La genèse du Front national, péché mortel du RN ?

1972 front national fn

En 2024, jamais les trois ou quatre partis nationaux n'ont bénéficié d'aussi fortes intentions cumulées de votes en leur faveur : avec, selon les derniers sondages, à plus de 50 % la probabilité d'un grand chambard lors de la présidentielle (en 2027... ou avant ?). Panique tant des partis de gauche que de la coalition présidentielle dont, désormais, les discours semblent ne se définir qu'en creux avec, pour seule boussole, de faire obstacle au Rassemblement national. Mais sans écouter ce qu'attendent la majorité des Français. On feint de croire que s'opposer au RN suffirait à dessiner une ligne politique : or, si la tactique éventée de diabolisation a fait long feu, on reproche encore au président du RN, âgé de 28 ans, d'être l'héritier du Front national fondé en 1972. Et au FN d'avoir compté, parmi ses membres fondateurs, d'anciens collabos. Ce qui n'est pas faux mais très partial, car le FN se voulait rassembleur et s'il y avait, dans ses rangs, des collabos, souvent venus de gauche, il y avait aussi des résistants.

Emmanuel Allot, sympathisant socialiste, puis milicien condamné ; Dufraisse, secrétaire de la CGT puis collabo, comme Barthélemy ; Roland Gaucher, engagé à l'extrême gauche puis à l'extrême droite après la Guerre. Mais il y avait aussi de vrais résistants qui ne refusèrent pas ce compagnonnage : Rolande Birgy (Yad Vashem : Juste parmi les nations) ; Demarquet (engagé volontaire en 1944 dans la 1re division française libre qui prend part à la bataille d'Alsace, croix de guerre 39-45) ; Jeanneret (résistant, membre du réseau Alliance, croix de guerre 39-45, croix du combattant volontaire de la Résistance). Et des résistants passés par l'OAS : Pierre Sergent, résistant (Réseau Vélite Thermopyles, puis maquis de Sologne qui, avec le corps-franc Liberté, participa à la libération de Paris ; Bidault, successeur de Jean Moulin à la tête du CNR ; Holeindre, résistant, président du Parti de l'unité française). Et de purs ex-pro-Allemands (Bousquet, ancien de la division Charlemagne et Gaultier).

À la croisée des chemins

À la même époque (années 70), le PC pesait 35 % et menait des actions anti-France dictées par Moscou, auquel s'opposaient des groupes de droite musclée dont Devedjian, Longuet, Madelin, qui passeront au PR ou au RPR (Alain Robert). Il y avait des trostkistes (anti-démocratie) qui allaient devenir, plus tard, des cadres du PS (Jospin). Voire des ex-collabos, venus de l'extrême gauche maçonnique, puis agents de Moscou, comme Charles Hernu, nommé ministre de la Défense par un socialiste décoré de la Francisque (Mitterrand), rémunéré pendant dix ans au moins par le KGB. De l'autre côté, Monnet et Aron émargeaient à la CIA...

On l'a vu, la mouvance initiale du RN est pour le moins contrastée, sinon contradictoire, mais il faut replacer cette genèse dans le contexte politique français, totalement convulsif entre 1932 et 1968 : trente-six ans... Trente-six ans, c'est la moitié d'une vie humaine : un bref épisode de l'Histoire de France. Pourtant, de 32 à 68, que d’événements terribles dans ce concentré de l'Histoire nationale. Rappelons : les ligues d'avant-guerre à deux doigts de faire chuter la République, sauvée par La Rocque ; le Front populaire ; la prise de pouvoir d'Hitler, le pacte Hitler-Staline et la trahison, les sabotages, les désertions du PC de 1939 à juin 1941 ; l'« étrange » et fulgurante défaite de juin 40, l'Occupation, la Résistance et la collaboration ; la Shoah et l'Holodomor ; la Libération et l’épuration sauvage ; Hiroshima ; la guerre froide ; la perte de l'Indochine et de l'Algérie ; Mai 68 !

Dépassons les traumatismes de l'Histoire

Ces turbulences ravivaient les brasiers de la Révolution, la Terreur, l'Empire, les Restaurations, le Second Empire, la Commune : révolutions, coups d'états, guerres civiles et étrangères se répercutent depuis 1791 jusqu'à nos jours dans les esprits. C'est de ce traumatisme en vrille qu'il faut sortir pour envisager, enfin, le XXIe siècle déjà vieux de 24 ans et faire face aux périls et défis de demain : Europe bruxelloise totalitaire, industrie, agriculture, école, hôpital, justice, paupérisation, RIC et proportionnelle, dette, guerre en Ukraine, immigration, insécurité…

Personne ne semble trouver anormal que le PC soit légal en France alors qu'il a trahi de 1939 à juin 1941 au profit du nazisme (dont 22 mois de guerre et d'occupation !) et que le communisme est coupable de 100 millions de morts sur la planète. Soit. Mais de notre passé souffrant et sulfureux refermons tous les procès sans fin et sans objet qui paralysent le débat démocratique et les prises de décisions cruciales. Revenons au débat d'idées et de solutions sans recourir aux attaques ad historiam.

Il faudra d'abord tirer au clair les questions sémantiques et évacuer quelques mots-crécelles qui font plus de bruit que de sens : « anti-européen »; « islamophobe, xénophobe » ; « extrême droite ». Vouloir recentrer l'Europe sur ses intentions initiales n'est pas être anti-européen, bien au contraire. Décider souverainement d'une politique immigratoire est un droit de l'homme collectif ; soumettre l'islam à la laïcité, une obligation constitutionnelle. Quant à l'« extrême droite », il incombe à ceux qui en ont la bouche pleine de la définir enfin. Alors, le tintamarre cessera et la démocratie reprendra ses droits. Car il y a le feu à la France.

Henri Temple
Henri Temple
Essayiste, chroniqueur, ex-Professeur de droit économique, expert international

Vos commentaires

52 commentaires

  1. Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose. A force de répéter un mensonge, il peut devenir une vérité.

  2. Ce qui me surprend c’est que jamais personne , pas un journaliste , même sur CNews , demande une définition de ce qu’est l’extrême droite aux interlocuteurs qui agitent ce drapeau .

  3. Je tiens à rappeler à certaines personnes de la macronie ignars de notre histoire ou ils agissent bassement sur les agissements des socialistes et communistes pendant la guerre d’Algérie comme l’appel du contingent et leurs rappel au temps de Guy Mollet et les lois d’exceptions votées par les socialistes avec l’appui des communistes, lorsque Mitterrand était ministre de l’intérieur. Tout comme les communistes sont rentrés dans la résistance lors de la seconde guerre mondial en 1941 une fois que la Russie à été envahi et je m’arrête là.

  4. Le seul défaut qu’à Marine, c’est son nom : Le Pen ! Ce dernier sert de chiffon rouge à toute la gôche, qui n’en peut plus de rabâcher les mêmes slogans « ad Hitlerum » et de faire une fixette sur les trahisons du passé… PC Collabo de 39 à 41 ! et tous ces députés socialistes qui ont fait allégeance à Pétain… J’attends toujours la bonne volonté des uns et des autres pour gouverner ce Pays, en faisant abstraction des mouvances de droite comme de gauche, et ce pour le bien de tous ! Diviser pour Régner est la devise de Macron !… Pôvre Pays

    • Il est de bon ton d’ostraciser le nom de Le Pen, à cause de Jean-Marie fondateur du FN, qui a été voué aux gémonies et renié par le RN actuel, pour se faire une « virginité ». En réalité, l’électorat dont je fais partie est le même, mais sous une forme plus « présentable », (comme lorsqu’on qualifie l’assassinat d’un fœtus, d’IVG, c’est moins culpabilisant, donc plus « propre ») Il n’empêche que tout ce qu’avait dit JM Le Pen s’est réalisé, se réalise et se réalisera, malheureusement!

  5. Pour définir l’extrême droite il suffit d’évoquer l’anti-parlementarisme, la violence, l’antisémitisme, déjà rien que ces trois points. Et donc, ni Reconquête, ni le RN, ni Debout la France ne sont à cataloguer extrême droite. Par contre, à l’opposé, dans la gauche extrême, c’est à voir….

  6. Je suis satisfait de constater que Mr Le PEN avait raison compte tenu de notre situation actuelle !! Je me serai fait traiter de « FACHO » pendant 1/2 siècle mais ce qui me rassure c’est que je ne me suis pas trompé compte tenu de l’évolution de ce parti et des Français

  7. Moi, je trouve anormal que le PC s’appelle encore le PC tout comme je trouve anormal que, devant des écoliers, Fabien Roussel ne sache pas dire si Staline était un gentil ou un méchant, sans que cela n’offusque personne.

    • Staline était bien « le petit père des peuples » ! Donc pour roussel un gentil, mais pouvait-il le dire dans le contexte actuel ?

  8. Quand bien-même on est anti-européen, en quoi est-ce un problème… C’est pour ça que j’aime bien le terme d’européiste.

  9. Ces mêmes délateurs oublient de rappeler les origines des partis communistes et socialistes, de l’extrême gauche et des millions de morts barbares, d’innocents qui ne pensaient pas comme eux, sous ces régimes.

  10. Dans la liste des résistants : Jean-Jacques Plat (fils d’un autre résistant, Armand, qui a « commis » quelques livres), membre du SOE anglais et qui fit partie des premiers parachutés sur le sol français occupé, après un long périple passant par l’Espagne et ses geôles de l’époque…

  11. Tout le monde a oublié la Francisque de Mitterrand, le fait que Jaurès fut de droite avant de virer à gauche, etc. La liste st très longue. C’est fou ce que la mémoire est sélective chez certains politiques sans parler des journalistes. Tous ces gens feraient de bien piètres historiens. Aujourd’hui ils font d’excellents promoteurs du RN. A vous de trouver le qualificatif qui leur sied le mieux.

    • Bien dit, on élude trop souvent ces faits et bien d’autres qui ne sont pas à la gloire de ces partis donneurs de bons ou mauvais points, avec un culot, que ne renierait pas macron!

  12. Juste un bémol : le score électoral du PCF n’a jamais dépassé les 28%, c’était en 1946. Au cours des années 1970, ses résultats électoraux se situaient aux alentours de 21%.

  13. Mais, bon sang !!! Nous ne sommes plus en 1942/43 ??? Et puis si on remontait voir ce que faisaient les arrières grands parents des gens de goooche d’aujourd’hui ???
    Nous sommes en 2024…. il faut avancer, et ne pas avoir toujours l’œil dans le rétroviseur…

    Et puis surtout : votons très nombreux le 9 Juin, et aux autres élections municipales et présidentielle… Bon courage à la Vraie France du Travail et des Traditions, mais aussi à la France des Ingénieurs, Chercheurs, Professeurs, Médecins, Infirmières… et que les fainéants se réveillent !!!

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois