« Un bon flic est un flic mort. » Tel est le tag qui a été découvert sur le mur de la gare, à Villefranche-sur-Saône, près de Lyon, le jeudi 22 avril, veille de l’assassinat de Stéphanie Monfermé dans le commissariat de Rambouillet.

Une enquête a été ouverte, pour la forme, mais le slogan est (affreusement) banal, un grand classique de l’ultra-gauche. Pour s’en convaincre, il suffit d’aller sur la petite boutique en ligne www.ni-dieu-ni-maître.com, commercialisant « T-shirts militants et vêtements éthiques » (sic) et ayant pignon sur rue, tant le Net que sur Facebook, dont les pudeurs sont décidément à géométrie variable. La phrase apparaît comme un must have – c’est comme ça qu’on dit, dans la mode – floqué sur un tee-shirt proposé dans toutes les couleurs, à la rubrique «  ACAB », affichée benoîtement et sans complexe, comme d’autres ont l’onglet « collection printemps-été ».

Sur ce site, on trouvera d’ailleurs un vaste choix de produits « engagés », offrant mieux qu’un long essai sociologique une synthèse de toute la gauchosphère dans ses diverses composantes : « antifa & antiracisme, féminisme, athéisme, Black Lives Matter, LGBTQ+, Environnement, Contre la guerre, Vegan & Libération animale… avec, en sus, un rayon « humour » édifiant : on pourra y acquérir à prix modique le T-shirt « Va te faire cuire un keuf », au-dessus d’un pictogramme de voiture en flamme. Spéciale dédicace, sans doute, aux frères Bernanos… qu’est-ce qu’on rigole, n’est-ce pas ? Mais que l’on se rassure, c’est bien précisé tout en bas : chaque t-shirt est garanti « 100 % Vegan par PETA, non testé sur les animaux ». Faire cuire un keuf, oui. Faire cuire un steack, non.

Pourquoi vous parler (sinistres) chiffons, aujourd’hui, alors qu’un policier, jeune père de famille, vient d’être tué à Avignon ? Car cette phrase, ou son symétrique, irrigue en réalité de façon inconsciente tous les esprits : ce jeune policier est mort, on se répand en louanges. Gérald Darmanin – autrement appelé, sur les réseaux sociaux, Monsieur-je-condamne-avec-la-plus-grande-fermeté – est accouru aussitôt sur place pour lui rendre hommage, il évoque « un soldat » de la guerre face à la drogue, « mort au combat, en héros ». Un flic mort est un bon flic. Toujours. Il en va autrement, hélas, du flic vivant.

Que se serait-il passé si, ayant riposté, ou si l’un de ces collègues ayant riposté – et qui peut être sûr que le climat ambiant n’a pas fait, consciemment ou non, hésiter l’un d’entre eux durant une demi-seconde fatale ? -, l’agresseur avait été tué avant d’avoir lui-même tué ? Combien d’émeutes dans les quartiers, d’indignations surjouées, de manifs anti-flics, de témoignages jurant que feu le dealer était doux comme un agneau, de déclarations politiques embarrassées soutenant les forces de l’ordre comme la corde soutient le pendu ?

6 mai 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

4.9 14 votes
Votre avis ?
95 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires