La polémique sur le européen de l’Arc de Triomphe n’est pas close. Comment pourrait-elle l’être, d'ailleurs ! En se contentant des explications approximatives d’un Clément Beaune affirmant, dimanche matin, qu’il avait bien été prévu que ce drapeau ne resterait pas au-delà du 2 janvier sous l’arche du monument, alors que le tissu venait d’être retiré nuitamment, honteusement ? Et en plus, ils nous prennent pour des imbéciles !

Ce lundi matin, c’est Jean-Luc Mélenchon, sur France Inter, qui a qualifié la décision d’Emmanuel Macron de « caprice communicatoire », ce qui est, il faut l’avouer, assez bien vu. On se souvient qu’en 2017, lors de son entrée à l’Assemblée nationale, le tout nouveau député des Bouches-du-Rhône, en voyant le européen à côté du drapeau français derrière le fauteuil du président, s’était écrié : « Franchement, on est obligé de supporter ça ? Attends, c’est la République française ici, ce n’est pas la Vierge Marie. » Jean-Luc Mélenchon avait donc vu la Vierge. Il faisait ainsi allusion aux origines de la conception du européen. Adopté le 8 décembre 1955 par le Conseil des ministres du Conseil de l’Europe*, cet emblème avait été dessiné par un Alsacien, un certain Arsène Heitz, fonctionnaire au Conseil de l’Europe, qui aurait reconnu après coup s’être inspiré de la médaille miraculeuse représentant la Sainte Vierge entourée de douze étoiles. De là à traduire cela en volonté politique, il y a un pas, même si les « Pères fondateurs » de la construction européenne, Robert Schuman, Konrad Adenauer et Alcide De Gasperi, étaient des chrétiens convaincus. Rappelons tout de même que la Turquie, membre du Conseil de l’Europe depuis 1950, n’aurait jamais accepté un symbole explicitement chrétien.

Ce qui est amusant, c’est de voir Jean-Luc Mélenchon accréditer en quelque sorte cette thèse d’un drapeau européen « calotin » pour demander son exclusion de l’Hémicycle, alors que - c’est une évidence qui crève les yeux - l’Union européenne est tout ce que l’on veut, sauf une institution défendant ou promouvant les valeurs chrétiennes de notre civilisation. Et ce qui est peut-être encore plus drôle, c’est de voir aujourd’hui sur les réseaux sociaux quelques bonnes âmes reprendre la « thèse mélenchonienne » pour, au contraire, se réjouir de la présence du drapeau européen sous l’Arc de Triomphe, car les douze étoiles représenteraient les douze disciples et le fond bleu le manteau de la Sainte Vierge. Encore un petit effort et Emmanuel Macron sera le vicaire du Christ en Europe pour la province de France !

Mais il est vrai que notre drapeau national, pour lequel des millions d’hommes - ceux qui croyaient au ciel et ceux qui n’y croyaient pas - se sont fait tuer, n’est peut-être pas exempt, lui aussi, de quelques origines religieuses. Involontaires, sans doute, histoire de rassurer Jean-Luc Mélenchon. Ainsi, ne dit-on pas que les couleurs bleu et rouge, celles de la Ville de Paris, seraient celles du manteau bleu de saint Martin, évangélisateur de la Gaule, et de l’oriflamme rouge de saint Denis, martyr et premier évêque de Paris ?

On peut faire dire beaucoup de choses aux couleurs. En revanche, jusqu’à preuve du contraire, on n’a encore vu personne se faire trouer la peau pour le drapeau européen.

 

* Instance fondée en 1949, qui compte aujourd’hui 47 États dont la Turquie et l’Azerbaïdjan, et qu’il ne faut pas confondre avec l’Union européenne, elle-même issue de la Communauté économique européenne (CEE) fondée en 1957.

7088 vues

3 janvier 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

38 commentaires

  1. Je me trompe peut-être, mais je crois que pendant l’occupation, les Allemands n’ont pas hissé le drapeau Nazi sous l’Arc-de-Triomphe !

  2. Envoyez les couleurs ! Comme je disait le matin, quand j’étais Officier de Quart dans la Marine Nationale !

  3. Votre conclusion dit tout ce qu’il y a à dire Personne ne se fera trouer la peau pour ce drapeau bleu !

  4. J’aurais préféré qu’avant de l’enlever des voyous y mettent le feu comme aux poubelles du 1e janvier.

  5. Bien sur qu’il faut le drapeau de l’Europe mais celui de la France doit être mis en priorité.

  6. Effectivement, comment ce drapeau pourrait-il représenter quoi que ce soit, puisqu’il est l’emblème d’un magma informe qui s’appelle union européenne, qui elle-même, ne représente rien. Devant l’échec total de cette Europe, aussi bien au plan de la protection de notre civilisation, de notre sécurité, que de l’économie avec cette escroquerie qu’est l’euro qui a écrasé le pouvoir d’achat des citoyens, les européistes n’ont plus que ce bout de tissu pour essayer de nous faire adhérer. Peine perdue

  7. merci mon colonel pour votre article je bous de colère lorsque l’on touche a notre symbole de la france ce gouvernement de pacotille en a j’espère plus longtemps a exister

  8. Le drapeau européen un gadget sans importance . Mais quel véritable patriote irait se faire trouer la peau pour un tel emblème??? Personnellement j’ai servi mon pays pour de nombreuses années et mes couleurs sont celle de ma patrie LA FRANCE.
    Il y a une manière beaucoup plus efficace pour prouver notre désaccord avec le pouvoir en place c’est de retirer le drapeau européen de tous nos édifices publics symboliquement , pour quelques jours et prouver ainsi notre attachement à notre pays.

Les commentaires sont fermés.