Le vendredi 4 décembre, le Président Macron a accordé un entretien à la Web TV Brut, ou plutôt un interrogatoire, de 90 minutes mené par trois journalistes, et ce, en réaction à l’arrestation musclée d’un producteur de musique d’origine martiniquaise ( Zecler), ainsi qu’à la casse méthodique perpétrée par des Black Blocs en marge de la parisienne du 28 novembre contre l’article 24 de la loi de globale (laissant entendre que des journalistes n’auraient plus le droit de couvrir sans contrôle des actions policières). En l’occurrence, des contestations sociales perpétuellement tuées dans l’œuf, avec son lot de mobilier urbain, de banques et de commerces saccagés.

Toujours est-il que le chantre de la « start-up nation » était chez lui, dans un média créé par Renaud Le Van Kim (le réalisateur de feu « Le Grand Journal » de Canal+) en 2016 et financé, entre autres, par Xavier Niel, un des grands patrons des télécoms en France. Ainsi, le chef de l’État ne pouvait qu’y dérouler un message de compréhension, si ce n’est de soumission, devant les violences « anti-police » : « Aujourd’hui, quand on a une couleur de peau qui n’est pas blanche, on est beaucoup plus contrôlé […] On est identifié comme un facteur de problème et c’est insoutenable », a-t-il affirmé, en ajoutant qu’il y avait bel et bien des « violences policières ». Pire encore puisque, selon lui, « parler arabe » serait une chance pour la France : lutter contre le séparatisme culturel par un subreptice séparatisme linguistique. Enfin, un gardien de la paix n’opérerait pas de la même manière s’il était filmé constamment. De fait, jamais un président de la République française n’était tombé aussi bas en matière de démagogie.

Quant aux Black Blocs, on peut craindre qu’ils ne seront jamais inquiétés car ils sont identifiables à ceux qui avaient déclenché Mai 68 à l’université Paris-Nanterre, autrement dit à de futures élites. In fine, des complices sociologiques de la Macronie. D’ailleurs, le professeur de droit pénal Olivier Kahn avait parfaitement identifié le profil de ces « antifas » en répondant à l’hebdomadaire Marianne, le 4 mai 2018 : un parterre de CSP+. Mentionnons également l’article de François Bousquet, dans le numéro 177 de la revue Éléments pour la civilisation européenne, « Grandeur et misère des Bernanos ». Donc, dormez bonnes gens ! Leurs papas et mamans glisseront un bulletin pour Macron en 2022.

Seulement, cette dernière sortie du (dé)Marcheur de sa République en vrac montre ô combien il est aux abois : entre lynchage et lâchage de nos forces de l’ordre, quelle différence quand se dissimule l’angoisse d’une convergence des luttes entre ces Bobo Blocs, les autonomes et les racailles ? Et, quoi qu’il se passe dans cette nasse, des vérités élémentaires ne pourront plus y retentir : « Comment élever sans punir ? » osait se demander, autrefois, Joseph de Maistre.

 

8 décembre 2020

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.