Pap Ndiaye n'a-t-il pas dit, au cours du mois d'octobre, que la République était plus forte que TikTok ? Si, si, il l'a dit. Il l'a dit. Mais il faut croire que l'incantation et la pensée magique ont leurs limites : l'Éducation nationale s'apprête à publier, courant novembre, son bilan mensuel des atteintes à la laïcité. Le mois d'octobre, à lui seul, comportait déjà 313 signalements. On sait que toutes les religions, aux yeux de la République, sont susceptibles de se radicaliser. Mais bon, le catholicisme français faisant de gros efforts pour devenir une ONG gauchiste, le judaïsme ne faisant pas parler de lui, faudra-t-il en conclure un peu rapidement que la seule qui poserait problème, aujourd'hui, dans les écoles de France (pardon : dans les établissement scolaires de la République), serait l'islam ?

C'est ce que rappelle L'Opinion, citant un rapport du Service central du renseignement territorial (SCRT). Les agents de ce service sont au plus près de la réalité du terrain, en province (« en région », « dans les territoires », comme on dit « en République »). Ce qu'ils racontent n'est pas surprenant pour nous, qui sommes de sales fachos, mais risque de provoquer quelques spasmes et malaises dans le camp d'en face. L'offensive islamiste dans les provinces de France n'est pas près de diminuer, et on constate chaque jour le développement de ses métastases dans l'espace public. Dans la rue, le port du niqab ou de l'abaya n'est pas interdit. Les femmes musulmanes sont nombreuses à l'avoir très bien compris et, dans beaucoup de quartiers de grandes villes, jadis préservés de l'afghanisation visuelle, on croise ces tenues qui sont une autre manière de dire, haut et fort, « j'emmerde la France et je vis comme en terre d'islam ».

L'offensive séparatiste se poursuit donc, y compris à l'école. Les professeurs s'autocensurent, on le sait depuis longtemps, dans l'indifférence totale d'un corps professoral qui ne veut pas de vagues. Les objectifs de l'Éducation nationale sont tout autres que la lutte contre le séparatisme musulman : l'abandon progressif du passé simple, après celui du subjonctif, la baisse vertigineuse du niveau en maths (sensible jusqu'en prépa scientifique), la déculturation des petits Français, désormais illettrés à 50 % au seuil de la sixième, voilà qui est bien plus important que la lutte contre le séparatisme de fait et contre l'invasion progressive de l'école par les mentalités islamiques. Le port du voile à Creil (1989) a précédé les horaires séparés dans les piscines, qui ont précédé les cours d'histoire chahutés, qui ont à leur tour précédé les émeutes lycéennes de ces dernières semaines. Et ça ne va pas s'arrêter comme ça.

Tout ce qu'il y a en face de ce tsunami, ce sont des « éducateurs », hébétés par tant de violence, qui se font braquer ou molester en cours, filmés par des portables. Incapables de transmettre, incapables de se révolter, tentés par la démission ou le suicide mais leur préférant de confortables arrêts maladie, ils sont responsables de ce qui leur arrive. L'école publique doit faire face au séparatisme qui a remplacé le gauchisme mental. À nous, parents soucieux de l'avenir de leurs enfants, il ne nous reste plus, après avoir payé nos pour financer cette déréliction, qu'à payer une seconde fois l'enseignement privé pour essayer de sauver ce qui peut l'être dans l'instruction des générations futures.

Évidemment, on attend la réaction, forcément inflexible, de Pap Ndiaye. On y entendra nécessairement les mots « République », « fermeté », « valeurs », « vivre ensemble », « citoyen » et toute la kyrielle habituelle de lieux communs totalement creux. C'est justement cette France de carton-pâte que nos hôtes rejettent, cette France faible qui prétend n'être qu'une république, cette France idiote des cocoricos footballistiques et de la repentance mémorielle.

10378 vues

28 octobre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

23 commentaires

  1. Vous écrivez :  » l’abandon progressif du passé simple, après celui du subjonctif, la baisse vertigineuse du niveau en maths… » . Je crains que ces profs, ces fonctionnaires de l’Éducation Nationale et tous ceux qui par lâcheté, laxisme ou dogmatisme, concourent à l’acullturation des petits Français, quelle que soit leur origine, ne s’en mordent cruellement les doigts dans 30 ans.
    Le système de retraite que tout le monde défend bec et ongles, veut que ce soit les élèves d’aujourd’hui qui, par leurs cotisations, paieront les pensions des retraités de demain. Or si les élèves d’aujourd’hui n’acquièrent aucune connaissance, pour pouvoir valablement devenir des travailleurs et cotisants de demain, dans 30 ans qui paiera les retraites des sexagénaires de 2050 ? Il pourront toujours défiler et organiser des manifs de septuagenaires… et leurs anciens élève pour exiger une augmentation de leur RSA…

  2. J’avais prédit en juin 2017 qu’à la fin du mandat d’E. MACRON la France serait à genoux, à la fin du deuxième mandat imaginez dans quelle direction !

  3. OK, on sait tout cela. Le constat est fait depuis longtemps. Mais que va-t-on faire maintenant ? Là est le véritable question.

  4. Liberté, égalité et fraternité sont désormais obsolètes remplacés par Accueil, couardise et soumission.
    Nous sommes en France et non en République bananiere.
    Ceux qui veulent vivre leur religion n’ont qu’à le faire chez eux en privé ou retournent dans leurs pays respectifs.
    Mais nous sommes gouvernés par des trouillards qui achètent la paix sociale dont le tiroir des finances se vide un peu plus tous les jours. Loin de la réalité dans les grands bureaux d’état ils jouent aux donneurs de leçons et détruisent la nation France un peu plus chaque jour.

