Dans le Var, un couple de retraités ne peut plus accéder à sa maison squattée. Les occupants ont changé les serrures et refusent de quitter les lieux.

C’est une mésaventure qui n’est pas sans rappeler plusieurs autres affaires du même type. À Théoule-sur-Mer, dans le Var, un couple de retraités ne peut plus accéder à sa propriété depuis plusieurs semaines. Une résidence secondaire pour ce couple de Lyonnais qui leur permet, à chaque été, de profiter d’un séjour en famille.

Mais cette année, une mauvaise surprise a contrarié Henri et sa femme. Arrivés sur les lieux, la maison était occupée par des squatteurs. « Ils m’ont insulté parce que j’étais propriétaire, du coup j’ai dormi dans ma bagnole », témoigne-t-il sur RTL. Les occupants sont entrés par effraction le 19 août dernier, soit deux jours avant l’arrivée du couple.

Désormais, face au refus des squatteurs de quitter les lieux, Henri doit prouver qu’il est bien le véritable propriétaire des lieux. La loi indique que, passés les deux jours de squat, la police ne peut plus intervenir pour expulser les occupants sans une décision judiciaire longue de plusieurs semaines, voire de plusieurs mois. Si le couple décide d’expulser de lui-même les squatteurs, il s’expose à une peine de trois ans de prison et de 30.000 euros d’amende pour violation de domicile.

7 septembre 2020

À lire aussi

France 2 obligée d’annuler son émission politique en banlieue parisienne car « la police ne peut pas assurer la sécurité des équipes »

Le jeudi 26 novembre, France 2 diffusait un nouveau numéro de son émission politique « Vou…