Editoriaux - Immigration et diversité - 19 décembre 2019

Fabien Bouglé : « C’est l’absence d’information sur l’installation de ces migrants à Versailles de la part du maire qui pose problème »

Réaction de Fabien Bouglé, conseiller municipal de , à l’installation de dans le club de bridge de Versailles, dans un quartier enclavé de la ville. Il pose les questions de l’insécurité, de l’hygiène et de la transparence de cette décision. Plus généralement du statut de ces : véritables réfugiés politiques ou pas ?

Le 12 décembre dernier, à l’issue du conseil municipal de Versailles, vous avez appris que des migrants allaient être installés dans les locaux du cercle versaillais de bridge.
Qu’est-ce qui vous gêne ?

Nous sommes surtout gênés par le manque de transparence de la municipalité. À l’issue de ce conseil municipal, nous n’avions pas d’information sur le sujet. Nous ne connaissons ni le nombre ni le statut des personnes concernées. Nous n’avons aucune information concernant la sécurité et les conditions de vie d’installation des personnes accueillies. Dans cette municipalité, c’est toujours le même problème. Nous n’avons aucune information et nous sommes informés au dernier moment. Le maire prend des décisions sans aucune concertation avec les élus.

Le maire est-il au courant ou n’a-t-il vraiment pas les détails de l’installation ?
Tout cela se décide-t-il au niveau préfectoral ?

Il n’est peut-être pas informé en effet. Dans ce cas, il est quand même surprenant que le maire d’une ville ne s’informe pas de ce qu’il se passe sur sa commune. En revanche, sur son territoire il y a quand même la libre administration des collectivités territoriales. Ce local municipal a été réquisitionné par la préfecture.
Ou alors il est informé et il ne donne pas d’informations sur le sujet. Lorsqu’on fait de la rétention d’information, cela donne à la population le sentiment qu’il y a quelque chose à cacher. C’est ce que nous dénonçons dans cette affaire. Nous voulons savoir exactement ce qu’il en est. Le fait que ce soit caché montre qu’il y a un souci. En termes de sécurité publique et à l’égard des personnes accueillies, nous voulons que les choses soient claires. En tant qu’élu de Versailles, j’attends du maire sortant de Versailles une grande transparence sur le sujet.

Pour ceux qui ne connaissent pas Versailles, il faut savoir que l’allée des Mortemets où est situé le cercle versaillais de bridge est dans une enclave. Elle est du côté du parc de Versailles. Il y a peu de lieux de vie à cet endroit-là. C’est surtout un grand site touristique.
Vous déclarez dans votre communiqué que cela risque de poser des questions en termes de sécurité. Pouvez-vous nous en dire davantage ?

L’allée des Mortemets est un lieu assez délabré. En termes de condition de vie, ce n’est vraiment pas terrible. Aucune condition d’hygiène ne permet d’accueillir des réfugiés dans de bonnes conditions et encore moins des familles.
Si ce sont des réfugiés économiques qui viennent de Paris et en particulier de lieux connus comme la montagne du crack, les conditions de sécurité sont extrêmement importantes.
Quelle mesure de sécurité sera prise pour augmenter les conditions de sécurité ?
Comment allons-nous contrôler l’accès du parc, alors que le lieu d’accueil de ces personnes sera installé à l’entrée du parc de Versailles ?
Il y a quelques jours, cinq individus ont volé un téléphone portable à des touristes dans le parc de Versailles. Allons-nous assister à une augmentation de l’insécurité dans le parc du château de Versailles ?
En tant qu’élus de Versailles, nous sommes vigilants sur la sécurité publique et la sécurité de nos concitoyens. L’absence d’informations sur ce thème a fait que nous avons saisi en urgence le préfet des Yvelines.

Vous n’êtes pas spécialement opposé à l’installation de ces migrants, mais vous demandez davantage d’informations…

Nous sommes favorables à l’accueil de véritables réfugiés politiques qui fuient un État totalitaire. En revanche, si ce sont des migrants économiques qui sont instrumentalisés par des passeurs et des réseaux mafieux, nous nous y opposerons formellement.

À lire aussi

Fabien Bouglé : « L’éolien ne répond pas au remplacement possible du nucléaire et crée de graves problèmes »

Imprimer ou envoyer par courriel cet articleÀ l’occasion de la publication de son li…