J’ai beaucoup apprécié vos remarques, ce jeudi, lors du débat sur animé par Pascal Praud, à propos des enfants – surtout en bas âge – qui subissent les méfaits de la situation sanitaire actuelle. Le 16 mars 2020, dès que M. nous a annoncé les mesures de confinement, j’ai relu la mise en garde du secrétaire d’État à l’Enfance publiée le jour même et qu’aucun de mes confrères – à ma connaissance – n’a reprise ni communiquée. Elle annonçait les risques d’un pour les enfants. Les statistiques que vous avez publiées sur les tentatives de suicide m’ont malheureusement conforté dans ce que je pensais à l’époque et que j’avais tenté de diffuser afin d’alerter les familles. En vain…

Sur Sud Radio, le 2 septembre, lors de la rentrée scolaire, invitée par André Bercoff, vous aviez déjà tenu, en tant que spécialiste en psychopathologie, neuropsychologie, psychosomatique formée et psychologie transgénérationnelle, à alerter les familles, mais aussi les autorités jusqu’au niveau le plus élevé de notre République, que « nous étions en train de générer des TOC [troubles obsessionnels compulsifs, NDLR] et des phobies sociales absolument terribles sur toutes les tranches d’âge : retards de la parole à la crèche, problèmes d’apprentissage de la lecture, problème de concentration avec l’enseignement à distance et des dégâts psychiques sans commune mesure avec tout ce que l’on a pu rencontrer avant »

Et sur RMC, il y a un mois, le 21 septembre, lors du « Parti pris » d’Apolline de Malherbe, vous disiez avoir constaté une grande inquiétude chez les parents de enfants, « parce qu’il y a beaucoup d’effondrements depuis un an [ ] Il y a beaucoup de troubles anxieux, beaucoup de TOC, des phobies scolaires, des décrochages, des troubles du sommeil […], une explosion des troubles alimentaires chez les adolescents […] Et l’on a de plus en plus d’idées suicidaires et de passages à l’acte […] Mes collègues et moi essayons d’avoir les chiffres mais on a du mal à les obtenir […] Sur le terrain, on note de plus en plus […] de passages à l’acte et de plus en plus d’hospitalisations. Déjà, l’année dernière, 600 % d’hospitalisations en plus notamment à [l’hôpital parisien] Necker en pédopsychiatrie, il y a une vraie vague ! »

J’apprécie au plus haut point votre façon de vous imposer lors de ces débats : vous savez exposer vos pensées par un vocabulaire châtié et néanmoins compréhensible par le plus grand nombre d’entre nous.

Je ne dois pas être le seul à espérer que vous participerez à d’autres débats radiotélévisés afin que soit répandu – au sein des familles et parmi les professionnels de la petite enfance – votre point de vue au profit des plus d’entre nous et, en particulier, ceux qui souffrent le plus des mesures sanitaires actuelles. Dans un seul but : les sauver ! Et vous êtes l’une des rares à pouvoir y contribuer… Je dirais même mieux : à y parvenir. Merci pour tous nos petits en détresse !

24 octobre 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 10 votes
Votre avis ?
28 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires