Editoriaux - Polémiques - Politique - 7 novembre 2019

Les féministes protègent les femmes… qui pensent comme elles. Que les autres aillent se brosser !

On croyait naïvement que depuis #MeToo, #BalanceTonPorc, le couronnement de Marlène Schiappa sur le trône de secrétaire d’État, sans oublier Laetita Avia et sa loi contre le cyberharcèlement, on ne devait plus parler aux femmes qu’avec un immense respect. Que toute irrévérence, a fortiori toute vulgarité, seraient sévèrement sanctionnées. Ainsi l’humoriste Laurent Gerra affirmait-il récemment dans l’émission C à vous s’être fait remonter les bretelles pour avoir appelé Madame Macron, « Brigitte ». 

On se fourrait le doigt dans l’œil. Toute loi a ses exceptions, et si vos idées sont jugées infâmes, vous n’êtes plus étiquetée « femme ». Vous voilà dégradée sur le fond des troupes et livrée à la vindicte populaire. Les grossièretés les plus ordurières, les menaces ouvertes peuvent se déverser par tombereaux entiers sur votre tête sans que l’une de ces dames au gouvernement daigne vous jeter un regard. 

Booba a cru défaillir quand, sur le plateau de CNews, il a entendu Zineb El Rhazoui – rescapée de Charlie – émettre l’idée que les policiers puissent tirer à balles réelles quand ils étaient agressés. On ne le savait pas si sensible, ses textes n’étant pas spécialement des contes de fées où s’ébattent licornes et petits poneys, ni des bluettes de dame caté appelant à tous s’aimer les uns autres dans la cité :  « J’aime voir des CRS morts », (Si tu kiffes pas… ).  « J’rêve de loger dans la tête d’un flic une balle de G.L.O.C.K. » (100-8 zoo), « Je souris comme à l’enterrement  d’un flic » (Mauvais œil).

C’est que Monsieur est artiste ! Ce ne sont pas des insultes, bande de ploucs, mais de la contre-culture. Un rédacteur de la prestigieuse NRF, Thomas Ravier, a même vu en lui en 2003 un nouveau Louis-Ferdinand Céline ou Antonin Artaud, qui aurait inventé une nouvelle figure de style : la « métagore », mélange de métaphore et de gore.  En 2015, c’est Jean Birnbaum directeur du Monde des Livres, qui à son tour l’a comparé à… Léon Bloy. La prochaine fois, Charles Péguy ?

Notre Bloy des temps modernes s’octroie donc le droit du haut de sa chaire de fin lettré, de traiter Zineb El Rhazoui de « grosse merde puante », de « suceuse d’empereur romain », dans une métagore digne, on en conviendra, de figurer à l’oral du bac de français. 

Mais il n’en reste pas là ; avec le hashtag #punissonsla, il appelle à lui « pourrir la vie ». Il sonne l’hallali. La meute des chiens, sur la toile, montre les crocs, furète, salive déjà, et s’élance en aboyant pour traquer la bête sur les réseaux sociaux. Marlène Schiappa et Laetitia Avia doivent être très occupées avec d’autres priorités, – un menhir à livrer, des ongles à limer – car on ne les entend pas.  Si encore il l’avait appelée “sorcière“, elles auraient peut-être bronché.  C’est un mot qu’elles n’aiment pas voir galvaudé. 

Mais Zineb El Rhazoui n’est pas seulement le souffre-douleur d’un rappeur à biceps surgonflé. Elle est aussi le punching ball d’un mâle-blanc-de-plus-de-50 ans – circonstance en principe aggravante –  journaliste d’extrême-gauche décomplexé, Daniel Schneidermann, qui n’hésite pas sur son compte Twitter à la qualifier – en même temps qu’une autre femme, Julie Graziani – de « monstruosité ». Vous avez bien compris, ce ne sont pas leurs propos qu’il qualifie ainsi, mais leur personne : des monstruosités,  comme ces phénomènes de foire façon Éléphant Man qu’on traînait de cirque en cirque pour qu’elles suscitent l’effroi dégoûté d’une foule frustre qui les conspuait, leur déniant toute humanité. La même foule que l’on retrouve aujourd’hui sur Internet, excitée par les bonimenteurs et dresseurs de fauves que sont Booba et Schneidermann.

Les monstruosités comme dit Monsieur Schneidermann,  les grosses merdes puantes comme renchérit Booba ne sont pas des femmes, vous comprenez ?  Ce doit être pour cela que les féministes  ne se sentent nullement concernées par le sort de Zineb El Rhazoui. 

À lire aussi

« Vis ma vie » : François Hollande dans la peau d’Éric Zemmour !

Une humiliation… ou une consécration : l’espace d’un instant, François Hollande a fait fig…