  5. Depuis plusieurs gouvernements des ministres nommés dans des secteurs sensibles ont été choisi de personnes issus de l’immigration, ce n’était pas un hasard.

  6. On a pensé naïvement que les concessions, les accommodements dits raisonnables favoriseraient le fameux « vivre ensemble ».
    Quel aveuglement.
    En réalité chaque concession a été perçue comme un recul, une capitulation qui a provoqué de nouvelles exigences.
    La France est moquée et méprisée pour sa faiblesse.
    Elle est vue comme un ventre mou dans lequel on rentre comme dans du beurre.
    Une France chétive et peureuse qui subit sans protester ni se défendre.
    Comment un tel pays pourrait-il être respecté.

  7. Il n’y a aucun replis identitaire chez les musulmans mais une attaque tous azimuts sur la France. Tous les moyens sont bons pour que les « vrais » musulmans soient visibles partout. C’est le début de l’offensive qui va atteindre son paroxysme d’ici un an, le temps que tout se mette en place. Si l’objectif est atteint plus rien ne les arrêtera, adieu à notre liberté. Pour moi le pire est à venir, car avec des nouveau-nés gardés par les fatmas à la maison, des grand-mères non francophones et refusant de l’être, venant du bled par le regroupement familial, ces dits nouveau-nés ont de fait pour langue maternelle l’arabe ou le turc. Est-ce que la langue française pilier de notre identité leur sera utile ? Non

  8. C’est fichu ,c’est mort ….Il fallait voter autrement et se réveiller plus tôt .Il ne nous reste que nos yeux pour pleurer .

  9. Nos zelistes martèlent chaque fois que les Religions sont néfastes à la démocratie, et citent la religion Chrétienne et Juive. C’est drôle, ils oublient l’Islam, comme s’est bizarre.

  10. N’oublions pas que nous représentons tout ce que ces gens détestent, liberté de pensée, libération de la femme, pluralité des opinions, droit au blasphème, etc. Le calendrier de ces gens est resté bloqué sur l’année 732 … plus précisément à Poitiers. Cela fait 1300 ans qu’ils attendent leur revanche sur Charles Martel … quand on dit que la vengeance est un plat qui se mange froid, pour les islamistes ce n’est pas une image, mais bien une réalité en passe de se réaliser.

  11. Nous, peuple français, l’avons voulu par notre indifférence, mollesse, tolérance et laxisme car nous avons mis nos valeurs civilisationnelles à la poubelle au nom du bonne ententisme à tout prix. Nous ne voulons pas regarder vers notre avenir. Trop d’effort. On préfère ignorer et gober la propagande pré digérée de nos médias/élites.

    1. Et nous continuons…Jusqu’à notre écrasement, puis notre disparition, aux cris de « padamalgam »,  » nous sommes coupables et eux victimes », etc.

  12. L’Etat et responsable de la situation catastrophique de l’école. Le niveau ne peut que baisser puisque les enseignants sont incapables d’instaurer une discipline à l’intérieur de la classe, condition indispensable pour transmettre du savoir.
    Aujourd’hui c’est les élèves de dix ans qui font la loi et c’est les profs qui la subissent; le monde à l’envers quoi!
    Il faudra impérativement donner plus d’autorité aux profs en leur permettant de pouvoir discipliner (avec l’administration) les élèves qui se conduisent mal ou de renvoyer ceux qui viennent avec des vêtements religieux…l’école n’est pas un souk.
    Mais pour que cela puisse se concrétiser, il faudra que l’Etat soit totalement derrière l’école et pas seulement en ce qui concerne l’aspect matériel.
    Ndaye, doit faire travailler un peu ces neurones pour trouver vite des solutions; il a du pain sur la planche

    1. Ce n’est pas une question de neurones mais de volonté et courage politiques et là, comme disait un certain humoriste, ya comme un défaut

  13. Pap Ndiaye scolarise ses enfants dans une école privée comme tant d’autres de ses confrères donc pour eux aucun problème et comme nous leur versons un salaire plus que confortable on peut même affirmer que ce sont nos impôts qui leur paie ces belles écoles .Et aujourd’hui de nombreux couples ont fait le choix d’un enfant unique pour pouvoir lui payer une de ces bonnes écoles privées .Par expérience je vous affirme qu’il n’y a pas photos c’est la meilleure chance de réussite pour les enfants .

    1. Excellente analyse, je crois même que ça doit être une école qui fleure bon l’appelletion d’une province de l’est pour laquelle des centaines de milliers de français ont donné leur vie en 1914 !

      1. La destruction de l’école publique était un objectif mené depuis plus de 40 années, de main de maître par l’oligarchie.
        Bravo. Quant au peuple il est égal à lui même et surtout à ce que l’oligarchie en a fait. Des Ânes amorphes, pas tous quant même. C’est un espoir.

    2. Mes petits enfants ont fait le choix de mettre leur enfant dans une maternelle catholique où il est enseigné toutes les valeurs que j’ai connues, y compris le vouvoiement, la musique, le sport… dans une ville moyenne gangrenée elle aussi par l’islamisme. Une amie très chère me racontait que ses enfants n’avaient eu de cesse de changer de primaire leur enfant qui, seul petit blanc (en fait eurasien) se faisait insulter chaque jour et surtout menacer de se faire décapiter… à 8 ans par d’autres enfants du même âge !

    3. Oui, mais si on ne fait rien pour encourager la démographie et laisser les vrais petits francais venir au monde, nous allons fatalement à notre perte. Plus nous serons nombreux, mieux nous pourrons nous défendre, et ke camp musulman le sait bien. Entre l’immigration et les naissances, ils auront vite fait de nous dominer et de détruire tout ce qu’ il reste de notre France.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter