Editoriaux - Politique - 26 avril 2019

Lors de sa conférence de presse, Macron dévoile son funeste projet pour la France

Après Notre-Dame, ce sont bien les illusions de très nombreux Français qui sont parties en fumée en écoutant Macron, ce jeudi soir, lors de son show télévisé. Tout y était. Le décor rénové à 500.000 euros de la salle des fêtes de l’Élysée, un parterre de journalistes en guise de faire-valoir et, surtout, une estrade sur laquelle Jupiter a pu faire rayonner ses talents de saltimbanque. Pour le reste, « circulez, y a rien à voir ».

Comme il fallait s’y attendre, le président de la République est resté sur ses positions. Il continue d’assurer, en cela, la poursuite d’une feuille de route déterminée depuis son élection en mai 2017 et de rassurer, ainsi, ceux qui l’ont placé au pouvoir. Les tenants de la haute finance internationale et l’élite mondialiste qui gouvernent le monde peuvent donc continuer de dormir sur leurs deux oreilles, la France rentrera comme prévu dans le rang.

Pourtant, dans les jours à venir, les médias dans leur immense majorité ne manqueront pas de commenter avec complaisance les propos et les annonces de celui qui voulait changer le monde. Et ils trouveront sans doute quelques arguments pour tenter de faire croire aux Français que la seconde partie du quinquennat qui arrive à grands pas sera celle du renouveau et de l’espoir.

En vérité, par ses maigres annonces Macron, n’a fait que désigner ses adversaires. Tout d’abord, les gilets jaunes. À celles et ceux qui, dès novembre dernier, manifestaient sur les ronds-points de France pour leur survie, il n’apporte aucune amélioration à leurs conditions de vie. Certes, il annonce moins d’impôts pour les années à venir, oubliant de préciser que ces diminutions seront rapidement rattrapées par l’augmentation inexorable et plus rapide que jamais du coût de la vie. Quant à leurs grandes revendications (Retour de l’ISF, RIC, prise en compte du vote blanc, 80 km/h…), elles sont balayées d’un revers de main par celui qui n’a jamais eu la moindre intention de céder quoi que ce soit.

Aux retraités, sur qui il compte pour aller voter le 26 mai, tout en misant sur leur frilosité politique, il octroie un abandon de la hausse de la CSG pour quelques-uns et une réindexation progressive des retraites sur l’inflation. Mais tout cela sous condition de mise à l’épreuve. Votez bien et je vous rendrai ce que je vous ai pris. Enfin, pour ce qui est des classes moyennes, celles qui font vivre le pays depuis des décennies, c’est bien leur disparition à court terme qui est confirmée. Ainsi, pour ces ménages qui sont riches dès lors qu’ils gagnent 2.000 euros par mois, il faut qu’ils se préparent à assumer les conséquences d’une politique dont le seul objectif est de les faire disparaître. Trop coûteuse pour celui qui a décidé d’inféoder les Français à une Union européenne des nantis et des puissants, et dont le nivellement se fera par le bas, elle rejoindra plus vite qu’elle ne le pense les « sans-dents » et « ceux qui ne sont rien ».

À mots non dissimulés, Macron a ainsi fixé les objectifs des prochaines élections européennes. Plus que jamais, elles seront dirigées contre les peuples et pour une élite qui ne recule devant aucun moyen ni aucun subterfuge pour parvenir à ses fins et prendre le contrôle d’un continent qui se déculture à grands pas et dont les peuples ne seront bientôt plus que les esclaves d’une caste dirigeante planétaire.

Le 26 mai prochain est sans doute la dernière occasion de s’opposer à ce funeste destin. Après, il sera trop tard. Il faut, maintenant, espérer que les électeurs qui ont souvent péché par leur naïveté ne tomberont pas, une fois encore, dans le piège grossier qui leur est tendu. Malheureusement, rien n’est moins sûr.

À lire aussi

CAN : finale des supporteurs ou déchaînement des émeutiers ?

Quelques heures avant que les émeutes consécutives au match de football ne se produisent, …