Le ministère des Affaires étrangères français a dénoncé, le 9 novembre, dans un communiqué, l’implication d’un réseau de propagande russe, baptisé RRN (Recent Reliable News) ou « Doppelgänger » (du nom du « jumeau maléfique » des légendes) dans la diffusion massive, par de faux comptes X, des photos de ces étoiles de David, taguées avec un pochoir sur les murs du Xe arrondissement de Paris. Des centaines de « bots » auraient ainsi monté en épingle cette affaire. On apprenait quelques jours auparavant que deux Moldaves, payés par un homme d’affaires prorusse, lui-même moldave, étaient à l’origine de ces dégradations – des dégradations apparemment antisémites, mais dont l’objectif est encore plus pernicieux. Nous allons y revenir.

L’homme d’affaires moldave qui est à l’origine de l’opération, un certain Anatoli Prizenko, a été interrogé par Libération. Il définit la motivation de son geste comme la volonté d’« inspirer et soutenir les Juifs d’Europe ». Les inspirer en leur faisant croire qu’ils étaient encore plus visés qu’ils ne le sont déjà ? Cette explication ne convaincra personne, mais elle a le mérite de jeter une lumière crue sur ce que l’on appelle généralement les « manœuvres d’influence » - spécialité russe.

L'art slave de la désinformation

On peut faire remonter l’art pervers de la désinformation russe à la rédaction du Protocole des Sages de Sion par l’antenne française de l’Okhrana, police politique du tsar et ancêtre du KGB. Déjà ce goût de mettre les Juifs sur la touche – pour les « inspirer », peut-être ? Par la suite, le communisme ajouta à cette faculté naturelle, peut-être constitutive d’une certaine forme d’âme slave (allez savoir), une technicité d’un niveau inégalé pour le moment. Faux dissidents, faux textes, faux coupables pour vrais massacres (Katyń), faux procès (Moscou), fausses photos (Beria), fausses pétitions (l’appel de Stockholm)… On comprend qu’un tel savoir-faire n’ait pas pu se perdre, fût-ce avec la chute de l’URSS, le président du pays étant par ailleurs un ancien « guébiste ».

Au sujet de ce passionnant domaine de la guerre « hybride », comme on l’appelle désormais, on peut lire Vladimir Volkoff (Petite Histoire de la désinformation, mais surtout Le Montage, grand prix du roman de l’Académie française 1982), qui a déjà beaucoup dit. On peut aussi lire Sun-Tzu, qui a tout compris, il y a 2.000 ans, en revenant au texte, pas en lisant un compendium du genre « relire Untel », qui est toujours la marque d’un auteur médiocre sans imagination propre.

Dans ces ouvrages, comme dans bien d’autres, la question cruciale, s’agissant de l’influence, est celle de la cible. Les communicants d’aujourd’hui parlent de « public cible ». On voit bien, au sujet de la propagande agressive de la Russie en France, quel est l’objectif : fragmenter un peu plus le pays pour le mettre à genoux, sans avoir besoin de l’attaquer. Affaiblir sans bombarder : « Votre objectif doit être de prendre intact tout ce qui se trouve sous le ciel », disait Sun-Tzu. Le public cible, lui, et c’est là que notre camp (au sens large) a un devoir de lucidité, c’est le camp conservateur, anti-woke, patriote, appelons ça comme on veut.

Un « rempart de l'Occident » en trompe-l'œil

Regardons comme certains ratés de notre famille politique ont parfois une fascination pour les « régimes forts », les « hommes forts ». « Ah, ça, c’est un chef », soupirent les groupies de Vladimir Poutine. Certains, occultant la réalité, croient même au discours objectivement faux d’une Russie « rempart de l’Occident ». Il n’y a qu’à aller voir le taux de divorces, de suicides, de GPA illégales, les inégalités ou encore l’amitié entre Poutine et Kadyrov pour se faire un avis. Mais apparemment, c’est trop de travail que d’ouvrir les yeux. Le régime russe a une qualité objectivement respectable, et même admirable : il est patriote. Mais cette patrie n’est pas la nôtre, et nous ferions bien de nous en souvenir.

Cette nouvelle opération de manipulation vise peut-être à scinder objectivement la France en deux : un camp de droite avec les patriotes, plus les français juifs menacés, hésitant entre l’aliya et la radicalisation ; un camp de gauche, avec les cheveux de couleur, les clandestins qui violent les vieilles dames et la classe politique qui fait le trottoir. C’est tentant. C’est d’ailleurs le propre de la tentation : ça semble bien mais on sait que ça ne l’est pas. Un peu de courage, un peu d’intelligence. Ne laissons pas notre politique intérieure aux Russes.

6718 vues

10 novembre 2023 à 16:05

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

48 commentaires

  1. Ceci est bel et bien, mais il me semble que pour le moment, sauf à être complètement aveugle et idiot, c’est le « soft power » américain qui a réussi tout cela (et plus) en France. Ceux qui ont acheté nos industries, se sont infiltrés un peu partout dans les Conseils de-ci de-là (même l’organisation de nos Hôpitaux est gérée par des Cabinets américains!!), ceux dont on baragouine la langue avec volupté (c’est une angliciste qui vous parle!), ceux qui ont réussi, avec leur ideologie woke à diviser le pays, ceux qui avec leurs dollars achètent nos propriétés, bref, ceux qui nous ont transformés en colons de la très sainte Amérique, ce ne sont pas les Russes, il me semble, dont on a presque banni la langue, pourtant si belle et si complexe qu’elle pourrait développer certains neurones à ceux qui en manquent, les Russes dont on a décidé, contre toute raison qu’ils étaient nos ennemis, pour complaire au Big Brother US.

