En plus des dossiers migratoires, énergétiques, géopolitiques, économiques et judiciaires – avec une réforme de la magistrature qui se fait attendre –, Giorgia Meloni entreprend aujourd’hui de s’attaquer à la réforme des institutions, une de ses promesses de campagne à laquelle elle se dit particulièrement attachée. Le projet de loi de réforme constitutionnelle, porté par le ministre des Réformes institutionnelles et de la Simplification réglementaire Elisabetta Casellati (Forza Italia, groupe PPE au Parlement européen), a été voté à l’unanimité en Conseil des ministres : il ne semble donc pas y avoir de dissension dans la coalition gouvernementale sur ce sujet.

De quoi s’agit-il ?

Le gouvernement italien entend mettre en place ce qu’on appelle le premierato, l’élection au suffrage universel direct du président du Conseil des ministres (Premier ministre), alors qu’il était jusque-là nommé par le président de la République selon des majorités parlementaires de circonstance, ce que Giorgia Meloni appelle « la saison des renversements, des jeux de palais, des transformismes, des majorités arc-en-ciel et des gouvernements techniques ».

Y mettre fin, c’est, veut-elle croire, garantir aux citoyens « le droit de choisir par qui se faire gouverner » et assurer une certaine légitimité démocratique au président du Conseil, élu au suffrage universel concomitamment aux élections législatives.

Autocrate ! fustigent ses opposants de gauche. Mais ce n’est pas le gouvernement d’un seul, qui serait ici privilégié, plutôt le programme politique d’une majorité parlementaire, puisque le président du Conseil peut changer une fois en cours de législature, à la condition de venir du même camp politique. Cette réforme constitutionnelle obligerait également à une refonte de la loi électorale, car le projet de loi prévoit une prime à la majorité établie sur une base nationale lors des élections législatives. Enfin, la possibilité de créer des « sénateurs à vie », particularité italienne, - ils sont, jusque-là, nommés par le président de la République et ils ont, dans l’histoire parlementaire, pu faire basculer un vote - seraient supprimés.

68 gouvernements en 75 ans

« Au cours des 75 dernières années de l’Histoire républicaine, nous avons eu 68 gouvernements avec une durée de vie moyenne d’un an et demi », explique-t-elle. « Entre 2000 et 2020, nous avons eu neuf présidents du Conseil avec douze gouvernements différents » quand la France comptait quatre présidents de la République et l’Allemagne trois chanceliers.

Cette instabilité a grandement fragilisé l’Italie : « On privilégiait la gestion des affaires courantes aux investissements de long terme », argumente Meloni. « La stabilité de notre point de vue est la condition pour construire une stratégie et avoir une crédibilité, sur le plan national comme sur le plan international. » Cette stabilité, si la réforme est mise en place, serait un gage de croissance, ajoute-t-elle.

Le déploiement d’une politique sur un horizon législatif de cinq ans est effectivement un leitmotiv de Giorgia Meloni et de la droite italienne dans son ensemble car il signerait le retour de la politique, articulée, cohérente, qui n’est plus réactive ou brinquebalée selon les couleurs des coalitions au pouvoir (les majorités arc-en-ciel) mais de moyen ou long terme, imaginative, prospective, constructive. Bien loin d’une gouvernance de l’extrême centre, où s’effacent peu à peu les singularités des nations. « C’est une priorité, insiste-t-elle. C’est fondamental. Justement parce que nous sommes un gouvernement stable et fort, nous avons la possibilité de réfléchir à l’après. »

Très prudente, Giorgia Meloni, à la différence de Matteo Renzi, étoile fulgurante de la politique italienne dont la carrière s’est fracassée sur un référendum constitutionnel, n’entend pas lier le sort de son gouvernement au succès de cette réforme qu’elle qualifie pourtant de révolutionnaire. « Je suis très fière de cette réforme, dit-elle. Je crois (trouver) un large consensus au Parlement, et si ce n’était pas le cas, nous demanderons aux Italiens ce qu’ils en pensent avec un référendum. »

Matteo Renzi (centre gauche) a tout de suite annoncé qu’il soutenait le projet, mais pas sans examen précis et amendements éventuels au texte proposé. Des navettes entre le palais Chigi, siège de la présidence du Conseil, et le palais du Quirinal, où se trouve la présidence de la République, auront lieu également. L’opposition de gauche crie déjà son désaccord. Même si la coalition gouvernementale est solide, la partie n’est pas gagnée. En cas d’échec, la coalition au pouvoir sortirait grandement fragilisée.

4338 vues

06 novembre 2023 à 20:42

Partager

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

13 commentaires

  1. Que voulez vous que fasse Giorgia Meloni, RIEN d’important, comme ne pourraient le faire ni Le Pen ni zemmour en France. L’Italie comme la France est endettée jusqu’au cou, dans ces cas là, ce sont les créanciers qui vous donnent la feuille de route et si vous êtes « rétif » à la suivre, ils vous coupent l’accès aux milliards absolument nécessaires pour finir l’année. Voilà ou nous en sommes + 285 milliards pour boucler le budjet 2024, après les 270 pour 2023! L’Italie n’est pas mieux.

    1. Et pourtant la France continue de dépenser sans compter tout va bien, il est vrai que la responsabilité de nos gouvernements successifs n’est pas engagé, ils font ce qu’ils veulent le peuple Français paiera…

  2. « Cette instabilité a grandement fragilisé l’Italie… »
    Que les Italiens se rassurent, la « stabilité  » des gouvernements français n’a en rien préservé notre pays de l’effondrement dans lequel nos dirigeants l’ont précipité.

    1. Il y a même des pays, la Belgique par exemple, qui ont bien survécu pendant des années sans gouvernement.

  3. J’espérais quelques mots sur les derniers exploits de la dame Méloni, habilement piégée par les humoristes russes Vovan et Lexus, à qui elle a déclaré exactement l’inverse de ce qu’elle pérore habituellement en public, comme un vulgaire François Hollande, lui aussi piégé par les mêmes. Mais non, pas un mot sur la duplicité de la personne. Je suis déçu, Mme d’Armagnac …

    1. Je vous rejoins avec tristesse car la démonstration est de nouveau faite que beaucoup, et même chez les chroniqueurs, ne s’informent pas des évènements de ce monde. Les nombreux moyens ne manquent pourtant pas, mais suivre aveuglément une cohorte semble être « une religion » française.

  4. Elle a bien du courage, entre l’obstruction de la gauche, les trahisons toujours possibles dans son camp.

  5. Entre Musulmans ils s*aident vraiment. Attention Fraçais votre tour va arriver avec tous vos 49-3. Les millions versés 100’000’000. au Niger mais peuple Français vous rêvez?

Les commentaires sont fermés.