Alors que le projet de loi est toujours en discussion à l’Assemblée, une publication scientifique très intéressante vient de sortir. Elle démontre l’existence d’un lien entre les phénomènes El Niño, La Niña et les cycles solaires.

El Niño est un phénomène qui se traduit par un réchauffement des eaux de surface de l’océan Pacifique équatorial. Ce réchauffement n’a rien d’anodin car il a généralement pour conséquences de dérouter les cyclones tropicaux, de déplacer les zones de précipitation et, donc, les sécheresses. On attribue, par exemple, au El Niño de 1983 les pluies diluviennes qui se sont abattues sur l’Équateur et le Pérou durant six mois. Les années 1982-83, 1997-98 et 2014-16 ont été marquées par de puissants El Niño qui ont fait grimper la température globale de la planète.

À l’inverse, le phénomène La Niña se traduit par un refroidissement des eaux de surface de l’océan Pacifique équatorial. Les anomalies qu’il entraîne sont moins importantes que celles consécutives à El Niño, mais il se traduit souvent par des températures plus fraîches en et des chutes de neige abondantes sur le nord-est du continent américain, comme ce fut le cas cette année. Depuis 2020, l’océan Pacifique est sous l’influence d’un phénomène La Niña.

Il s’avère que des chercheurs du National Center for Atmospheric Research (NCAR) sont arrivés à démontrer l’existence d’une forte corrélation entre le basculement de ces phénomènes et un cycle solaire de 22 ans. Ce cycle est lié à la polarité magnétique du Soleil, qui est en lien également avec l’apparition des taches solaires qui régissent les cycles bien connus de 11 ans. Ces cycles se caractérisent par ce qu’ils ont appelé des « événements terminaux » et ils se sont rendu compte, avec des données de température de surface de l’océan Pacifique tropical remontant jusqu’à 1960, que ces « événements terminaux » coïncident avec le basculement d’un phénomène El Niño vers un phénomène La Niña. Ils ont ainsi pu expliquer les cinq dernières bascules.

Cette information peut vous paraître anodine, mais elle démontre une fois de plus les liens étroits qui existent entre le climat de notre planète et l’astre qui a permis de la rendre habitable. Il faut savoir, de plus, que les modèles de prévision climatique du GIEC ignorent l’influence du Soleil. Ils s’attachent uniquement à la puissance de son rayonnement, dont ils considèrent les variations comme négligeables. Seule compte l’augmentation du taux de gaz carbonique (CO2) atmosphérique, qu’ils imputent principalement à la consommation des énergies fossiles. Ce sont ces modèles qui guident les politiques climatiques européenne et française.

Alors qu’il est question d’introduire dans l’article 1er de la la phrase suivante : « La République garantit la préservation de l’ et de la biologique et lutte contre le dérèglement climatique », je vous laisse juge de la folie qui se cache derrière tout ça.

14 avril 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 10 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

4.4 5 votes
Votre avis ?
37 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires

À lire aussi

Les dessous du sommet sur le climat de Joe Biden

Même Xi Jingping s’y est mis, annonçant prudemment l’objectif d’une neutralité carbone d’i…