Nos sous-fifres chefs rayonnent, jour après jour. Minables désœuvrés, condamnés à une vie de second rôle, on leur offre leur quart d’heure warholien, comment voudriez-vous qu’ils refusent ? Alors, c’est un concert : de M. Salomon, docteur en publique, parent pauvre de la médecine, jour et nuit sur nos écrans, à M. Castex, maire sans , propulsé chef d’un gouvernement pour surtout ne rien diriger, en passant par nos médecins généralistes, infirmières et chefs de service, probablement désœuvrés et surtout fatigués, qui voient là une occasion de vivre – puisque mourir pour ses idées n’est plus à la mode – en héros.

Ce sont, à mon humble avis d’étudiant carabin, naïf et idéaliste, ces derniers les plus décevants. On « fait médecine » pour soigner, pour aider, pour l’intérêt intellectuel et humain, potentiellement pour l’argent, mais jamais pour l’héroïsme. C’est à l’opposé du serment d’Hippocrate, le fameux sur lequel nombre de médecins médiatiques s’asseyent lorsqu’ils menacent de ne soigner que les patients qui obéissent aux directives gouvernementales.

De médecins, ils sont devenus gourous, étendant leur domaine de compétence d’un organe à la liberté individuelle, oubliant leur devoir de réserve, crachant sur leur principe de précaution et de rigueur scientifique.

Plus que d’avoir une intuition, qui reste l’apanage de tout bon médecin, ils veulent imposer. La première qualité d’un excellent médecin est d’écouter. Eux déblatèrent sans réfléchir, se contredisant sans sourciller, affirmant sans savoir, accusant et condamnant sans preuve, sans cesse, de qu’on ne leur retire la parole. Le Mr. Smith de Frank Capra, cramponné à son pupitre de sénateur durant vingt-quatre longues heures, récitant la Constitution pour ne pas se taire, et se sachant destiné à l’oubli s’il s’arrêtait un instant, apprécierait l’.

Par leur seule qualité de blouse blanche – puisqu’il suffit de travailler à l’hôpital pour être « soignant », et donc héros de guerre –, ils se font juges et tribunaux d’une pandémie dont on ne connaît rien, si ce n’est son ridicule taux de mortalité.

Défilant, il y a un an, dans la rue pour lutter contre la fermeture des lits, le manque de personnel et le bras d’honneur inlassablement tendu aux par l’exécutif, ils se sont fait acheter, en mars, par un soutien présidentiel à ces « héros aux fronts » et quelques applaudissements, venus des mêmes bras qui se croisaient sur leur passage quatre mois auparavant. Trop lâches pour refuser le prétendu hommage, endormis par les éloges, ils se sont pris au jeu et ne veulent plus quitter le piédestal – artificiel – sur lequel on les a juchés.

Il est rabâché aux élèves de première année le « consentement éclairé » du patient, le droit de choisir son traitement, de le refuser, de ne rien faire, de mourir libre. Où donc se cache ce consentement éclairé dans l’obligation de port du , le puis le couvre-feu ? Ne devrait-on pas laisser chaque citoyen, chaque patient potentiel, choisir ? De quel droit un médecin s’octroie-t-il le pouvoir d’imposer ces mesures ?

Mieux vaut mourir libre que vivre enchaîné ? Non seulement nous ne vivons plus, mais nous mourrons enchaînés.

9 décembre 2020

Partager
BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 10 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

Étudiants en médecine déprimés et… réquisitionnés !

Et si, au lieu de nous isoler dans la détresse, la soumission et l’acceptation de notre so…