de voir un artiste, talentueux mais vraie tête de pioche, rejoindre la cohorte des va-t-en-guerre de plateaux.

On pourrait.

Pour ma part, je lui dirai seulement que « je trouve qu’il y a beaucoup de cynisme dans cette situation ».

15 mars 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 11 votes
Votre avis ?
67 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires