« Ils avaient peur d’être accusés de racisme » : ces viols étouffés au nom du politiquement correct

peur

« Elles étaient violées tous les jours mais la police ne bougeait pas. » Un rapport de 173 pages qui dévoile enfin la vérité sur l’un des plus gros scandales d’abus sexuels au Royaume-Uni vient d’être rendu public. Commandée par la ville de Manchester, cette enquête indépendante révèle qu’entre 2004 et 2013, des dizaines de jeunes filles (au moins 47, selon le recensement effectué), issues des classes populaires blanches de Rochdale, ville ouvrière du nord-ouest de l’Angleterre, ont été violées à plusieurs reprises par des hommes d’origine pakistanaise dans leur très grande majorité. Pendant plusieurs années, les victimes ont été jugées peu crédibles et leurs agresseurs rarement inquiétés. Derrière cette inaction cruelle se cache une peur des forces de l’ordre et des autorités d’être taxées de racisme.

« C’était trop cher d’enquêter pour ces filles-là »

Interrogée par Le Parisien, une ancienne inspectrice de police, qui s’est battue pour faire éclater le scandale outre-Manche, résume : « [Ces jeunes victimes] ne valaient pas le coup. C’était trop cher d’enquêter pour ces filles-là. » Dès le début des années 2000, pourtant, les premiers faits d’abus sexuels à Rochdale commencent à être signalés aux autorités, mais rien ne se passe. Des adolescentes, parfois âgées de seulement 13 ans, se font violer dans l’arrière-boutique des restaurants ou dans des hangars sordides, certaines tombent enceintes et finissent par avorter dans l’indifférence la plus totale. Les rares voix qui s’élèvent sont rapidement réduites au silence. Comme l’explique Alex Deane, un essayiste britannique, au micro de GB News : « L’une des raisons pour lesquelles la police a si déplorablement échoué à faire son travail, c’est qu’ils étaient effrayés d’être associés au racisme. » Une analyse qui rejoint le témoignage de l’un des officiers de police expérimenté interrogé dans le cadre de cette enquête indépendante. « Je voulais que tous les chauffeurs de taxi d’apparence pakistanaise qui transportaient une jeune fille soit arrêtés [et contrôlés] », rapporte-t-il aux enquêteurs. « Combien de personnes ont été arrêtées, selon vous ? Aucune, finit-il par répondre. Je pense que les fonctionnaires de police de Manchester avaient trop peur d’être accusés de racisme en agissant ainsi. » Résultat : dix ans après les premiers abus, seuls neuf hommes avaient été interpellés et condamnés pour ces viols collectifs. Si d’autres arrestations ont, depuis, eu lieu, des victimes déclarent toujours croiser certains de leurs agresseurs dans les rue de Rochdale.

Cette inaction ne concerne malheureusement pas seulement Rochdale. Au Royaume-Uni toujours, à Rotherham et Telford, les mêmes scandales de viols collectifs ont éclaté après avoir été étouffés pendant plusieurs années, voire décennies. Dans ces deux communes, là encore, des milliers de fillettes britanniques issues de milieux modestes ont été droguées, battues, violées et même, dans certains cas, tuées par des gangs dont les membres étaient en grande partie originaires du Pakistan. Et là encore, le silence règne en maître. Comme le confie à l’époque du scandale un policier à propos de Telford à Valeurs actuelles, « il y avait une volonté chez une partie de la hiérarchie de ne pas stigmatiser les minorités ». Un haut magistrat va jusqu’à refuser de parler de l’origine des agresseurs. « Nous avons traité de cas similaires dans tout le pays, et l'origine ethnique des agresseurs varie selon les lieux [...] Leur origine ethnique est un fait. Elle ne définit pas les agresseurs. […] C’est une question de domination masculine », martèle le procureur contre ceux qui dénoncent un lien avec l’immigration.

Un fléau européen

Ces scandales britanniques font douloureusement écho aux viols commis dans la nuit du 31 décembre 2015 au 1er janvier 2016 à Cologne. Là encore, alors que près de 1.200 femmes avaient été agressées sexuellement en Allemagne cette nuit-là, les autorités ont pris leur temps avant de confirmer les faits. Il a fallu que la rumeur enfle pour que la police révèle que la majorité des agresseurs étaient originaires du Maghreb et arrivés en Allemagne à la faveur de la politique migratoire généreuse mise en place par Angela Merkel. En France aussi, les événements de Cologne ont été ignorés par une partie de la gauche et des féministes. Ces personnalités ont préféré gardé le silence plutôt que d’aller à l’encontre de leur doctrine du vivre ensemble, au mépris des femmes victimes de ces abus. Et depuis, le silence des féministes françaises sur les viols commis par des étrangers est assourdissant. Claire, violée par un migrant centrafricain sous OQTF, en témoignait encore récemment auprès de BV. « Je n'ai jamais eu un message de soutien des féministes. On nous parle de sororité, mais elles m'accusent d'instrumentaliser mon agression », dénonce-t-elle. Et malheureusement, une partie des médias tombe également dans cet aveuglement. Un seul exemple : en 2022, une femme d’une quarantaine d’années est violée à Nantes. France Bleu rapporte les faits. Dans une première version de l’article, le journaliste explique que les agresseurs présumés sont d’origine soudanaise. Quelques heures plus tard, l’article est mis à jour, l’origine des suspects a disparu.

Combien de victimes, encore, seront sacrifiées sur l’autel du politiquement correct ? Outre-Manche, à force de scandales, la classe politique - du moins, le gouvernement actuel - commence à ouvrir les yeux. Suella Braverman, ancien ministre de l’Intérieur, reconnaissait ainsi, en 2023, « la prédominance de certains groupes ethniques [parmi les auteurs de ces viols] » qui ont des « valeurs culturelles en totale contradiction avec les valeurs britanniques ». À quand une prise de conscience similaire en France dans les milieux féministes et médiatiques ?

Clémence de Longraye
Clémence de Longraye
Journaliste à BV

Vos commentaires

44 commentaires

  1. Ils ont quand-même bien réussi leur coup les indigénistes avec le surdéploiement du mot Racisme. C’est devenu une véritable intimidation de la pensée, le simple fait de décrire une personne est devenu raciste. L’extrême gauche blanche se sert de cette cause simplement pour ligoter la parole de la droite mais en pense tout autant qu’eux. Je vais vous dire une chose, j’assume pleinement avoir des préférences amoureuses, sentimentales ou sexuelles pour les personnes de sexe opposé à la mêle couleur de peau que moi. Ce n’est pas plus discriminant que de dire préférer les brunes aux blondes…

  2. Judith Godrèche qui ne cesse de nous faire pleurer avec ses viols « consentis » puisqu’elle a tout même vécu jusqu’à 20 ans avec son violeur devraient plutôt s’intéresser au sort de ces pauvres mineures qui, elles, loin d’être sous les feux de la rampe, ont enduré un calvaire au nom du « pasdalmalgame ».

  3. Cette horrible et malheureuse histoire était déjà connue mais silence car attention si on la révèle nous serons des racistes doublés d’islamophobie….. La vérité et la sanction et plus d’immigration, la Grande Bretagne l’a vécu , nous le « vivons » certainement en France aussi, pas nous certes, mais c’est la triste réalité pour ces malheureuses filles victimes de cette engeance…..

  4. Ces enfants ont été sacrifiés au nom de l’idéologie qui règne aujourd’hui en occident, contre l’avis des peuples.

    • Vous avez tout résumé en une phrase . L’idéologie nazie a tué en masse , l’idéologie communiste aussi , la prochaine fait déjà ses premières victimes . Pour utiliser une expression usité depuis des siècles je dirais  » qui ne dit mot sur ces horreurs consent  » .
      Hors les gauchistes et autres fils et filles à papa qui se disent anti fa sont même partie prenante et justifient cette horreur parce que cela ne concerne que les quelques sous prolétaires blanches qui ne peuvent échapper aux « joies du vivre ensemble » .

  5. J’ai vu le cas d’une fille qui a échappé de peu à un viol. Elle a donné une description détaillée de son agresseur qui a permis son arrestation rapide. Toutefois les policiers ont hésité et failli le laisser partir : la fille avait omis de préciser que c’était un noir de peur d’être taxée de racisme.

  6. Le politiquement correct, la peur d’être qualifié de rasciste , les féministes qui ferment leurs g…., cette gauche lâche qui complexe ses opposants, vous n’en avez pas assez ?
    Il y a incompatibilité pour de nombreuses ethnies à vivre à l’occidentale, ayons les tripes pour le dire à l’exception d’un petit nombre.
    Arrêtons l’aspirateur, n’ayons plus peur de renvoyer au pays, de dénationaliser s’il le faut de réformer cette justice laxiste majoritairement de gauche qui nous emmène au suicide et au lieu d’en faire appel à une migration hors UE
    mettons en place une politique de natalité, l’UE est dans une régression démographique catastrophique qui est que l’on le veuille ou non remplacée progressivement par celle de migrants à dessein pour ce qui est de l’aspect religieux pour certains; c’est tellement limpide qu’il faut vraiment être aveugle pour ne pas en prendre conscience.
    Tout cela ne risque pas au contraire, mais va finir très mal, il suffit de voir certains conflits sur notre territoire entre migrants d’ethnies différentes qui, ils le disent eux mêmes de vivent pas de la même façon, bizarre non?

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois