Jordan Bardella plébiscité par les 18-24 ans

bardella

Décidément, la jeunesse fout le camp. Ou, pour être plus précis, n’est plus tout à fait à la hauteur des espoirs mis en elle par un microcosme politico-médiatique vieillissant. Certes, cette même jeunesse n’est pas forcément une valeur en soi : en quel cas, Valéry Giscard d’Estaing (le plus jeune Président de France) aurait été réélu haut la main, le 10 mai 1981, contre François Mitterrand, le vieux birbe qu’on sait, et Emmanuel Macron culminerait dans les enquêtes d’opinion. Ce qui lui éviterait, d’ailleurs, de visiter le Salon de l’agriculture autrement qu’accompagné par des pandores casqués et bottés. En attendant de s’y rendre, en 2025, en char d’assaut ?

C’est, en tout cas, ce que nous dit le sondage Ipsos, commandé par Le Parisien, publié ce 26 février et consacré à « cette nouvelle génération » politique. D’où le commentaire désabusé de Nicolas Charbonneau, patron de ce quotidien : « Attention aux idées reçues, elles ne correspondent jamais vraiment à la réalité, ce que confirme notre enquête. On pensait que les jeunes ne se souciaient pas de sécurité ni de pouvoir d’achat, et encore moins de logement ? Qu’ils vivaient d’amour et d’eau fraîche et seraient tous écolos convaincus ? Eh bien, pas franchement. Ils sont même, sur certains débats de société, assez traditionnels et en mal d’autorité. »

Au fait, que nous dit le sondage ? Si l’on prend l’ensemble des Français, Gabriel Attal (Premier ministre, 34 ans) pointerait à la première place du podium, avec 39 % d’opinions favorables. Juste derrière, Jordan Bardella (Président du Rassemblement national, 28 ans), avec 31 %. Et à la troisième place, comme en embuscade, Marion Maréchal (tête de liste Reconquête aux prochaines élections européennes, 35 ans), avec 19 %.

En revanche, si l’on se penche sur l’opinion des 18-24 ans, voilà qui devient bigrement plus intéressant. Car là, c’est Jordan Bardella qui caracole en tête (35 %) et Gabriel Attal qui dégringole (32 %). Pour ce qui est de Marion Maréchal, même si elle maintient sa troisième place, elle tombe à 13 %.

Les autres « jeunes » loin derrière…

Et les autres « jeunes » pousses ? Pour les principales d’entre elles, Gérald Darmanin (ministre de l’Intérieur, sarkozyste converti au macronisme) totalise 16 % dans l’ensemble de la population et 9 % chez les 18-24 ans. Quant à Raphaël Glucksmann (tête de liste européenne de Place publique, un Parti socialiste qui n’ose même plus dire son nom) : 13 % chez la première et 7 % chez les seconds. Par la plus élémentaire des charités chrétiennes, on évitera d’évoquer la queue de peloton d’autres figures pour lesquelles les Français seront bientôt appelés à voter, lors des élections européennes, les Manon Aubry (LFI), Marie Toussaint (Les Écologistes) ou François-Xavier Bellamy (LR), dont les cotes font plus pitié qu’envie.

Mais en le décryptant de près, ce sondage nous en dit plus sur les préoccupations premières des jeunes Français. Et là, douche froide… Résumons.

Le « pouvoir d’achat » demeure donc la principale préoccupation (45 %), loin devant le « changement climatique » (32 %) et « l’insécurité » (27 %). Parmi les autres sujets de société, on remarque que si 75 % des 18-24 ans sont pour « l’inscription du droit à l’IVG dans la Constitution » – ce qui devrait ravir la doxa dominante -, 60 % se disent favorables au « port de l’uniforme à l’école », 85 % à la « régulation des écrans », 57 % à s’opposer au fait de diminuer « la place de la viande dans notre alimentation » et 66 % à ne pas souscrire au nouveau diktat écologiste voulant que nos compatriotes se contentent de quatre voyages en avion dans leur vie.

