Dix ans d’existence et déjà un cinquième rapport sur l’état du sexisme en France. En ce 23 janvier, le Haut Conseil pour l’égalité (), créé par François Hollande, vient de publier une analyse du sexisme en France assortie de diverses recommandations. Si l’ensemble de la presse reprend en chœur le constat alarmiste du HCE, l’une des recommandations formulées ne passe pas inaperçue aux yeux de BV. Pour lutter contre l’insupportable domination masculine, le dégaine son arme favorite : « Dégenrer les jouets destinés aux enfants dès la naissance. »

La France, terre de sexisme 

« Le sexisme ne recule pas en France. » Dix ans après sa création, le Haut Conseil pour l’égalité entre les hommes et les femmes (HCE) déplore toujours le même constat. La France resterait un pays profondément marqué par les inégalités entre les hommes et les femmes. Inégalité salariale, discriminations quotidiennes, violences sexuelles et invisibilité dans les médias sont autant de preuves qui permettent au d’affirmer que « cinq ans après #MeeToo, la société française demeure très sexiste ». Précisément 55 % des Français considèrent ainsi qu’il est plus difficile d’être une femme qu’un homme.

À lire les experts du HCE, une telle situation découlerait forcément de la présence « encore forte » de stéréotypes sexistes au sein de la société française. Les coupables ? Les hommes, sans grande surprise. Pour cause de « réflexes sexistes » et de « clichés masculinistes », la gent masculine se retrouve accablée. Il faut agir d'urgence. Le propose dix solutions afin de venir à bout de la « racine du mâle ».

Application de la loi sur l’éducation à la sexualité, formations contre le sexisme, institutionnalisation de la journée contre le sexisme… Enfin, le suggère d’en finir avec « la publicité pour les jouets genrés », et ce, dès le plus jeune âge.

Dégenrer les jouets

Cette proposition, loin d’être nouvelle, est une vieille rengaine de la gauche féministe. En décembre 2021, deux députés – l’un issu de la Macronie, l’autre de la gauche radicale – dénonçaient les stéréotypes véhiculés par les jouets. Selon leur rapport parlementaire, « la longue histoire des jouets genrés montre que le marketing de genre a un impact profond sur la construction psychologique des enfants ». L’année suivante, ce sont les écologistes qui, dans un bref communiqué, réclamaient des « jouets sans stéréotypes de genre ».

À l’instar du modèle espagnol qui, depuis le 1er décembre dernier, interdit d’assigner dans la publicité un jeu à tel ou tel sexe ou du modèle californien qui propose des rayons non genrés dans les magasins de jouets, le suggère que la France, à son tour, enterre la distinction garçon-fille pour les jeux. Selon ces experts, le choix des jouets pourrait inciter les garçons à prendre plus de place ou à s’imposer plus facilement. Arrêter d’offrir des petites voitures aux garçons et des poupées aux petites filles serait donc la solution pour endiguer le sexisme.

L’ennui est que ce raisonnement, si populaire soit-il dans les milieux intersectionnels, repose sur une erreur de présupposé. Ce n’est pas parce que les enfants sont bercés aux stéréotypes de genre qu’ils jouent à des jeux différents, mais c’est bien parce que les filles et les garçons sont différents qu’ils jouent à des jeux différents.

Plutôt que de s’entêter à idéologiser et politiser les enfants dès le plus jeune âge, les experts du devraient plutôt rechercher les véritables causes du sexisme. Et, ainsi, proposer des solutions efficaces pour mettre un terme aux violences faites aux femmes.

2143 vues

23 janvier 2023

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

13 commentaires

  1. Expliquez- moi pourquoi mes petits enfants adorent les peluches et ce dès le berceau et pourquoi, plus tard, les petites filles jouent avec leurs poupées alors que les petits garçons préfèrent les tracteurs, les grues et autres engins ???

  2. J’ai écouté la chronique de M. Mathieu Bock-Côté sur Cnews sur ce sujet et de toute évidence les conclusions de ce rapport (commandé sous l’ère Hollande) est ahurissant de bêtises , d’idioties, comment peut-on débiter des sornettes , mais dans quel monde vivons nous , si ce rapport n’était repris par des esprits chagrins on pourrait en rire , mais hélas tous ces gugus de l’écriture (souvent inclusive donc on situe bien le sens ) sont écoutés avec ferveur par des dirigeants (tout aussi illuminés) de notre pays. A l’heure où l’on parle de l’âge de départ à la retraite ces « idiots de circonstance  » peuvent se prévaloir d’une retraite à l’aune de leur linceul.

  3. Hollande n’est bien heureusement plus président mais nous ayons toujours les conséquences de ses utopies. Ceci étant nous payons toujours l’assassinat de Kadhafi décidé par Zarkozy, quant à celles de Macron
    nos petits-enfants les paieront longtemps.

  4. Que les femmes ne se plaignent pas trop, car si un jour la charria devient le code de la famille, je plains ces pauvres femmes. Je ne le verrai pas car je suis trop vieux, mais elles regretteront amèrement leur décision. Mais il sera trop tard.

  5. Ma fille, cinquante ans aujourd’hui, dans son enfance a toujours préféré les camions et les petites voitures aux poupées et bébés miniatures, puis plus grande le bricolage aux travaux de couture et cuisine, elle est pourtant restée désespérément hétéro, a élevé ses trois enfants sans assistante maternelle (mais assistée de son conjoint), tout en conservant son emploi d’enseignante.

  6. Foutez la paix à nos petits et laissez donc les parents , les vrais , gérer ces petits loulous avec les grands parents . Etre parents ne s’apprends pas , on a droit à l’erreur , mais l’amour et l’accompagnement ne peuvent pas être remplacé et surtout pas par ces illuminés nocifs et dérangés du cerveau .

  7. La stupidité des adultes est-elle donc devenue telle qu’elle en arrive à gâcher les quelques années d’innocence des enfants! Foutons la paix à la petite fille qui préfère sa poupée aux petites voitures de son frère! Croire au Père Noël dure si peu de temps, la grande désillusion peut attendre…

    1. Il arrive que le frère et la soeur prennent des arrangements et partagent les passions de l’un et de l’autre, le petit garçon joue à la poupée avec sa soeur qui ensuite joue avec les camions de son frère…

Laisser un commentaire