Editoriaux - Religion - Sport - 8 mai 2019

Les joueurs PSG en plein ramadan, ou presque…

Dans un clip de douze secondes, six joueurs du PSG ont tenu à souhaiter un bon ramadan aux musulmans. En arabe. Tour à tour, chacun lance un « moubarak ramadan ! » aux compétiteurs sur la ligne de départ. Et que le meilleur gagne !

La formule qui accompagne les moments festifs tels que « Bon anniversaire » ou « Bonnes vacances » se voit, dans ce cas de figure islamique, réservée à une épreuve. Une privation. La faim, la soif, la longue attente avant la délivrance du coucher du soleil. En ce mois de mai, le bougre joue les prolongations. Encore un peu, encore quelques minutes…

Juste en dessous, le PSG débute un match. Avec ou sans joueurs qui observent le jeûne le jour de la rencontre. Selon CNews, qui a enquêté sur le sujet, la plupart d’entre eux remettent à plus tard ou s’abstiennent. Le Coran indiquerait qu’il existe des dérogations, parmi lesquelles « le voyage long et pénible ». Recommandation adaptable au sport de haut niveau. Les risques pour la santé sont également invoqués. Le « Bon ramadan ! » aurait-il été souhaité par des joueurs musulmans qui ne s’y conforment pas ? Quelle bande de farceurs ! Quel cynisme !

En cette période « ramadesque », étonnamment, Anne Hidalgo n’a pas été sélectionnée pour garder les buts du PSG. Après sa traditionnelle sauterie municipale en l’honneur de ce rituel, la mairesse aurait fait bonne figure dans l’équipe. Caution pour ceux qui ne pouvaient jeûner. Garantie d’intégrité musulmane. En short et voilée. Éventuellement.

D’étonnement en étonnement avec cette déclaration d’une éminence de la Grande Mosquée de Paris faite au Figaro avant la Coupe du monde 2014 : « Le ramadan est un choix très personnel, il n’y a aucune obligation de le faire. Le principe du ramadan n’est pas de se faire violence, le jeûne est recommandé pour ceux qui en sont capables ». Laissé à la libre appréciation de la notion de « capable ».

L’ex-entraîneur du PSG, Antoine Kambouaré, quant à lui, laissait systématiquement sur la touche les joueurs qui continuaient à observer le ramadan le jour du match. Qu’attend-on pour lui confier la direction de la RATP ? Les conducteurs de bus en pénitence seraient ainsi invités à rester chez eux ou réserver leur emploi du temps aux transports nocturnes.

D’après Joachim Véliocas, interrogé par Boulevard Voltaire, l’ex-grand muphti d’Égypte Ali Gomaa définissait ainsi le ramadan : « Tout au long de l’histoire musulmane le ramadan n’a pas été seulement un mois d’adoration mais aussi un mois d’action et de djihad visant à répandre la plus grande religion du monde. Le ramadan a toujours été un mois de grande conquête. »

De son côté, le PSG se chargera de la conquête du terrain. Perdre par 6 à 7 avec une équipe dans laquelle jouent six ascètes serait pourtant d’une grande élégance.

À lire aussi

Jeunes en grève pour le climat : l’été sera chaud

Ce vendredi, la lutte s’intensifie avec l’appel aux jeunes à une « grève mondiale pour le …