Editoriaux - Justice - Politique - 11 avril 2019

Exclusif ! Un nouveau complot lepéniste déjoué ?

L’heure est grave et la République en danger. Certes, il y a les incidents du Bataclan et de Charlie Hebdo, les problèmes rencontrés par le père Hamel et le gendarme Beltrame, sans oublier quelques autres faits divers de même acabit. Mais allons plutôt à l’essentiel : ces ennemis de la démocratie et de la bonne humeur qui, dans l’ombre, fourbissent leurs funestes projets ; au premier rang desquels, évidemment, un certain Jean-Marie Le Pen.

Rappelons les faits : lors de l’incendie ayant ravagé son nid d’aigle de Rueil-Malmaison en janvier 2015, les pompiers, n’écoutant que leur courage insensé et les voix humanistes les appelant, en leur for intérieur, à discerner les véritables périls, ont donc, au lieu d’éteindre les flammes, déniché une arme de destruction massive dans le repaire de l’infâme. Soit un fusil de chasse que son épouse tenait de son premier et défunt mari. Déjà, ces premières preuves sont accablantes.

Mais c’est ensuite qu’elles deviennent irréfutables. Lors d’une perquisition dans le Parc de Montretout, relative à des « emplois fictifs » présumés au Parlement européen, d’intrépides policiers font une découverte autrement plus alarmante, celle de deux armes de poing. La possession de la première est parfaitement légale – en tant que personnalité menacée, l’ogre de Saint-Cloud détient un port d’armes. Celle de la seconde est encore plus intrigante, ayant paraît-il été offerte par un ancien patron des services de renseignement français. D’ignobles subterfuges qui, heureusement, ne trompent personne.

Quoi qu’il en soit, voilà bien la preuve que le complot est fort de ramifications tissant leur toile dans un filet remontant au plus haut sommet de la tête de l’État. Une chance que les autorités judiciaires, garantes de nos institutions, n’aient pas hésité à convoquer le factieux avant qu’il ne soit trop tard, ce jeudi 11 avril. Il va sans dire que le présumé coupable ne s’est pas rendu à la convocation, croyant peut-être à un tardif 1er avril relayé par les réseaux médiatico-ploutocratiques. Un indice de plus. Bref, l’étau se resserre et les ennemis du vivre ensemble n’ont plus qu’à bien se tenir.

À l’heure où ces mots sont mis en ligne, d’autres arrestations du proche entourage lepéniste ne sauraient tarder. Son attaché de presse aurait été surpris avec un coupe-papier et son jardinier avec un sécateur. Quant à Jany, son épouse et âme damnée, elle devrait tôt s’expliquer de la possession illégale d’une pince à épiler et d’un fer à friser. Le complot semble donc avoir pour le moment avorté, étouffé dans l’œuf par des juges courageux et des forces de l’ordre prêtes à tous les sacrifices pour préserver la quiétude de notre démocratie apaisée.

Heureusement que ces « belles personnes » veillent, dans l’ombre, face aux menées sournoises de ces forces ténébreuses, immanquablement promptes à téléguider des coups bas venus de haut. En attendant, il paraît que prisons et tribunaux seraient surchargés. Encore une « fake news » visant à nous faire perdre de vue l’essentiel : la sauvegarde du vrai et du beau, du bon et du bien. Et c’est aussi pour ça que nous pouvons nous montrer si fiers d’être Français en France.

À lire aussi

Élections anticipées : le quitte ou double de Matteo Salvini

Mais pourquoi renverser la table, à quelques semaines de la rentrée politique ? …