Enfin libre, le retrouve son goût de l’air du large et demande officiellement à rejoindre l’une des plus grandes zones de libre-échange, approfondissant les liens commerciaux avec certains des marchés qui connaissent la croissance la plus rapide au monde. Cela tranche avec le manque d’audace du Français qui préfère vivre sous le régime de l’Union européenne auquel il reproche, au pire, l’absence de muraille – non pour se protéger de l’invasion migratoire mais pour se protéger des richesses du monde.

La secrétaire d’État au Commerce international, Liz Truss, s’adressera aux ministres japonais et néo-zélandais, ce lundi 1er février, pour leur demander de se joindre au Partenariat transpacifique global et progressif – progressif et non progressiste, comme on le lit dans la presse (Comprehensive and Progressive Agreement for Trans-Pacific Partnership – CPTPP).

Londres avait précédemment signé un accord avec le Japon et un autre avec Singapour. L’adhésion au CPTPP, qui rassemble onze pays de la zone Pacifique (Australie, Brunei, Canada, Chili, Japon, Malaisie, Mexique, Nouvelle-Zélande, Pérou, Singapour et Vietnam), renforcerait l’accès du aux marchés à croissance rapide et aux grandes économies au profit des entreprises britanniques.

« Nous forgeons de nouveaux partenariats qui apporteront d’énormes avantages économiques au peuple du Royaume-Uni », a lancé le Premier ministre Boris Johnson, un an après l’émancipation britannique. Et d’ajouter : « Postuler pour devenir le premier nouveau pays à rejoindre le CPTPP prouve notre ambition de faire des affaires dans les meilleures conditions avec nos amis et partenaires partout dans le monde et d’être un fervent champion du libre-échange mondial. »

Ce partenariat offrira d’« énormes occasions » pour les industries britanniques, a assuré, de son côté, Liz Truss, « cela signifiera des droits de douane plus bas […] et un meilleur accès pour nos excellents fournisseurs de services, créant des emplois de qualité et une plus grande prospérité pour les gens d’ici ». Contrairement au régime de l’Union européenne, rejoindre ce groupe de pays se ferait « sans conditions », a souligné la secrétaire d’État au Commerce international : « Nous n’aurions pas de contrôles de nos lois, de nos frontières, nous ne devrions pas contribuer financièrement. »

Voici les avantages que l’adhésion au CPTPP procurera aux entreprises, selon le gouvernement britannique :

– Des règles commerciales numériques modernes qui permettent aux données de circuler librement entre les membres, éliminent les obstacles inutiles pour les entreprises et protègent le code source commercial et le cryptage.

– Vers la fin des droits de douane sur les exportations du Royaume-Uni, y compris le whisky (de 165 % à 0 % en Malaisie) et les voitures (de 0 % au Canada d’ici 2022, deux ans plus tôt que dans le cadre de l’accord commercial entre le et le Canada).

– Règles d’origine qui permettent que le contenu d’un produit de n’importe quel pays du CPTPP soit considéré comme « originaire ». Par exemple, cela signifierait que les voitures fabriquées au Royaume-Uni pourraient utiliser davantage de pièces automobiles d’origine japonaise, comme des batteries.

– Déplacements facilités pour les hommes d’affaires entre les pays du CPTPP, comme la possibilité d’obtenir des visas plus rapides et moins chers.

Mike Cherry, président de la Fédération des petites entreprises (FSB), a déclaré : « L’adhésion au CPTPP serait très bien accueillie par toutes les petites entreprises qui cherchent à prendre de l’expansion ou à se développer à l’export. Au cœur même de cet accord se trouve un chapitre sur les PME. Nous avons fait pression pour qu’il soit inclus dans chaque accord de libre-échange, afin qu’aucune entreprise ne soit laissée pour compte. Il s’agit vraiment d’un accord de calibre mondial qui aidera véritablement les petites entreprises à prospérer et à réussir plus que jamais. »

1 février 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.