Editoriaux - Histoire - Livres - Religion - Table - 1 avril 2018

Livre/ Marie à Paris : guide, Philippe Bornet

Cliquez pour acheter

Surprenante, belle et rayonnante idée que celle de Philippe Bornet : un guide des lieux de dévotion mariale à Paris. En dépit du cadre espace-temps qui pourrait sembler limité (à Paris, en 2018), c’est d’un voyage vertigineux qu’il s’agit. Ce n’est pas un guide du routard pour cathos bon teint, ni un petit livre d’histoire mariale pour ceux qui savent déjà tout (ou qui le croient, plus souvent). Pour cela, les ouvrages sirupeux et prétentiards occupent le créneau, et vous en trouverez autant que vous voudrez. C’est mille fois mieux que cela. Que le titre simple et le propos apparemment rebattu ne vous découragent surtout pas.

D’abord, il y a l’intention surprenante, annoncée sur un ton d’apocalypse par la quatrième de couverture qui s’adresse directement au lecteur (“Convertis-toi tant qu’il est encore temps ! Tu ne peux rien par tes propres forces”) : on sent bien, dès cette accroche au harpon, qu’il ne s’agira pas de musarder en bermuda dans des chapelles en prenant des photos. L’objectif affiché de ce guide est donc une véritable conversion – raison pour laquelle l’auteur fait d’ailleurs figurer, à l’issue de chacune des vingt-huit « visites virtuelles », une courte prière à la Sainte Vierge.

Ensuite, un voyage, disais-je. Il ne s’agit pas d’une flânerie dans notre Paris actuel (pour cela, il y a L’Évangile selon saint Métro, du même auteur) : en franchissant quelques rues parisiennes, on passe de Guadalupe à Fatima, de Lorette à Rome ; on passe aussi du vœu de Louis XIII aux horreurs de la Révolution, de la conversion de Claude Bernard à celle de Claudel. Philippe Bornet est un conteur efficace et percutant : il livre les témoignages, compile les attestations scientifiques, brosse rapidement l’époque et le contexte. Il fait également office de guide, évidemment, en indiquant quels tableaux, quelles statues sont dignes d’intérêt ici ou là, mais tout est d’abord remis en perspective.

Rayonnement, enfin : on referme ce livre secoué par la puissance des manifestations de la Sainte Vierge au fil du temps. Et quel feu émane de Ses phrases et du cœur des saints qui L’ont suivie ! Si vous ne savez pas quoi lire pendant vos vacances de Pâques (vos vacances de printemps, quoi…), emportez donc ce petit livre, même si vous vivez loin de Paris. Vous aurez envie d’entendre bruisser, à l’heure du clair-obscur, la soie délicate du vêtement de la Mère de Dieu, comme cela fut donné à sainte Catherine Labouré. Vous vous sentirez comme une envie de dire le rosaire (si, si..). Une belle promenade, fraîche et qui parle au cœur, et surtout un remède absolu et rapide contre la zombification et l’abattement. Ce n’est pas du luxe.

À lire aussi

Molière 2019 : « On me dit que des Blancs se sont glissés dans la salle… »

Avec Fary, nous avons trouvé, selon la glaçante formule d'Édouard Philippe à propos de Not…