Editoriaux - Politique - 17 février 2018

Avec Maël de Calan et Florence Portelli, Valérie Pécresse reconstitue l’UMP canal historique…

On pensait qu’ils allaient partir, rejoindre l’UDI ou LREM. Enfin prendre leur envol, s’émanciper. Ils avaient parlé de mise en « congé » comme M. Juppé, de deux droites « irréconciliables » comme Mme Pécresse, de ligne rouge que le nouveau président de LR, Laurent Wauquiez, aurait franchie, qui plus est avec sa parka rouge.

Eh bien, non, les LR anti-Wauquiez (Valérie Pécresse en tête) restent dans cette maison où ils se sentent si mal, retenus par… on ne sait quoi. Mais ils viennent d’annoncer qu’ils se sont rassemblés. Il est vrai que, quand on n’a plus (ou que l’on n’est plus) que des miettes, le mieux est de s’agglomérer. Ainsi, les deux rivaux de Laurent Wauquiez pour la présidence de LR à l’automne dernier, la filloniste Florence Portelli et le juppéiste Maël de Calan, ont intégré l’organigramme du mouvement Libres ! lancé en septembre par Valérie Pécresse, respectivement aux postes de secrétaire générale et de vice-président.

Le jeune Maël de Calan sera plus précisément en charge du projet avec Patrick Stefanini, le très ancien juppéiste qui, nommé directeur de campagne par François Fillon il y a un an, l’avait très rapidement abandonné en rase campagne. Cet attelage semble ravir notre jeune juppéiste, qui déclare à L’Opinion :

Nous avons tous les deux soutenu Alain Juppé lors de la primaire. Nous avons en commun des amis, des valeurs, des combats et aussi des doutes sur le positionnement des Républicains.

Voilà pour l’épiphénomène au sein des LR anti-Wauquiez. Comme des révolutions de palais au sein des radicaux…

Mais, au fait, combien de divisions, ces nouveaux généraux de Pécresse ? Florence Portelli : 16 %. Maël de Calan : 9 %. Des adhérents LR…

Autre question : quel sens donner à ce rapprochement des atomes isolés de LR dont le seul point commun est d’être des anti-Wauquiez, juppéistes et centristes ?

Réponse de Mme Pécresse, toujours à L’Opinion :

La composition de l’équipe dirigeante balaie complètement la primaire de 2016. Il y a des juppéistes, des sarkozystes, des fillonistes, des copéistes, des lemairistes. La grille de lecture n’est plus celle des anciennes écuries.

Ah… c’est donc cela : en rassemblant les scories des désastreuses guerres civiles internes aux LR, en piochant soigneusement dans chacune des sept familles LR, Valérie Pécresse pense avoir changé « la grille de lecture »…

Comment dire… Comme Maël de Calan, nous avons aussi de sérieux doutes et nous avons plutôt l’impression de voir se reconstituer, sur les ruines de leurs écroulements antérieurs, une nouvelle écurie.

En tout cas, saluons la persévérance de Mme Pécresse : au sein d’un parti LR qui suscite encore bien des interrogations, mais qui semble avoir retrouvé une ligne et un chef “de droite”, elle a réussi l’exploit de reconstituer un groupuscule : l’UMP canal historique !

À lire aussi

Blanquer : moi, ce qui m’exaspère, ce ne sont pas les profs qui se révoltent, ce sont ceux qui ne se révoltent pas !

Fidèle à la stratégie d'Emmanuel Macron contre les gilets jaunes, le ministre Blanquer jou…