Le Conseil constitutionnel a rendu sa décision sur la loi étendant le passe sanitaire avec notamment l’obligation vaccinale pour les soignants. L’essentiel du texte a été validé, excepté l’isolement obligatoire et la rupture anticipée d’un CDD ou intérim.

Réaction de Nicolas Dupont-Aignan au micro de Boulevard Voltaire.

 

 

Le Conseil constitutionnel a validé dans sa quasi-totalité l’extension du passe sanitaire. Vous devez être déçu…

Oui, c’est un jour de honte pour nos institutions, pour le respect de notre Constitution et pour le Conseil constitutionnel. Nous sommes devenus une république bananière. Je suis effaré par une décision qui, sur le plan juridique, est incompréhensible pour moi.

La possibilité de licenciement pour les personnes sans passe sanitaire a été retoquée, c’est un progrès…

Oui, une miette est donnée… mais la liberté de circuler n’est-elle pas aussi importante que la liberté de travailler ?
Bien sûr, je m’en félicite, mais ce n’est pas suffisant et je ne comprends pas le Conseil constitutionnel, au regard de sa précédente jurisprudence. Quand vous pensez que des terroristes islamistes à qui la majorité voulait imposer un bracelet électronique ont été sauvés par le Conseil constitutionnel qui a annulé la loi… Donc, le terroriste islamiste a plus de droits devant le Conseil constitutionnel que des millions de Français.

Comptez-vous vous opposer à la mise en place du passe sanitaire, totalement validé par la loi ?

Je pense que seule la pression populaire permettra de demander le retrait du passe sanitaire. Cette pression peut s’organiser de deux façons : d’abord en manifestant très nombreux dès samedi et ensuite en favorisant les commerces qui ne respecteront pas la règle, en donnant une prime à ceux qui ont le courage de dire : on n’accepte pas la discrimination, on n’accepte pas l’entrave à la liberté, on ne peut pas accepter la levée du secret médical. Il y a des moments, dans l’histoire d’un pays et d’un peuple, où il faut savoir agir pacifiquement pour défendre la raison.

5 août 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.