Culture - Editoriaux - Musique - 20 juin 2019

Il y a rap et rap : quand Fianso nous fait regretter le temps béni de JoeyStarr !

Décidément, le rap n’est plus ce qu’il fut et le respect du client se perd. Ainsi Fianso – Sofiane, en verlan –, nouvelle coqueluche des jeunes, vient-il d’administrer la preuve du mépris en lequel il tient un public qui, pourtant, le fait vivre.

Ce samedi dernier, invité au festival Ivry-en-Fête, Sofiane Zermani n’aura donc pas exactement mis le feu au dance floor, pour reprendre l’expression consacrée. Philippe Bouyssou, maire communiste d’Ivry-sur-Seine et « friendly » de tout un tas de choses, fait ici preuve d’un franc-parler des plus rafraîchissants en déclarant au Parisien, à propos de cette prestation « De la merde ! Fianso a confondu concert et showcase. […] Il nous a volé du temps en jouant cinquante minutes au lieu d’une heure trente. Par ailleurs, il n’a pas eu une attitude terrible avec le public et joué trois fois la même chanson, « Mon p’tit loup ».

Résultat ? Le cachet de l’artiste sera « diminué de 10 % ». Sur sa page Facebook, l’édile confie, en revanche, à propos de l’humoriste Jamel Debbouze, lui aussi à l’affiche : « Je le remercie […] pour son humanité et sa générosité. Il m’avait confié à sa sortie de scène ses doutes sur sa prestation qu’il ne jugeait pas à la hauteur de l’enthousiasme du public. Il m’a indiqué tout de suite qu’il ne souhaitait pas percevoir le cachet qui devait lui revenir. »RNB, journal on ne peut plus râpeux, je couvrais un concert parisien de Jay Z, rappeur américain autrement plus professionnel que notre Fianso hexagonal. JoeyStarr, menant alors le collectif BOSS, ouvrait les hostilités. Voilà ce que j’en écrivais alors : « Tour de chauffe avec BOSS. Belle énergie et désir de bien faire : le show de JoeyStarr est bref, mais intense. Pourtant, serait-ce lui faire offense que d’avouer qu’il n’est pas tout à fait au point ? Non, évidemment… Car la diction est parfois approximative, tout autant que les chorégraphies. Un peu énervé d’ouvrir pour les Ricains, le Joey… D’où cette sortie, un brin chauvine : “D’accord, ils vont vous servir un bon show après. Mais quand même, on est en France, on est entre Français !” »

Mon directeur d’alors, ignorant ma véritable identité, un peu comme les super-héros, avait laissé passer ma prose raide comme balle, ignorant sans doute la portée métapolitique, pas tout à fait évidente au premier chef, j’en conviens volontiers, de l’affaire.

Tout cela pour dire, que le jeune Fianso a encore beaucoup à apprendre de ses illustres aînés ; dont ce bon vieil oncle Joey, bien sûr.

PS : JoeyStarr a sorti une biographie en deux livres, Mauvaise Réputation et Le Monde de demain, rédigés à quatre mains avec Philippe Manœuvre, ancien grand manitou de Rock & Folk. C’est vraiment à lire pour comprendre ce qu’a pu être un certain rap français, au-delà des clichés colportés par la gauche extrême et la droite énervée.

À lire aussi

Entre Iran, USA et Arabie saoudite, que nous réserve cette nouvelle guerre du pétrole ?

Les rebelles yéménites houthis revendiquent le bombardement, par drones interposés, d’inst…