Environnement : la fracture sociale…

Ce qui fait dire à Brice Teinturier, l’un des patrons d’Ipsos : « L’idée que la jeunesse est par nature plus sensibilisée aux questions environnementales est fausse. » D’ailleurs, de quelle « jeunesse » parle-t-on ? Celle qui est plus sensible à l’idée du « grand réchauffement » plutôt qu’à celle du « Grand Remplacement » se niche traditionnellement chez les enfants des CSP+ ; les gosses de riches, pour parler crûment. Avec ce distinguo, toutefois, car dans cette même catégorie, si le refus de la viande atteint 62 % chez les jeunes électeurs écologistes et mélenchonistes, il tombe à 30 % chez leurs homologues macronistes.

Et, histoire de rappeler que rien n’est jamais simple, Jordan Bardella cartonne aussi dans des publics inattendus, parvenant à se classer troisième chez les jeunes sympathisants LR (27 %) et ceux de Renaissance (16 %), tout en atteignant la deuxième place chez les écologistes en herbe (24 %).

Un avenir d’autant plus ouvert pour le président du Rassemblement national qu’il n’a pas, au contraire de son challenger Gabriel Attal, à supporter le poids de l’usure de Matignon, cette machine à broyer les Premiers ministres, les vieux comme les jeunes.

Nicolas Gauthier
Nicolas Gauthier
Journaliste à BV, écrivain

Vos commentaires

27 commentaires

  1. Si ce sondage IPSO est réel et non bricolé (je demande à voir), cela démontre, s’il en était nécessaire, que cette tranche d’âge n’a rien entre les deux oreilles ou dans le meilleur des cas du ris de veau. Tous les groupes « d’opposition » de l’assemblée nationale ne sont que de mauvais acteurs grassement payés par nos impôts et avant tout au service de la macronie. Ne pas comprendre cette évidence vérifiable tous les jours est l’aveu de même d’une absence de d’observation et de raisonnement..

  2. Méfions-nous ! Si on retourne aux années fin-70, on avait une grande percée de la « Nouvelle Droite » (Madelin, Noir, Longuet, Seguin,….) Cette droite auto-désignée comme nouvelle a fait pschitt. Quand à la jeune gauche, elle ne voyait à l’époque que par Fabius et Lang. Celà n’a pas été plus brillant !

  3. Plébiscité aussi par les 82 ans âge qui est le mien, vous dire que j’en ai vu passer des « pourris » depuis le Général De Gaulle. Donc je voterai pour ce jeune homme, mais sans me faire d’illusions sur ses possibilités et quelles que soient ses qualité et son courage, de changer les choses autrement qu’à la marge, voir Meloni en Italie. En effet, les dirigeants européens et macron en particulier sont à la « botte » des USA, qui sont immigrationnistes pour l’europe et sont les créanciers de notre dette, donc c’est eux qui commandent, sans quoi ils ferment le robinet, augmentent les taux d’intérêts et nous mettent à genoux. Qui plus est on nous fout la trouille, avec Poutine, pour nous ramener dans le giron des USA. Pauvre europe et surtout pauvre France!

  4. Attention! Il faut revenir les pieds sur terre. Regardez les vidéos de Florian Philippot…Il explique tout. Le piège va à nouveau se refermer sur nous. Ne suivons pas les Meloni et compagnie…FREXIT.

  5. Pour être plus complet, selon ce sondage l’insécurité et les problèmes liés à l’immigration, 4ème et 5ème préoccupation des jeunes, pèsent 44% chez ces derniers (61%) sur l’ensemble de la population). Sachant que ces deux thèmes sont très largement liés, il apparaît que immigration et insécurité, problématiques chères à Reconquête, sont à elles deux quasiment la première préoccupation des jeunes et largement la première sur l’ensemble de la population.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois