Economie - Editoriaux - 20 février 2020

La hausse de l’or ou le signe avant-coureur de la bourrasque qui se profile

Depuis des mois, le cours de l’or augmente, à un rythme régulier et continu. Il vient à nouveau de battre un record, à 1.600 dollars l’once, du jamais-vu depuis 2013, comme le souligne RTL, ce 20 février. 2013, vous vous rappelez ? La crise des dettes souveraines, la Grèce en faillite, l’Italie, le Portugal et l’Espagne dans la tourmente. À l’époque, la BCE avait réagi avec la politique du Quantitative Easing : le rachat massif des bons du Trésor des États en difficulté – France, Italie, Espagne, Grèce, Portugal – pour annihiler la spéculation financière sur la dette de ces pays, qui aurait fait monter les taux d’intérêt et plongé toute l’Europe du Sud dans la catastrophe. La politique de Quantitative Easing, qui mobilise près de 1.000 milliards d’euros par an injectés par la BCE, devait cesser au bout de 18 mois : elle a toujours cours, car la situation de ces pays ne s’est guère améliorée depuis.

Comme je l’indiquais dans ma vidéo Le megakrach aura bien lieu, l’or est depuis toujours la valeur refuge, celle sur laquelle les investisseurs se rabattent quand ils n’ont plus confiance en rien. L’or qui atteint des sommets, cela veut dire que les opérateurs ne cherchent plus rien d’autre que se protéger.

Avec le Quantitative Easing, les taux d’intérêt n’ont cessé de baisser, jusqu’à en devenir négatif. Une bonne nouvelle pour les États, qui peuvent « se refinancer » à moindre coût ? Sauf que ce sont les banques et les compagnies d’assurance qui, aujourd’hui, sont mises en difficulté par cette situation : elle doivent rémunérer l’épargne des clients alors qu’elle ne perçoivent plus rien sur les bons du Trésor qu’elles détiennent massivement. La Deutsche Bank, la Monte dei Paschi di Siena étaient, depuis longtemps, sur la corde raide. HSBC vient d’annoncer 25.000 suppressions d’emplois dans le monde. Sogécap et AG2R La Mondiale ont du être recapitalisées en urgence.

La BCE mais aussi la Fed américaine injectent massivement de la liquidité dans l’économie pour maintenir à flot un système à bout de souffle qui croule sous l’endettement : le monde n’a jamais été aussi endetté, entreprises, institutions, États, ménages cumulent une dette qui représente 225 % du PIB mondial, soit près de deux ans et demi de production… Un tel niveau de dettes multiplie les risques de défaillance. Une injection aussi massive de liquidités dans l’économie, qui excède de loin la croissance économique réelle, est la cause habituelle de formation de bulles, c’est-à-dire de hausses irrationnelles d’actifs, qui finissent irrémédiablement par éclater : le marché des actions est dopé par ce phénomène et les indices boursiers galopent bien plus vite que les résultats réels des sociétés : tout cela s’arrêtera un beau jour, et probablement brutalement.

Les opérateurs financiers n’ont plus confiance dans les banques et les États, les sociétés se rabattent sur l’or. Dans ce contexte, le moindre écart, le moindre souci peut provoquer une déflagration : si le coronavirus continue de paralyser l’économie chinoise, cela pourrait déclencher un cataclysme…

J’aimerais me tromper, mais dans ce contexte, une économie mondiale qui flotte sur un océan de liquidités et de dettes, je ne vois pas comment on pourrait éviter un séisme dans les mois à venir…

À lire aussi

Coronavirus : offensive antilibérale dans les médias

En URSS, la dépense publique atteignait 73 % du PIB. Nous nous en approchons de plus en pl…