Reçu ce dimanche 24 octobre, sur RTL, pour le « Grand jury », Éric est sorti de ses thèmes de prédilection en abordant des sujets plus économiques et sociaux. Tout au long de l’interview, il s’est attaché à dénoncer la prégnance de l’État sur la route et dans l’économie.

Mesure choc de cette intervention, le candidat putatif a annoncé vouloir supprimer le permis à points. Dans une formule rappelant le poujadisme, il a expliqué souhaiter « en finir avec le racket des Français ». Il est plus urgent, a-t-il expliqué, de se concentrer sur les rodéos urbains et les go fast des trafiquants de drogue que de mobiliser les forces de l’ordre pour de menus excès de vitesse.

« Il faut arrêter d’emmerder les Français »

S’opposant aux mesures chères à la majorité ou aux écologistes, il envisage le rétablissement des 90 km/h sur les départementales. Il a, par ailleurs, ajouté qu’il considère à titre personnel que les mesures de limitation sur les autoroutes sont inutiles car « ce sont les routes les plus sûres ». En effet, 75 % des accidents de la route sont la cause de l’alcool, des drogues et du sommeil au volant, et non pas de la vitesse. L’essayiste a repris la fameuse citation de Georges Pompidou, en considérant qu’il est urgent « d’arrêter d’emmerder les français ». Il a ainsi proposé de mettre fin aux vignettes Crit’Air qui limitent l’entrée dans les villes à certains véhicules moins polluants, les qualifiant de « ségrégation sociale qui ne dit pas son nom ». Il a également fustigé le gouvernement qui « s’acharne sur les ménages modestes qui n’ont pas les moyens de s’acheter des véhicules récents et encore moins des véhicules électriques ».

Relancer l’économie pour rehausser les salaires

Autres mesures économiques plus fidèles à ses thèmes de prédilection, le « pas encore candidat » souhaite retirer les prestations de solidarité nationale (RSA, APL, allocations familiales) aux étrangers, en situation régulière ou pas. Il est également revenu sur l’importance de réindustrialiser le pays. Cette mesure seulement devrait permettre de procéder à une éventuelle augmentation du SMIC. Tout en critiquant et sa proposition « socialiste à l’ancienne » de prime au travail, il a réaffirmé l’urgence de « réduire les charges sociales sur les entreprises, qui sont beaucoup trop importantes ».

Ces mesures chocs qui sortent du terrain habituel de l’ancien chroniqueur de CNews visent à attirer le vote des gilets jaunes. Bien que le passage aux 80 km/h n’ait pas été la mesure goutte d’eau, elle a largement contribué à remplir le vase. L’entretien sur RTL a permis à Éric de commencer à chasser sur les terres de en abordant un volet plus social.

25 octobre 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 3 votes
Votre avis ?
27 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires