Editoriaux - 5 septembre 2019

Mais quelle mouche a bien pu piquer Lilian Thuram ?

Mais quelle mouche a bien pu piquer Lilian Thuram quand il affirme « Il est nécessaire d’avoir le courage de dire que les Blancs pensent être supérieurs et qu’ils croient l’être » ?

Comment oublier le grand footballeur Lilian Thuram, encourageant ses partenaires sur le terrain, l’international qui, chaque fois qu’il portait le maillot des bleus, ne voulait pas perdre, transmettait cette niaque, ce fighting spirit mobilisateur, comment oublier ce footballeur qui avait activement participé aux belles heures de l’équipe de France, comment oublier ces moments où, ensemble, nous valorisions le black-blanc-beur ?

Mais ça, c’était avant : c’était Lilian Thuram, le modèle d’une société dans laquelle les Français ne voyaient plus les couleurs des uns et des autres.

Même si l’actualité évoque les violences faites aux femmes, il est inutile de revenir sur les problèmes judiciaires qu’a connus Lilian Thuram et qui ont alimenté la presse people, car cela relève d’affaires personnelles. Ceux-ci n’ont pas empêché l’ex-footballeur de continuer à jouir d’une réputation acquise sur les terrains qui, incontestablement, fait de lui un prescripteur, une référence dans certains quartiers, et plus particulièrement auprès des Africains et Antillais.

Ainsi, Lilian Thuram a le droit de militer pour un parti politique et même se présenter sur une liste et être élu de la République française s’il le veut, mais il n’a pas le droit d’utiliser son statut de prescripteur pour influencer négativement des populations.

Et puis, de vous à moi, qui peut croire un seul instant que Lilian Thuram est plus discriminé par les Blancs que Pierre, Paul, Mohammed, Ousmane ou autres Noirs en France ?

La France ne doit rien à Lilian Thuram, mais lui, il doit tout à la France, alors quelle mouche a bien pu le piquer ?

Lilian Thuram plonge à pieds joints dans la posture des chantres du racisme anti-Blanc et c’est bien dommage car il est apprécié par beaucoup de personnes. Dans tous les pays du monde, le racisme existe, inutile ici de parler des tensions raciales en Afrique du Sud, mais circonscrire cette haine comme le fait Lilian Thuram est honteux et lâche ; pire : subodore un complexe d’infériorité.

Non, Monsieur Lilian Thuram, les Blancs ne pensent pas et ne croient pas être supérieurs aux autres. Par contre, certains se sentent en situation d’infériorité, ça s’appelle un complexe !

En vérité, Lilian Thuram pourrait être un complexé qui cherche à s’accrocher à la vague actuelle du racisme anti-Blanc dans l’espoir d’éviter qu’on lui rappelle qu’il aurait pu avoir sa place comme témoin au #GrenelleViolencesConjugales.

À lire aussi

Musulman(e)s en France, opposez-vous aux islamistes, dites stop à l’instrumentalisation !

On apprend, dans Marianne, que les signataires de la tribune contre le voile sont menacés,…