Jean Messiha, sur l’enfant poussé sous un train en Allemagne : « On minimise la criminalité des immigrés »

En Allemagne, ces derniers jours, deux faits divers, peu relatés en France, ont marqué les esprits : un enfant poussé sous un train, à Francfort, par un Érythréen (qui était, par ailleurs, apparu dans une publicité suisse vantant une intégration réussie…) et un homme tué au sabre en pleine rue, à Stuttgart, par son ex-colocataire. Dans les deux cas, des immigrés sont mis en cause.

Au micro de Boulevard Voltaire, Jean Messiha dénonce « le tabou lié à l’immigration en France et en Europe » qui conduit à cacher l’identité des coupables, souvent qualifiés de simples déséquilibrés.

Deux faits divers sordides se sont déroulés en Allemagne à quelques jours d’intervalle.
D’abord, un enfant de huit ans et sa mère ont été poussés sur les rails au moment du passage d’un train. La mère a survécu, mais pas l’enfant.
Ensuite, en pleine rue, un Syrien tue au sabre son ancien colocataire.
Que vous inspire la concomitance de ces deux faits divers ?

Il y a une criminalité d’immigrés qui ne doit pas être niée. Ces crimes absolument atroces et abjects qui touchent des personnes innocentes doivent être dénoncés.
Je suis toutefois très étonné de la façon dont les médias mainstream et les partis dits « de gouvernement » traitent ces affaires. On a l’impression qu’à chaque fois qu’il s’agit de crimes commis par des immigrés, une espèce d’immunité phraséologique se met en place. Elle a pour but de protéger le dogme d’une immigration pure de toute espèce de criminalité et de défauts. On essaie de conserver le mythe d’une immigration qui serait toujours, partout, et d’où qu’elle vienne une chance pour les pays européens. C’est ainsi qu’on nous sert des « pas d’amalgame », « pas d’instrumentalisation des faits divers », etc. Lorsqu’il s’agit de crimes de droit commun commis par des Européens de souche, ils ne vont pas hésiter un seul instant à instrumentaliser, comme c’est le cas pour la mort de Steve. Sa mort est sur-instrumentalisée et récupérée de manière honteuse par l’extrême gauche depuis plusieurs jours.

Le taux de criminalité de l’Allemagne augmente de façon assez sensible. On a du mal à ne pas faire de lien entre la hausse de la criminalité et la hausse subite de population migratoire.

Je n’ai pas de chiffres exacts pour établir la causalité directe. Le moins qu’on puisse dire c’est que cette coïncidence est troublante.
Toutefois, je tiens de pas mal d’amis allemands que de nombreuses zones où il faisait bon vivre et où il n’y avait pas la moindre criminalité pendant des années enregistrent aujourd’hui subitement des vols, des cambriolages, des agressions, voire des agressions sexuelles.
Lorsqu’on ouvre son pays vers le monde à tout va, un monde dont les frontières nous protégeaient de sa dangerosité et de ses incertitudes, on l’ouvre aussi à tous les dangers qui peuvent guetter vos citoyens.
Le devoir des élites politiques qui décident de la destinée des pays européens est avant tout de protéger les citoyens européens. Ce n’est pas de protéger les migrants et de veiller à leur bien-être. Ceux qui élisent ces responsables sont les citoyens européens. Ce sont eux qui leur confient leur destinée. La moindre des choses c’est qu’ils soient dignes de la confiance que les citoyens placent en eux en prenant toutes les mesures de sauvegarde pour les protéger de l’ensemble de ces dangers non seulement migratoires, mais aussi commerciaux, économiques et financiers.

Le migrant ayant tué cet enfant avait un métier et s’était a priori intégré…

On assiste à une véritable entreprise de déification, d’idéalisation de l’immigration. Il n’est pas question de faire un constat inverse en disant que toute l’immigration en tant que telle est mauvaise. Mais le principe de réalité et celui de précaution commanderaient qu’on puisse jauger l’immigration à l’aune de ce qu’elle est.
Une certaine immigration est certes une chance pour les Européens. Une immigration qui apporte et qui crée. Mais, malheureusement, l’essentiel de l’immigration d’aujourd’hui est économique et vient de territoires parfois en guerre. Aucun principe de précaution n’étant appliqué, on ne connaît donc pas le profil des gens qui arrivent sur le territoire européen.
Pour organiser les attentats du Bataclan, des terroristes s’étaient infiltrés dans les colonnes de migrants pour faire plusieurs allez et retours et organiser en toute tranquillité ces attentats.
Une certaine déification de l’immigration fait qu’on prend l’immigration en exemple en tant que tel, quelle que soit l’époque et quel que soit les gens.
Cela aboutit à ce genre de phénomène.
Le terroriste de l’hyper casher, Coulibaly, avait lui aussi figuré quelques années auparavant dans une revue française sur l’immigration et la diversité. Il n’y a pas de discernement. Face à l’immigration, nous sommes face à un dogme immigrationniste qui interdit de réfléchir, de critiquer et, comme toute idéologie, de présenter les faits tels qu’ils sont et non pas tels qu’on aimerait qu’ils le soient.

À lire aussi

Jean Messiha : “Ce sondage confirme le changement qui s’opère partout dans le monde : le retour des identités et des frontières !”

Un récent sondage donne Marine Le Pen au second tour face à Emmanuel Macron pour les prési…