Annie Ernaux est-elle vraiment « MeToo » ? Dans son livres Les Années (Gallimard, 2008), conçu comme une suite de photographies de son enfance dans l’après-guerre, Annie Ernaux ironise sur le sort d’une jeune fille de 12 ans, assassinée par son voisin parce qu’elle se refusait à lui. Loin de s’offusquer de ce terrible sur fond d’agression sexuelle, le prix Nobel de littérature affirme que les fillettes autour d'elle « ricanaient sous cape à [l’]histoire » de celle « qui avait préféré mourir plutôt que de faire avec un garçon ce qui leur tardait tant d’avoir le droit de faire » (sic). Pour Annie Ernaux, les petites filles rêvent donc d’être agressées sexuellement et « ricanent » de celles qui meurent de ne pas avoir consenti...

La fillette, c’est Maria Goretti, une sainte italienne que les religieuses citaient en exemple à leurs pensionnaires. Et Annie Ernaux n’aime rien tant que dénigrer les bonnes sœurs. Car si l'écrivain a appelé, en 2019, dans une tribune vibrante publiée dans Libération, à faire montre de sororité pour certaines pieuses femmes voilées, les religieuses catholiques n’ont pas l’heur de lui plaire.

Pourtant, c’est bien grâce au pensionnat Saint-Michel d’Yvetot, où elle était écolière, et à la congrégation du Sacré-Cœur d’Ernemont, qui y enseignait, qu’Annie Ernaux a pu faire fructifier ses talents littéraires et accéder, ensuite, à l’agrégation. Preuve qu’on n'y travaillait pas à l’aliénation des fillettes. Et, bien avant #MeToo, ces religieuses avaient érigé en martyre les sexuelles et le cruel de Maria Goretti. Violences qu'Annie Ernaud dédramatise en les brocardant par personnages interposés, dans son livre.

Curieusement, aucune de nos féministes ne s’en est offusquée. Il est possible qu’aucune d’elle n’ait lu Annie Ernaux. Difficile, pourtant, d’y échapper : les profs en raffolent. Celle-ci figure, cette année, jusqu’au programme de l’ENS, à jeu égal avec… Madame de Sévigné. Il est probable aussi (soyons honnêtes) qu’elles n’aient jamais entendu parler - n’étant pas des paroissiennes très dévotes - de Maria Goretti.

Annie Ernaux, réputée pour la crudité triste de ses descriptions intimes, est emblématique de sa génération. Celle qui a appelé la des mœurs, blanc-seing sexuel qui a été interprété par DSK et ses épigones comme une pancarte « open bar » accrochée sur le front - restons polis - de toutes les femmes. La libération sexuelle a banalisé l’acte, a dérégulé les relations amoureuses, écrasant les étapes intermédiaires : les promenades innocentes, les chastes déclarations enamourées, les fiançailles… Comme tous les avant-contrats et les temps de réflexion avant de signer, ceux-ci avaient vocation à protéger le plus faible (physiquement). Dire qu’aujourd’hui, à l’heure de #MeToo, des applis dédiées au consentement mutuel (Yes to Sex, We-Consent, Sexwithyou… et autres noms évocateurs tellement romantiques) rencontrent un vrai succès aux États-Unis, auprès des étudiants ! Ceux-ci peuvent enfin se dire oui, clairement et officiellement, après y avoir réfléchi. À deux doigts d’inventer le mariage. Ce mariage honni par la gauche qui, aujourd’hui, pleure - des larmes de crocodile - sur le lait renversé.

En attendant, dans un livre encensé par la critique qui a obtenu le prix Marguerite-Duras, le prix François-Mauriac de la région Aquitaine, le prix de la et le prix Strega européen, le dernier prix Nobel de Littérature raille un et banalise l’agression sexuelle d’une toute jeune fille en la décrivant comme enviée. Le « petit » monde de gauche est décidément une vaste farce.

10482 vues

12 octobre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

28 commentaires

  1. Je n’ai jamais lu de livres de Annie Ernaux mais en revanche je lis et j’aime Gabrielle Cluzel et il est clair que jamais je n’achèterai et ne lirai le moindre ouvrage d’Annie Ernaux même s' »il est difficile d’y échapper »

    1. 900 000 exemplaires déjà vendus en France. Le bourrage de crâne par les médias woke, ça marche. On comprend pourquoi Macron a été réélu…

      1. Ce n’est pas tout à fait exact. Les 11 titres de Annie Ernaux publiés par Folio ont atteint 16 000 ventes depuis qu’elle a reçu le Nobel. Les titres non publiés en poche sont partis comme des petits pains, mais il y en avait peu en stock. D’où la décision de son éditeur de solliciter deux imprimeurs pour sortir le plus rapidement possible 900 000 exemplaires de l’ensemble des titres, pour ne pas manquer l’effet « soufflé » qui suit toujours l’attribution du Nobel. Il s’agit d’une décision opportuniste. On peut espérer que le soufflé retombera rapidement et qu’un grand nombre de ces ouvrages ira au pilon.

