L’humoriste a annoncé qu’il ne serait pas candidat à l’élection présidentielle de , contrairement à ce qu’il avait laissé entendre en mai dernier.

« Plus efficace en étant drôle qu’en colère »

ne sera pas le prochain président de la ! L’humoriste engagé aux côtés des gilets jaunes avait pourtant présenté ses ambitions, en mai dernier. Mais le comédien a finalement renoncé, lundi 28 septembre, sur CNews. Dans une intervention par vidéo interposée, il a annoncé « se retirer officiellement » de la course à la présidentielle.

Dans des propos très crus, il s’est justifié en s’estimant « trop sensible pour faire ce job » et a assuré préférer déranger sur scène. « Je préfère hurler de la tribune pour défendre les Français », a-t-il ajouté, admettant être « beaucoup plus efficace et certainement beaucoup plus dangereux pour tous ces gens-là, en étant drôle plutôt qu’en colère ».

« La pression de ses amis »

Sa décision semble être provoquée par plusieurs facteurs. Tout d’abord, l’accueil houleux réservé par certains gilets jaunes à Paris, le 12 septembre dernier, dont il avait dû être exfiltré du cortège en se réfugiant dans une brasserie. Jean-Marie Bigard évoque également « la pression de ses amis », comme Laurent Ruquier, Patrick Sébastien ou Laurent Baffie.

Un sondage IFOP pour Valeurs actuelles donnait pourtant 13 % d’intentions de vote au candidat qui se voulait « représenter le peuple en dehors des partis politiques ». Le Beppe Grillo français ne sera pas Jean-Marie Bigard. Les jeux pour 2022 restent ouverts…

À lire aussi

Scènes de liesse et accueil triomphal des djihadistes maliens libérés en échange de Sophie Pétronin

« On est en guerre contre les croisés et cette guerre continue... » …