  2. Faire passer la civilisation russe comme intrinsèquement communiste alors que le marxisme léninisme est profondément allemand est le fruit d’une ignorance crasse. On peut n’être pas d’accord avec la politique russe et rester intelligent pour autant. Bref je le redis c’est du BHL pur jus. On a vu mieux ici!

  3. Le point de vue de l’auteur est conforme en tout aux positions atlantistes des progressistes mondialistes , des macronistes et des démocrates américains dont on sait ce qu’en a dit la justice de ce pays.
    Inutile de rajouter que je ne partage pas ce tropisme .

  4. La Russie, un rempart de l’Occident par la force des choses, comme un symbole.
    En résumé très court, d’un côté les mondialistes des banques centrales, et de l’autre, des nations libres “protégées” par la Russie.
    V.Poutine, qu’on le veuille ou non, est un idéaliste qui a le courage de se libérer de l’emprise du NOM.

  5. A la lecture de l’article, tout s’éclaire. Au hasard, l’invasion de punaises de lit en France, à qui la devons-nous ? Je vous laisse deviner …

  6. Ce qu’il nous faudrait serait de retrouver notre indépendance, comme au temps du Général. Hors les propagandes et influences extérieures ont toujours eu cours et rien ne les arrêtera. Par contre, notre soumission aux yankees devrait cesser immédiatement, en même temps qu’à l’UE. Notre indépendance ne doit jamais être à vendre, à donner car nous perdons toute solvabilité sur planète entière. Macron fait rire, hélas la terre entière. La France n’existera que lorsque nous aurons retrouvé notre indépendance totale.

    1. Au temps du Général, les finances de l’état étaient saines et équilibrées. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Avec 3000 milliards de dettes, finie l’indépendance !

  7. L’auteur voit la paille dans l’oeil de son voisin mais ne voit pas la poutre dans le sien. En France nous subissons une propagande occidentale qui occupe 99 % de la propagande totale (covid, injection, ukraine, israel, climat, wokisme…) et allez, je vous l’accorde, le 1% peut bien être russe. Rappelons à l’auteur l’audition de Fillon devant la commission d’enquête de l’assemblée nationale qui disait ne connaître qu’une seule ingérence intérieure : celle des USA. Oui, les USA sont passés depuis belle lurette à l’échelon supérieur de la propagande, c’est à dire celui de l’ingérence.

    1. Je partage totalement vos remarques. Juste un mot : avec de tels « amis » aux grandes oreilles, pas besoin d’ennemi …

    2. Tout à fait d’accord avec cette vision.
      L’histoire du méchant loup de service (Poutine) commence à être sacrément éculée !

  8. Florac semble oublier l’action de la CIA (financée par Soros-il l’a avoué) à Kiev place Maïdan en 2013, et avec le fils Glucksman (qui a été récompensé en allant pantoufler au parlement européen) comme agit-prop et fer de lance. Les russes ne font qu’appliquer la même méthode que les américains.

  9. Comment peut on écrire un tel article? russophobie à l’état pur. A l’avenir je zapperai les articles de cet auteur.

      1. Les US ont tout fait pour semer la discorde en Europe afin de pouvoir continuer à tirer les ficelles. Une Europe unie avec…la Russie leur fait peur. Nous avons coupé nos bonnes relations et maintenant, plus de gaz, de pétrole et la guerre partout. Et qui se frotte les mains?

  10. Ben voyons !!! Parce que nos grands amis les américains ne nous veulent que du bien, avec leur CIA leur grande institution démocrate ?
    Ils aiment tellement notre belle europe que depuis 80 ils n’ont de cesse de la vassaliser afin de l’empêcher de faire union avec la grande Russie (qui était la vision de de Gaulle), ceci dans l’unique but de garder leur hégémonie mondiale … le résultat de leur influence est flagrante à nos yeux surtout depuis la guerre en Ukraine.
    Poutine est un grand patriote et un stratège, alors que l’europe n’a que des nains politiques qui plus est traîtres à leurs peuples qu’ils détestent (à l’instar d’un certain président français actuel) !!!

  11. « l’art pervers de la désinformation russe ».
    A partir de là, j’ai arrêté de lire l’article.

  12. La France avec sa dette abyssale n’est plus rien dans le monde la preuve quand elle remporte des marchés intéressants à l’étranger immédiatement une grande nation outre Atlantique se précipite pour nous l’arracher et nos ex colonies Africaines restées comme pays amis pas étonnant de voir que la Russie prend notre place. La Russie tout comme les états unis ne sont pas nos amis mais faire les yeux doux vers l’Ouest est tout a fait dangereux que de considérer la Russie comme notre ennemis on se trompe de cheval, tous ennemis. L’Algérie par exemple nous haïs et fait grand amis avec Moscou, bel exemple.

  13. Merci de votre article documenté et inquiétant. Les Chinois font pareil. Mais la connivence avec une puissance étrangère ( il y a en a beaucoup en France) n’est pas réprimée.

Les commentaires sont fermés.