Editoriaux - Politique - Radio - 28 mars 2018

Non, Monsieur Bilger, Gérard Collomb n’est pas un excellent ministre de l’Intérieur !

Intervenant sur Radio Classique ce mardi 27 mars, Philippe Bilger a déclaré que Gérard Collomb était un excellent ministre de l’Intérieur si on veut s’en référer au fond, qu’il propose d’excellents projets de loi et qu’il est totalement conscient des dangers… Les bras m’en sont tombés !

Il avait pourtant bien commencé son intervention en indiquant qu’il était possible de rechercher une qualification pénale pour les fichés S et, tout à coup, patatras ! Je ne sais pas ce qui lui a pris de subitement tresser des lauriers à notre ministre de l’Intérieur ! Il ne s’agit pas, pour moi, d’avoir une posture systématique d’opposition à Gérard Collomb, mais de regarder lucidement son action et, surtout, son inaction.

Vingt attentats ont été déjoués en 2017 et deux depuis le 1er janvier 2018, selon les déclarations récentes du ministre. Très bien, heureusement que nous obtenons quelques résultats, mais sur combien en préparation ? Ces chiffres sont relatifs. Les événements de Carcassonne sont venus fracasser cette autosatisfaction affichée en mettant en lumière l’échec de la surveillance des fichés S du haut du spectre par la DGSI, submergée par le nombre d’individus à surveiller. Quel aveu d’échec cinglant ! Notre ministre de l’Intérieur ne maîtrise plus rien du tout et ne propose aucune mesure afin de faire dégonfler le nombre d’individus à surveiller, déchéance de la nationalité pour les binationaux, expulsions des étrangers fichés S, etc.

Qu’a fait Gérard Collomb pour faire arrêter les jeunes du quartier Ozana où résidait Radouane Lakdim, le terroriste de Trèbes, qui ont crié leur soutien au terroriste face aux policiers venus sécuriser le quartier ? Rien. D’une façon plus générale, que fait-il pour reconquérir les zones de non-droit, quartiers où pullulent les trafics, les bandes de délinquants et où s’est imposé un islam radical qui nous mine ? Rien. Le concept de police de sécurité du quotidien censé ramener la sécurité ne fonctionnera pas dans ces conditions. Emmanuel Macron a même précisé que cette réforme « ne consistera pas à remettre en place des postes de police dans les quartiers » Alors ?

Qu’a fait Gérard Collomb pour réduire les failles juridiques persistantes dans notre dispositif législatif antiterroriste, sur les interceptions de sécurité, les saisies judiciaires, le nécessaire croisement des fichiers judiciaires et de renseignement ? Rien, comme son prédécesseur… Pourtant, ces failles ont été décrites par les chefs de nos services de renseignement lors de leur audition par la commission d’enquête parlementaire sur les moyens mis en œuvre par l’État après le 7 janvier 2015.

Que fait Gérard Collomb pour faire respecter la laïcité alors que l’état des lieux décrit dans le rapport du préfet Clavreul, paru en février, dresse un constat alarmant de la laïcité en France et du vivre en commun collectif ? Rien, ou plutôt si ! Il rouvre les mosquées salafistes fermées pendant la période de l’état d’urgence. Quand on sait combien il est difficile de savoir ce qui se passe à l’intérieur de celles-ci, les fermetures devraient être définitives. Chassez le naturel, il revient au galop.

On sait que certains terroristes, qui ont agi notamment au Bataclan, s’étaient infiltrés parmi les « migrants », mais on continue à développer une politique migratoire mortelle pour la France. « La menace terroriste reste très élevée », précise notre ministre, mais il contribue à l’aggraver en ne faisant rien pour interdire le retour de ces djihadistes, et on s’apprêterait même à favoriser leur recueil sur notre territoire, selon M. Castaner. Je m’arrête là faute de place dans ce billet, mais non, Gérard Collomb ne mène pas la guerre intérieure qui nous est déclarée.

Il n’est pas, Monsieur Bilger, un excellent ministre de l’Intérieur.

À lire aussi

L’Agence française de développement (AFD) censure un article sur l’intervention militaire française au Mali : l’effet Macron ?

Décidément, tout ce qui ne plaît pas à Emmanuel Macron doit être censuré ! …