Le programme du Nouveau Front populaire : une machine à faire gagner le RN ?

Nouveau Front populaire logo

Les voilà enfin, ces 140 mesures du Nouveau Front populaire, dévoilées en milieu de journée, le 14 juin. Notons, déjà, que la dénomination de cette coalition porte assez mal son nom. « Nouveau » ? C’est à voir, tant le résultat ressemble furieusement aux vieux brouets paléo-gauchistes. « Front » ? Il paraît à peu près aussi solide qu’un château de sable : après le cordon sanitaire, le collier de nouilles ? « Populaire » ? Si une certaine droite a trahi la nation, l’ensemble de la gauche aura fait de même du peuple. D’où une classe ouvrière ayant, depuis belle lurette, demandé asile politique et électoral au Rassemblement national.

Dans ces mesures proposées en tête de gondole, il y a évidemment celles que nos confrères commentent en boucle. Le volet économique se résume principalement à faire payer les riches. D’où cette proposition consistant à « réformer l’impôt sur l’héritage pour le rendre plus progressif en ciblant les plus hauts patrimoines et instaurer un héritage maximum ». Quitte à mettre en péril ces milliers de petites et moyennes entreprises qui, faute de pouvoir être transmises aux enfants de leurs fondateurs, sont condamnées à mettre la clef sous la porte ? Ce programme ne le dit évidemment pas. Pour ce qui est de l’écologie, le Nouveau Front populaire propose « la création d’un tribunal international de justice climatique et environnementale ».

Triple salto arrière vrillé pour la géopolitique

Puis, le gros morceau : la géopolitique française. Là, ce n’est même plus le grand écart mais le triple salto arrière, effectué en tongs sur la banquise. Hormis l’instauration d'« une diplomatie garantissant la démilitarisation et la dépollution de l’espace », il est prévu de « promouvoir une diplomatie au service de la paix ». Plus sérieusement, et ce, à propos du conflit russo-ukrainien, il s’agirait donc « de faire échec à la guerre d’agression de Vladimir Poutine et qu’il réponde de ses crimes devant la Justice internationale ».

Il y a donc là un rétropédalage de Jean-Luc Mélenchon qui, jusque-là, campait sur des positions autrement plus modérées. Même pas de deux sur un autre dossier, tout aussi épineux, israélo-palestinien, celui-là : « Rompre avec le soutien coupable français au gouvernement suprémaciste d’extrême droite de Netanyahou […] et agir pour la libération des otages détenus depuis les massacres terroristes du Hamas. » Quand tout le monde est « d’extrême droite », c’est tellement plus simple…

Certains y verront une victoire de Raphaël Glucksmann ou de Jean-Luc Mélenchon. Une chose est sûre : si l’un a mangé sa kippa, l’autre a dû avaler son keffieh. Et Rima Hassan son porte-jarretelles, laquelle a mystérieusement disparu de cette touchante photo de classe ; un peu comme aux grandes heures staliniennes. D’autres en concluront que la politique étrangère de la France demeure chose bien trop importante pour être abandonnée à des gosses, certes nourris par leurs parents, même si ces derniers semblent avoir oublié de les élever.

Et le meilleur pour la fin…

Mais il va de même de ce genre de tambouille politicienne que des pommes de terre sautées. Le meilleur est toujours au fond de la poêle, tout bien gratiné.

D’où ces autres mesures, elles aussi éminemment gratinées, dont la « lutte contre toutes les formes de racisme » : « Au moment où l’extrême droite menace, nous rappelons que la parole et les actes racistes, antisémites et islamophobes se propagent dans toute la société. » La solution ? « Donner à la Justice les moyens de poursuivre et de sanctionner les auteurs de propos ou actes racistes, islamophobes et antisémites. »

Fort bien, mais quid des offenses faites à ce qui demeure malgré tout la majorité silencieuse de notre pays, les Français de confession ou de culture catholiques ? Cette feuille de route ne le dit pas. En revanche, elle est autrement plus prolixe quant aux droits des « femmes et des personnes LGBTQI ». D’où ce festival : « Instaurer l’égalité salariale et créer un congé menstruel dans les entreprises et administrations. » En attendant une prime pour les hommes sujets à l’andropause ?

« Établir la filiation par reconnaissance comme principe par défaut, rembourser la procréation médicalement assistée (PMA), la rendre accessible aux personnes trans. » À l’heure où la France n’en finit plus de décrocher vis-à-vis de ses partenaires internationaux, il s’agit effectivement d’une priorité.

« Faire face à l’offensive transphobe : lutter contre la transphobie et augmenter les moyens dans la santé pour les transitions. » On attend que le Nouveau Front populaire vienne expliquer tout cela à leurs électeurs mahométans du 93. On leur souhaite bien du plaisir.

Voilà qui nous amène directement à la question migratoire. Et, là encore, c’est du gratiné, puisqu’il s’agirait de mettre en place « une agence de sauvetage en mer et sur terre, […] d’assurer un accompagnement social et une autorisation de travailler pour les demandeurs d’asile et de créer un statut de déplacé climatique. »

Il n’est pas sûr que ces brillantes cogitations puissent à elles seules faire des ravages dans les urnes. À la place de l’état-major du Rassemblement national, on se frotterait les mains. Nul doute qu’ils ne le fassent déjà.

Nicolas Gauthier
Nicolas Gauthier
Journaliste à BV, écrivain

Vos commentaires

45 commentaires

  1. Aux dernières nouvelle Hollande se présente en Corrèze , avec le soutien du Nouveau Front Populaire , toute honte bue il va cohabiter avec LFI et ses antisémites notoires .
    Mais , si le N.F.P. gagne , il se voit déjà Premier ministre de cohabitation , face à Macron le jeune traitre qui l’a expulsé de l’Elysée, la vengeance est un plat qui se mange froid .

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois