Le gouvernement s’est donné la possibilité de prolonger le jusqu’à l’été. Si l’épidémie poursuit sa décrue, selon Gabriel Attal, trop peu de personnes sont encore vaccinées.

 

Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement, a déclaré, ce 13 octobre, que le gouvernement se « laisse la possibilité » de prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’à l’été.

« Nous devons garder à notre disposition des mesures de freinage qui ont sauvé des dizaines de milliers de vies, nous devons pouvoir les activer à tout moment », affirme-t-il.

Pour Olivier Véran, le ministre de la Santé, la vaccination est encore trop faible : 12 % des Français ne sont toujours pas vaccinés.

« On doit rester vigilant, on doit continuer à pousser la vaccination pour ceux qui ne l’ont pas encore reçue et nous y arriverons », affirme-t-il à France Info, quitte à prolonger le passe sanitaire.

 

Contesté

Ce projet est cependant contesté par l’opposition. Notamment pour une raison simple : il va au-delà de l’élection présidentielle.

Or, cela permettrait à la majorité d’éviter le débat sur le passe sanitaire, qui fait rage depuis l’été, lors de la campagne.

« Il n’est pas question de donner un blanc-seing jusqu’au 31 juillet 2022 », a annoncé à France Info, qui dénonce « une atteinte aux libertés individuelles et collectives ».

En outre, le Parlement n’a pas été consulté et la contestation se ferait en février 2022, soit une date très proche de l’élection présidentielle (prévue les 10 et 24 avril 2021).

« Le porte-parole du gouvernement annonce une prolongation du #PassSanitaire  Je vous rappelle Monsieur @GabrielAttal que nous sommes le Parlement, représentants des Français, et qu’une telle décision exige, dans une démocratie, l’avis du Parlement », avait tweeté, fin septembre, le sénateur Alain Houpert.

Le projet de loi a été présenté, ce mercredi, en Conseil des ministres. Il sera examiné dans les prochaines semaines par les parlementaires.

13 octobre 2021

Les commentaires sont fermés sur cette publication.