Les Américains vont quitter l’Afghanistan. C’est l’heure d’appliquer la devise des EHPAD : bilan et perspectives.

Souvenez-vous, c’était en 2001. Persuadés que la sécurité du monde libre (sans autre précision) passait par la destruction d’un axe du mal abracadabrantesque (Iran, Corée du Nord, Irak, Afghanistan), les Américains, pris de court par le 11 septembre, avaient envoyé des troupes face au régime musulman de Kaboul. La , peu après, lui avait emboîté le pas, prenant la main sur les de Kapisa et Surobi.

Il semble que, pour l’ française, cette longue, cruelle et inhabituelle guerre fut une sorte de prise de conscience. Les parachutistes morts en héros à Uzbin firent prendre conscience aux Français que la guerre ne se passait pas que dans une improbable arrière-cour africaine qui n’était plus à nous. Leurs cercueils alignés dans la cour des Invalides montrèrent à nos politiques que l’armée, le dernier survivant de quarante ans de massacre des corps constitués, avait besoin d’autre chose que de discours paternalistes écoutés au présentez-armes, de décorations et de coupes budgétaires (d’autant plus lâches que les militaires, statutairement, n’ont pas le droit de se plaindre).

l’Afghanistan fut, pour notre siècle commençant, le premier cas des nouvelles guerres, qui seraient le lot commun des années suivantes : ennemi insaisissable, pression médiatique, population qui respecte sans comprendre et honore sans approuver, projection de puissance difficile à faire admettre.

Et maintenant, après 19 ans de présence, voici, nous rappelle L’Express, que les GI s’en vont. Pour quel bilan? Les talibans reviennent sur le devant de la scène politique, tandis qu’Al-Qaïda montre les crocs. Aussi corrompu qu’avant, aussi tribal qu’avant, aussi impossible à gouverner qu’avant, le « royaume de l’insolence » est prêt à sombrer. Les Anglais, les Russes, les Américains se sont épuisés à essayer de dompter cet immense pays.

Nous, Français, y avons laissé une centaine de héros morts pour leur patrie. Au XXIe siècle, c’est déjà magnifique et cela, seul, suffirait presque. Cette guerre était-elle absurde ? Peut-être, mais la question de ce de sacrifice ne se pose pas en termes de justesse de la cause.

Cette question est politique. Nos politiques communiqueront-ils sur ce énième échec ? Et sur la ? Allons, pas de blagues ! Mais regardons ce que sera devenu l’Afghanistan dans cinq ou dix ans, et souvenons-nous des discours de Nicolas Sarkozy.

16 janvier 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

Livre : Histoire de l’Égypte, de Bernard Lugan

Les recherches rigoureuses, le ton didactique mais jamais pédant, la vulgarisation brillan…