Editoriaux - Education - 31 mars 2019

Jean-Michel Blanquer a raison d’avoir peur

Vendredi soir, comme des centaines de milliers d’autres enseignants, j’ai trouvé dans ma boîte mail un message du ministre. C’est que le lendemain avait lieu une première journée de mobilisation initiée par plusieurs syndicats, dont le SNALC, contre la loi Blanquer dite « loi pour une Ecole de la confiance ». Quand un ministre en vient à devoir expliquer sa loi après son vote en première lecture par l’Assemblée nationale, et à dénoncer certaines « contre-vérités », c’est qu’il est en position défensive. Le Monde rapportait que la FSU le disait « au pied du mur », tandis qu’à son cabinet, on préférait l’euphémisme « dans une position un peu délicate ».

Le point de fixation du mécontentement qui est remonté jusqu’à la rue de Grenelle, et que tente de désamorcer le ministre dans sa lettre, c’est « la possibilité de créer un établissement public local d’enseignement des savoirs fondamentaux » associant écoles et collèges afin d’assurer une meilleure continuité des cycles. Les opposants, notamment dans l’enseignement primaire, y voient la disparition des directeurs d’école. Le ministre a tenu à rassurer : « La création de cet établissement repose sur l’accord de tous les acteurs locaux, c’est-à-dire de la communauté éducative et des élus. Il représente une liberté nouvelle et non une obligation. En aucun cas, il n’a vocation à faire disparaître des écoles et encore moins leurs directeurs, contrairement à ce qui peut être écrit ici ou là. C’est tout l’inverse. Avec ces nouvelles dispositions, les directeurs seront davantage encore les acteurs locaux de l’école. »

On se dira : pas de quoi mettre les profs dans la rue. Après tout, ils en ont vu d’autres, ils avalent même beaucoup de couleuvres depuis des décennies.

Mais on a bien vu, avec la révolte des gilets jaunes, qu’il y a, parfois, la réforme de trop, pas forcément pire que les autres, mais qui, venant s’ajouter à une série de dysfonctionnements ou d’injustices, pousse un corps social à dire : « Stop ! » Et tout le monde sait bien que les motifs de lassitude et de colère des enseignants sont divers, anciens et profonds. Contradictoires, aussi, comme ceux des gilets jaunes : il y a les gauchistes qui voudraient encore plus d’égalité, de “najatisme” et de délires pédago (mais oui, cela existe) ; et puis, il y a les professeurs lucides qui en ont assez de l’ensauvagement dont ils sont les témoins quotidiens dans leur REP, REP+ ou dans leur établissement “normal”, assez de cette réforme du lycée mal préparée et qui ne traite pas les vrais problèmes (la classe de seconde ? l’orientation ?), du double discours du ministre sur les fondamentaux et de son inaction par ailleurs.

Et puis, faut-il rappeler la crise annonciatrice du #pasdevagues ? Celle du recrutement ? L’effondrement, à tous les niveaux, dont le supérieur, des études classiques au profit du FLE-FLS (français langue étrangère – français langue seconde ?) qui matérialise, dans les postes, les horaires, un autre “Grand Remplacement” ? Faut-il parler de ces contractuels, en CDI, sur trois établissements, qui doivent prévoir un budget de 450 euros mensuels de carburant ? L’un d’eux me confiait : « Ils ne trouveront même plus de contractuels pour venir enseigner. » Professeurs, gilets jaunes : il y a plus de points communs que beaucoup le croient.

Le ministre semble avoir peur de cette grogne qui pourrait se transformer en fronde. Il n’a pas tort.

À lire aussi

Pau : François Bayrou lâché par sa gauche. Et sa droite ?

On savait la droite LR un peu schizophrène au niveau national mais, à Pau et dans le Sud-O…