C’est une œuvre majeure de la romancière qui change de visage. Vendu à plus de 100 millions d’exemplaires dans le monde, il fait partie des dix livres les plus vendus de tous les temps. Désormais, Dix petits nègres devient Ils étaient dix. Et au fil des pages, le terme est remplacé par « soldats ».

L’histoire raconte le piège mortel tendu à dix personnages convoqués sur « l’île du nègre », devenue désormais « l’île aux soldats ». De nouveaux termes arrivés en France pour cette réédition qui sort, ce jeudi 26 août, par l’intermédiaire de l’arrière-petit-fils d’Agatha Christie, James Prichard. Pour lui, son aïeule « était là pour divertir et n’aurait pas aimé que ses mots blessent », se justifie-t-il sur l’antenne de RTL.

Pour James Prichard, la suppression de ces termes est « le comportement à adopter en 2020 ». Déjà plus tôt dans l’été, le film Autant en emporte le vent avait été banni des plates-formes, jugé raciste. Il a, depuis, été republié, accompagné d’une vidéo contextualisant le film.

À lire aussi

Val-d’Oise : Un homme décapité en pleine rue, l’agresseur, fiché S, neutralisé par balles par la police

La victime est un enseignant du collège du Bois d’Aulne de Conflans-Sainte-Honorine. L’hom…