Editoriaux - Politique - 20 août 2019

La grande peur de la presse pour la rentrée de l’élève Macron

C’est un même gazouillis estival que la presse entonne, ces jours-ci, en faisant le point sur la situation politique, et que l’on pourrait résumer ainsi : « Attention, la rentrée pourrait être difficile pour Emmanuel Macron, mais… » Avec, évidemment, le sous-entendu – pas toujours sous-entendu, d’ailleurs – qu’un élève aussi doué pourrait déjouer ces pronostics avec lesquels ces journaux s’amusent à se (et vous) faire peur. Un automne maussade équivaudrait finalement à un exploit du héros.

Une unanimité qui fait le pendant de l’aveuglement de cette même presse, qui, durant toute l’année 2018, et jusqu’à l’automne, n’avait rien vu venir. Effectivement, une révolte partie de radars et du 80 km/h sur les routes, cela ne pouvait pas apparaître sur leurs radars trop perfectionnés. Les nôtres, plus artisanaux, avaient pourtant prévu la révolte dès janvier 2018.

Le Monde se fend donc d’un édito au doux frisson qui donne le la : « Le périlleux “temps II” du quinquennat » : « Sur le papier, cette rentrée politique se présente sous de meilleurs auspices qu’en 2018. Mais les fractures sociales et territoriales révélées par l’épisode des “gilets jaunes” sont loin d’être résorbées. » L’occasion d’énumérer surtout les « meilleurs auspices ».

Les autres titres hésitent entre quatre, cinq ou six foyers de tension. BFM TV parle de « rentrée à risques ». RTL détaille les « 5 chantiers sensibles ». Le Parisien les « dossiers à risque de la rentrée de Macron ». Atlantico vous donne presque la chair de poule avec un « avis de tempête » et « ces quatre pièges qui pourraient perturber la rentrée d’Emmanuel Macron » mais vous redonne de l’oxygène en parlant de la « botte secrète » du Président : « Il n’a pas d’opposition légitime et forte. » De quoi vous rendormir paisiblement dans votre hamac.

Eh bien, non, c’est tout le contraire ! Cette phrase d’Édouard Husson a fait resurgir l’analyse d’un ami, fin connaisseur des affaires publiques : « Le drame de Macron, c’est justement l’absence d’opposition ! » Disloquer le jeu politique, transcender – en apparence – le clivage gauche-droite peut d’abord sembler un coup de maître, mais, la situation étant ce qu’elle est, n’avoir aucune opposition en face ouvre la voie à toutes les irruptions populaires, les plus inattendues, les plus violentes, les plus incontrôlables.

Tiens, je vois que les pompiers ont ouvert le bal, en s’invitant à Biarritz, avant même le début du G7, devant la mairie, avec fumées, sirènes, banderoles, et en réclamant d’être entendus par le Président. Ah, si même les pompiers s’y mettent, eux qu’Emmanuel Macron rangeait, il y a deux jours, dans la catégorie des « héros » de notre temps, avec les soignants, les forces de l’ordre, les militaires, la rentrée pourrait être difficile pour le Président. Et l’année scolaire aussi.

À lire aussi

Municipales : LREM a la « marque honteuse ». Les autres partis aussi

Nombreux sont les maires sortants PS ou LR à rejeter l'étiquette du parti qui les a faits.…