  2. Pas question d’acheter des cochonneries ..les souvenirs en bas de la taille ne nous intéressent pas du tout ..ou se nichent les récompenses maintenant ?

  3. Quel anachronisme ! Oser parler de Maria Goretti à l’heure du mariage pour Tous ! Merci à Gabrielle Cluzel d’avoir pris la peine de lire les ouvrages d’un prix Nobel que le monde entier nous envie. Merci d’avoir mis en évidence les contradictions du clan des féministes radicales. Comme en écologie où il faut distinguer l’écologie vraie des radicaux de l’écologie, il ne faut pas discréditer le féminisme mais éliminer les Sandrine Rousseau et consorts qui ne font que discréditer une cause juste.

  4. En récompensant cette femme, les « Nobel » ont prouvé qu’ils sont « wokisés » eux aussi.

    1. Pour les trotskistes, que j’ai appris à connaître en mai 68, il n’existe qu’une seule liberté : la leur. Les autres n’ont qu’à s’y faire. C’est comme ça qu’au nom de la liberté s’établissent les pires des dictatures.

    2. Mais, c´est vrai que c´est malheureux que la période bénie du flirt, des fiançailles, du romantisme a été effacée. Cela manque à notre jeunesse. ….et puis, il y aurait moins d´avortements…

  5. C’est avec des écrivains tels que ça que l’on provoque des autodafés.
    L’agrégation de lettres ne devrait être accordée que sur la qualité du fond et la morale exprimée, et pas seulement sur la forme et la pseudo-culture.
    La génération des soixante-huitards bobo-gauchos a démoli la France et ne se plaint pas du retour de la barbarie.
    Et maintenant un ministre woke à l’EN !
    L’horreur !

  6. Quelqu’un a-t’il lu Annie Ernaux ? Pas dans mon entourage . Nobel est un prix militant : la preuve par celui de la Paix offert à Obama avant même qu’il ne préside les tristes USA.

  7. « La libération sexuelle a banalisé l’acte, a dérégulé les relations amoureuses, écrasant les étapes intermédiaires : les promenades innocentes, les chastes déclarations enamourées, les fiançailles… » : le problème réside dans le fait que l’on confond aujourd’hui « relations amoureuses » et « relations sentimentales ». La libération sexuelle a banalisé l’acte sexuel (tant et si bien, d’ailleurs, que de plus en plus de Français ne s’y adonnent plus, la magie de l’acte, crûment étalé sur tous les écrans de télé et de cinéma – pour ne parler que d’eux – ayant disparu) à un point tel que l’acte sexuel se fait désormais sans sentiment, sans émotion. L’âme n’y est plus, seul la mécanique charnelle est mise en œuvre. Souvent on « fait l’amour » sans aimer et on n’est plus capable d’aimer sans « faire l’amour ». Le monde entier est devenu un vaste baisodrome où l’on change de partenaire comme l’on change de slip (pour celles et ceux qui en portent encore). Ah, consumérisme ! Quand tu nous tiens !

  8. Il faut ne pas s’aimer pour lire madame Ernaux ou alors être insomniaque et chercher le sommeil.

    1. « ne pas s’aimer » ? Vous avez eu du temps à perdre pour lire  » ça » ? ( et pas autre chose plus urgent .: psychologie pertinente ; théologie de fond /philo ; courriers à approfondir, etc;….): dubitative !

  9. Nous n’avons pas encore fini de voir les dérives de ces prétendues intellectuelles et en plus elles ou ils sont honorés c’est dire que ceux qui décernent ces récompensent de quel bord ils sont

  10. Merci Madame pour cet article, excellent comme tous vos écrits. En effet on peut voir dans la gauche débridée tous les symptômes du déclin de l’Occident. Sans cela l’islam n’aurait pas si beau jeu.

  11. Cette personne est un cauchemar ambulant . Ses livres sont ennuyeux et sans interêt ..
    A fuir .

  12. L’assassinat d’une gamine de 12 ans, ce n’est pas un féminicide, c’est un crime de pédophile. Et à 12 ans on est encore une enfant, pas encore une « jeune fille ».

  13. Honte à cette femme qui banalise le viol des fillettes , un des pires actes criminels qui soit .Encore un torchon qui ne mérite pas d’être lu .

  14. Je ne connaissais pas cette « écrivain » et bien qu’elle ait eu le prix Nobel je n’ai pas envie de la lire, les descriptions médiatiques de ses écrits ne me semblent pas très attirantes.

      1. N’en faites pas de trop tout de même. OK pour le prix nobel de la paix, donné souvent à des gens qui tels Obama ou Yasser Arafat n’ont pas été très « pacifiques », celui de littérature (lire plus haut, ou Bob Dylan… ??). Celui d’économie est déjà un peu plus sérieux, et les prix nobel de médecine physique et chimie sont réellement donnés à des personnes ayant fait progresser la science.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter