Parmi les nouveautés de 2023, la suppression du ticket de caisse, le 1er avril…

ticket de caisse

La crise du Covid puis la guerre en Ukraine sont venues, depuis deux ans, surinfecter les stress des consommateurs. Plus encore sur la quantité et le prix des produits et services que sur leur qualité. L'évolution du marché ordinaire des familles, chacun peut la vivre dans les supermarchés, dans les longues files d'attente des services publics et privés : la réponse humaine aux demandes des consommateurs ne suit plus.

Le consommateur ou l'usager est renvoyé à des sites, des QR codes, des messageries téléphoniques. Banques, assurances, poste, téléphonistes, rail, EDF… Et des sommets indépassables de la bêtise informatisée : pour obtenir des cartes grises ou des actes d'état civil, chacun est supposé être informaticien ! Pour ses besoins physiques, le consommateur découvre l'augmentation des tarifs de l'énergie, de l'alimentation (+15 %), l'appauvrissement des linéaires, les produits non remplacés ou périmés, notamment la grave disparition épisodique de médicaments essentiels.

C'est dans ce contexte, si tendu, qu'on annonce la suppression des tickets de caisse. Initialement prévue au 1er janvier 2023, la fin de l’impression automatique du ticket de caisse s'appliquera, en France, au 1er avril (!) 2023. C'est ce que prévoit un décret publié au Journal officiel du 15 décembre 2022. La communication officielle du gouvernement indique que « ce changement se fait dans le cadre de la lutte contre le gaspillage (sic) et les substances dangereuses pour la santé ». Sont spécialement concernés les tickets de carte bancaire produits dans les surfaces de vente et dans les établissements recevant du public, les tickets émis par des automates, les tickets de carte bancaire… Mais – nous dit-on - pour obtenir un ticket de caisse imprimé, le consommateur devra désormais le demander expressément au commerçant ou invoquer une exception comme les tickets de caisse relatifs à l’achat de certains biens, notamment les appareils électroménagers, équipements informatiques, appareils de téléphonie par exemple (voir liste à l’article D211-6 du Code de la consommation). Et les tickets de carte bancaire relatifs à certaines opérations annulées ou faisant l'objet d'un crédit feront, eux aussi, toujours l'objet d'une impression systématique, ainsi que les tickets émis par des automates dont la conservation et la présentation sont nécessaires pour bénéficier d'un produit ou d'un service.

Le ticket sera remplacé par une dématérialisation par envoi par SMS, par courriel, une application bancaire spéciale de l'acheteur, un QR code donnant accès à une page Web. Conformément au Règlement général sur la protection des données (RGPD), la collecte de données auprès de l’acheteur est subordonnée à son consentement explicite. Bref, un énorme embrouillamini, une mesure idiote et odieuse. Idiote car il y a des « gaspillages » et des « pollutions » infiniment plus graves. Et odieuse, car le ticket de caisse, au moment où de plus en plus de consommateurs sont à un euro près, leur permettait de vérifier s'il n'y a pas eu d'erreur sur les produits ou les prix saisis (cela est arrivé à chacun de nous), ce qui permet de faire une réclamation immédiate, à la caisse, la seule qui puisse aboutir. Le ticket est la preuve la plus simple qu'il y a eu achat et donc contrat. Et cela permet de réclamer en cas de vice caché, y compris sur des produits alimentaires, et permet d'appliquer avec efficacité la traçabilité des produits dangereux et leur retrait et rappel, si nécessaire, dans l'intérêt de la sécurité et de la santé des consommateurs (selon le règlement CE 178/2002).

Appauvrir les consommateurs, c'est appauvrir les familles et appauvrir la nation tout entière. Quand une nation s'appauvrit, les classe populaires se rebellent en émeutes qui, en général, échouent (gilets jaunes du début). Mais quand les classes moyennes déclassées rejoignent les classes populaires, ce sont alors des révolutions qui réussissent. Mais parfois aussi tournent mal.

Henri Temple
Henri Temple
Essayiste, chroniqueur, ex-Professeur de droit économique, expert international

Vos commentaires

55 commentaires

  1. Et que vont faire nos ainés qui ne manient pas du tout le smartphone , faudra t-il qu’ils se rendent dans des centres informatisés pour avoir droit à leur petit ticket de caisse ou mieux encore à leurs bons prouvant qu’ils ont été acquéreurs de tel ou tel produit, sans oublier qu’il va falloir certes se déplacer dans un centre et surtout sur prise de rendez-vous. Arrêtons ces mascarades , plus on nous pourrit la vie plus nos dirigeants ont l’impression de servir à quelque chose , mais comme toujours ce n’est que la partie émergée de l’iceberg, l’important est en dessous.

  2. il m’arrive parfois de faire des courses pour des voisins âgés et ils ont besoin de voir le ticket de caisse, pour d’une part me rembourser et d’autre part la plupart n’ont pas d’autres moyens pour vérifier leur compte.

  3. Pour des tas de produits, c’est le fameux ticket de caisse qui valide la garantie, alors… ?
    Une fois passé la porte du magasin, plus de contestation possible…
    En cas de retour de marchandise pour rappel, qui justifie de l’achat si ce n’est le fameux ticket de caisse ?
    En attendant que le téléphone portable ne devienne obligatoire comme moyen de paiement, les technocrates abrutis par leurs études ne voient pas qu’ils mettent sur la touche toute une partie des français incapables de gérer les « nouveaux » outils…
    Allons, que chacun rejoigne le troupeau des moutons contrôlé par Big Brother ? Non, un être humain reste un être humain qui sait organiser sa vie et dans cette organisation le ticket de caisse est primordial !
    J’ai bien aimé l’idée de demander une facture à défaut du fameux ticket, génial en plus ça créera des emplois à moins de saturer les rares caisses ouvertes !

  4. Je demanderai toujours le ticket …sinon je laisserai la marchandise …avant de poser les courses préviendrai .

  5. Le pire c’est que ce ne sera pas un poisson d’avril mais un poison… Avec le ticket à la sortie de la caisse on pouvait vérifier les erreurs (parfois, mais on se demande si ce n’était pas souvent) voulues. Mais là ce sera fini alors vive les promos annoncées et non ssuivies si n ne les chope pas à la caisse en regardant le petit écran où défilent les prix de nos achats…. Leclerc était champion de ces « erreurs »….

  6. C’est faux de prétendre que remplacer le papier par un sms ou un mail est écologique. Cela va provoquer une augmentation des dépenses énergétiques, comme toute utilisation d’internet. beaucoup de personnes oublient que l’utilisation d’Internet n’est pas écologique. Encore une fois, l’écologie a bon dos.

  7. Ce qui veut dire que nous allons être obligé de donner une adresse mail pour recevoir le ticket.
    Donc obligé de s’inscrire auprès du commerçant, donc des infos perso à divulguer.
    Voilà le premier degrés de la marche vers la disparition de l’argent liquide.
    On ne pourra bientôt plus payer qu’avec une carte, toujours dans le même établissement, il n’y aura plus d’achats anonymes.
    Contrôle de nos vies.

  8. Contrairement à ce que font nos gouvernants, il importe de pouvoir maitriser un budget sous peine de faillite.
    Bien entendu je continuerai à demander un ticket de caisse car je désire être en mesure de maitriser mon budget. Je vérifie ce ticket à chaque fois que je fais des courses. Quant à faire des économies de papier et d’encre il s’agit d’un faux argument. Avec ce retrait des tickets de caisse, il s’agit surtout de nous rendre de plus en plus irresponsables de nos actes.

  9. Suppression des tickets de caisse, bientôt des tickets de métro.
    Sous prétexte d’écologie, des économies de bout de chandelle.
    Va-t-on demander aux livreurs de marchandises de cesser d’entourer leurs produits sur palettes de plusieurs tours de plastique ?
    Va-t-on demander aux fabricants de bateaux de cesser de protéger leurs bateaux neufs d’une housse de plastique non réutilisable ?
    Va-t-on demander à Rungis de recycler les innombrables cageots qui partent au mieux dans les cheminées, au pire à la poubelle surtout quand ils sont en plastique ?
    Etc..

  10. bonjour et bonne année,
    Pas mentionné dans l’article le ticket permets d’étudier ses dépenses à tête reposé à la maison.
    J’ai pu analyser ainsi mes dépenses en boissons alcoolisés, et produits ménagers.
    Je pense que l’objective de cette mesure est qu’on devient encore plus des consommateurs décérébrés.

    Et pour rire je suggère la réduction de la taille d’une feuille de papier Q – il me reste souvent d’inutilisé dans les coins.

  11. C’est mon droit légitime que d’obtenir mes preuves papier d’achat ET de paiement.
    J’exigerai donc toujours ces preuves n’en déplaise à tous ces décérébrés qui gouvernent.

  12. Depuis quelques années tout est fait CONTRE le consommateur. Effectivement, après la disparition des employés qui nous recevaient ou répondaient au téléphone, on nous demande d’ouvrir des « sites » qui après, deviennent injoignables (j’ai essayé avec EDF et j’y ai passé 2h avant d’abandonner).. Je trouve anormal de ne pas avoir une facture acquittée de ce que l’on achète. Quelle preuve alors quand on sait que tout se qui est par informatique peut être sournoisement manipulé (on le voit avec les élections). Pour ma part, je continuerai à réclamer coûte que coûte un document papier

  13. Personnellement le ticket de caisse je m’en fous , je le regarde jamais , mais si sa suppression peut declencher une nouvelle revolution Française tant mieux !

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois