Editoriaux - Environnement - Politique - 25 juillet 2019

PMA, CETA, Greta, Mercosur : le pouvoir aux lobbies !

En France, comme ailleurs, la démocratie n’est plus qu’une parodie. En dépit des nombreuses vertus des institutions républicaines et démocratiques ayant sonné le glas de la monarchie absolue au XVIIIe siècle, les mains invisibles n’ont cessé de faire valoir leurs prérogatives : des institutions ne devenant plus que des cache-sexes pour de multiples juridictions. S’appuyant, légitimement, sur la représentation politique, la démocratie moderne reste le régime des lobbies.

Trois faits d’actualité le prouvent : la présentation de « la PMA pour toutes » au dernier Conseil des ministres avant la trêve estivale (le 24 juillet), l’adoption du CETA à l’Assemblée nationale (le 23 juillet ; 266 voix contre 213), la réception de l’écologiste suédoise, Greta Thunberg (16 ans), au palais Bourbon (le même jour ; la cohérence du « en même temps » !) et la ratification à venir de l’accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Mercosur. Dans ces cas précis, le peuple est privé de tout pouvoir décisionnel. En l’espèce, la pratique démocratique est oligarchique ou n’est pas.

Quand le politique s’éclipse au profit du médiatique, ce sont les images qui passent pour des idées : une mise en scène bien rôdée dans laquelle les députés macroniens doivent se précipiter vers la jeune prophétesse de malheur, cette dernière faisant son sermon à la tonalité néo-évangéliste (« On nous accuse, nous les enfants, d’être des alarmistes. Mais avez-vous seulement lu le dernier rapport du GIEC ? »). Cette adolescente, affectée, par ailleurs, d’un autisme d’Asperger, ne cesse de faire la tournée des grandes instances internationales pour vendre les thèses du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat. Qui oserait, en effet, s’en prendre à l’icône cochant toutes les cases du pathos à bon compte ?

Le même jour, les mêmes députés n’ont pas hésité à voter en faveur du CETA (signé, initialement, entre l’Union européenne et le Canada, le 30 octobre 2016), un autre accord de libre-échange permettant, comme toujours, la réduction des droits de douane ainsi que la convergence des normes sanitaires et industrielles. Concrètement, un poulet canadien, très riche en antibiotiques, se retrouvera dans les assiettes françaises. Une balle de plus dans la tête de l’éleveur français ! Il en est de même concernant les tractations avec le Mercosur, composé du Brésil, de l’Argentine, du Paraguay, de l’Uruguay et du Venezuela. Encore dans le dos des peuples, le Brésil – qualifié de « premier consommateur de pesticides au monde » (selon une tribune parue dans Le Monde, le 24 juillet) – pourra imposer, dans le marché agroalimentaire européen, des produits éminemment toxiques.

Tant de lobbies tiennent des élus, leur principe étant de s’extraire des législations de chacun des États-nations. Logiquement, ils prônent la disparition des frontières et la constitution d’un gouvernement mondial dont les principaux membres seraient corruptibles à souhait. Dans ce cas de figure, le courant LGBTQI+, ne peut qu’imposer ses lois. In fine, les transhumanistes en tout genre avancent leurs pions : mondialisation oblige, la GPA est « déjà là », puisque les enfants nés sous GPA sont « déjà là ».

« Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux », avait écrit La Boétie. Alors, à quand le retour du peuple dans l’arène politique ?

À lire aussi

La Macronie : l’ordre du bla-bla permanent

Et, quand tout le monde aura appris à parler pour ne rien dire, les réformes les plus anti…