Ce que le « système » a toujours rêvé d’instaurer à l’École, la pandémie lui en a donné l’occasion : le numérique va s’installer massivement dans l’enseignement, ce qui précipitera la rupture bien entamée avec l’humanisme et de la tradition. Il ne faut pas croire qu’il s’agisse d’un putsch pédagogique. Contrairement aux partisans de « l’École républicaine », je ne pense pas que parents et élèves aient désiré un enseignement haut de gamme, exigent et sérieux : ils se sont vite adaptés à la démagogie pédagogiste, tant ça correspondait à leurs vœux égalitaristes, dussent ceux-ci aboutir au désastre actuel.

Ce qui me frappe, dans les propos officiels ou des « spécialistes », techniciens de l’Éducation ou journalistes, c’est qu’on ne trouve jamais mis en cause le manque de volonté, d’effort, de sur soi-même, des uns et des autres : tout devrait se faire dans le plaisir et la bienveillance, dans l’esprit du surfeur qui glisse sur la vague hédoniste et fraternitaire.

Or, outre l’incroyable effondrement du niveau scolaire et intellectuel de la masse des élèves, on constate une absence quasi générale de sérieux, de concentration, de souci de bien faire, d’écoute, d’application, de respect du maître et du savoir. L’institution a été complètement vidée de sa légitimité. Plus rien ne justifie le travail. La sélection a disparu avec les sanctions, les récompenses seraient discriminantes, on se fie seulement sur la bonne volonté, ce qui est bâtir sur du sable.

On ne répétera jamais combien un Bourdieu, suivi d’un Meirieu, ont eu leur part de responsabilité dans la catastrophe (qui n’en est pas une, aux yeux de leurs disciples, car rompre avec la tradition et l’humanisme a toujours été leur souhait, au profit d’une préparation au monde du travail et de l’endoctrinement permanent). En discréditant la culture savante comme stratégie machiavélique de la domination des « héritiers », on a tué le cœur même de la civilisation occidentale, fondée sur la fréquentation des grands hommes et le contrôle de ses bas instincts (ce que signifie le terme « érudition », c’est-à-dire la sortie de la barbarie). On a laissé libre cours à la paresse, à la hâblerie, à la superficialité, à la débrouillardise vile et malhonnête. La nuit, tous les chats sont gris !

Or, toute saine est une communauté d’héritiers : des ancêtres qui ont fait la nation, des aïeux qui ont fondé la famille, des parents, qui ont élevé les enfants et leur ont inculqué le sens de l’effort, des maîtres, des formateurs, qui ont appris à leurs apprentis un métier, et, si possible, l’amour du travail bien fait, la conscience professionnelle.

L’École démagogique, qui se réfugie derrière la technique comme derrière un petit doigt, a « oublié » ce qui a toujours été depuis que l’homme vit en société.

On devrait, de ce fait, continuer à assister à la débâcle de l’Occident, malade de l’intérieur, et, fatalement, attaqué par tous les parasites qui l’abattront.

13 mai 2020

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.