Du verbe latin resurgere, « se relever », la résurrection désigne, dans la chrétienne, le passage physique de la à la vie. Elle concerne principalement Jésus-Christ, mort en l’an 30 au cours de sa crucifixion et ressuscité le surlendemain, c’est-à-dire le matin de Pâques : fête la plus importante du christianisme qui commémore cet événement.

Jésus avait prévenu ses disciples en utilisant une métaphore : « Le grain de blé doit mourir en terre pour renaître et porter beaucoup de fruit. »

Une nouvelle discussion sans fin sur les témoins oculaires et les preuves de la résurrection du Christ serait inutile. Citons juste la plus étonnante, celle du suaire de Turin, sur lequel semble imprimée l’image du crucifié : aucun objet n’a été autant étudié par la science, qui n’a jamais pu expliquer ni démentir son origine. Voici plutôt une anecdote et deux devinettes plus parlantes sur la foi.

Il y a un siècle environ, un étudiant se trouvait assis dans un train aux côtés d’un homme d’un certain âge et d’une apparence ordinaire. Cet homme était en train de prier le chapelet qu’il égrenait dans ses doigts. « Monsieur, croyez-vous encore en des choses si désuètes ? », demanda l’étudiant au vieil homme en éclatant de rire. Il ajouta : « Je ne crois pas en ces choses stupides. Suivez mon conseil. Jetez le chapelet par la fenêtre et apprenez ce que la science dit à ce sujet. » « La science ? répondit le vieux monsieur, je ne comprends pas cette science ; vous pouvez peut-être me l’expliquer. » L’étudiant, le voyant affecté, lui proposa : « Si vous me donnez votre adresse, je vous enverrai quelque littérature pour vous y aider. »
L’homme fouilla dans la poche intérieure de sa veste et donna au garçon sa carte de visite. En jetant un regard sur la carte, l’étudiant inclina la tête de honte et devint silencieux.
Il avait lu sur le bristol : « Louis Pasteur, Directeur de l’Institut de Recherche Scientifique, Paris. » C’est ce grand savant français qui a tout simplement mis au point le tout premier vaccin, sujet plus que jamais d’actualité.

Et maintenant, ces devinettes : quel point commun y a-t-il entre Pasteur et ces autres savants parmi les plus grands de l’Histoire : Pascal, Léonard de Vinci, Kepler, Newton, Mendel et tant d’autres ? Puis entre ces grands hommes : l’empereur romain Constantin Ier, Clovis, Charlemagne, Louis XIV, Napoléon, Churchill, Kennedy, de Gaulle, Mandela et autres grands rois et chefs d’État. Réponse : ils étaient chrétiens. Ils croyaient donc en la résurrection de Jésus et de chacun de nous tous.

Enfin, quel point commun y a-t-il entre ces quelques célébrités : Néron, Robespierre, Danton, Marx, Lénine, Staline, Trotski, Mao Tsé-toung, Hitler, Mussolini, Pol Pot, Fidel Castro, Che Guevara, Kim Jong-un… et autres révolutionnaires et anarchistes ? Réponse : athées, antichrétiens, tyrans et/ou dictateurs cruels, ils ont utilisé la violence, semé le chaos ou fait des millions de morts innocents en rejetant tout pouvoir divin et toute existence de Dieu au-dessus d’eux.

Bref, il y a lumières et Lumières. Génies de la civilisation chrétienne et philosophes de la Révolution, ceux pour qui la raison et la foi sont indissociables, et ceux qui les opposent. Dieu est encore tabou. Pour combien de temps ? Conseil d’État, Éducation nationale et « libres penseurs » sont « terrorisés » à la simple vue d’une croix ! D’une crèche ou d’une Bible ! Comment ne pas penser à un autre porteur de lumière, l’ange déchu, Lucifer (du latin lux, « lumière », et ferre, « porter »). Si ça pouvait éclairer nos lanternes !

 

Illustration : La Résurrection, du peintre italien Andrea Montegna (v.1431-1506). Ce tableau est conservé au musée des Beaux-Arts de Tours.

3 avril 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.