L’image a fait le tour des réseaux sociaux, ce week-end : Jordan Bardella, candidat du Rassemblement national aux élections régionales en Île-de-France, a déposé son bulletin de vote auprès d’une assesseure voilée, lors du vote, le dimanche 20 juin, à Saint-Denis. Diffusée par BFM TV dans un premier temps, la vidéo est vite reprise sur les réseaux sociaux où de nombreux internautes se sont moqués du candidat d’extrême droite.

La diffusion de cette scène a provoqué de vives réactions dans l’ensemble du monde politique. La polémique ne vient pas de la présence d’une femme voilée dans le dispositif de l’organisation du vote mais le fait que le candidat publie sur son compte Twitter cette capture d’écran de la scène filmée par BFM TV.

Des sympathisants de droite ont dénoncé la présence d’une femme voilée tenant un cahier d’émargement, affirmant que le port de signe religieux n’avait rien à faire dans un bureau de vote.

Le maire PS de Saint-Denis, Mathieu Hanotin, a pour sa part immédiatement défendu cette Dionysienne en expliquant qui si les assesseurs doivent faire preuve de « neutralité politique », « ce n’est pas le cas de la neutralité religieuse. Celles et ceux qui invoquent un quelconque argument légal ont donc tort. »

La légalité de la diffusion de cette image par un candidat sur les réseaux sociaux un jour d’élection et sa possible instrumentalisation semblent néanmoins poser problème pour certains. Ainsi, Libération s’est emparé de l’affaire en  accusant Jordan Bardella de récupérer cette image afin de « créer un événement » le jour de l’élection, alors que les communications officielles sont interdites pour les partis.

Le candidat s’est exprimé, le 21 juin, au micro de Jean-Jacques Bourdin : « Lorsqu’on remplit des missions de service public, on ne devrait pas porter un signe ostentatoire, y compris religieux. »

 

 

21 juin 2021

Les commentaires sont fermés sur cette publication.