Editoriaux - Histoire - International - Religion - Table - 25 septembre 2017

Esclavage : si le CRAN avait un peu de cran, voilà ce qu’il devrait dénoncer

L’hystérie actuelle sur l’esclavage, le déboulonnage de statues, la mise au pilori de figures majeures de notre histoire comme Colbert – tout en épargnant d’autres, car il est des intouchables – appelle nombre de réponses.

Je ne reviendrai pas sur celles qui ont été faites d’excellente manière, soit au nom de l’anachronisme historique, soit au nom des œillères qui empêchent de voir que traite et esclavage ont été pratiqués par d’autres que les Européens, et bien plus longtemps, et que l’Afrique elle-même non seulement pratiquait mais trafiquait, vendant aux Européens qui n’entraient pas sur le continent. Rappelons-nous Mme Taubira déclarant qu’il ne faut pas trop évoquer la traite négrière arabo-musulmane pour que les « jeunes Arabes » “ne portent pas sur leur dos tout le poids de l’héritage des méfaits des Arabes”. De fait, on n’a jamais vu la Turquie ni aucun pays musulman exprimer des regrets pour l’esclavage des hommes et femmes et la castration imposée à beaucoup.

Or, dans Les Échos du 19 septembre est commenté le rapport commun de l’Organisation internationale du travail (OIT) et de la Walk Free Foundation, présenté au Sommet des Nations unies à New York. Il montre qu’aujourd’hui, 40 millions de personnes sont esclaves et les femmes sont les premières victimes. Les pays d’Afrique (y compris l’Afrique du Nord, Mauritanie et Algérie) sont les plus représentés ; en Asie, certaines régions, de même qu’en Amérique et au Proche-Orient.

Ajoutons que plus de 150 millions d’enfants sont forcés de travailler. S’attaquer à l’esclavage moderne est bien plus difficile que de jouer avec la culpabilité des anciens pays colonisateurs : le CRAN ne s’intéresse donc qu’à l’esclavage passé et entretient la victimisation des communautés en réclamant réparations, excuses et mea culpa permanent.

Cet esclavage moderne, évidemment, n’est ni assumé ni contrôlé par aucun « code noir » ou code d’aucune sorte, ce qui permet à Mme Taubira, interrogée naguère sur la question, de se défausser négligemment : puisque ce n’est pas reconnu ni nommé, on ne peut rien faire (autrement dit, si je ne prononce pas le mot « esclave », je n’ai pas d’esclave et on me laisse en paix).

Les femmes sont les premières concernées – domestiques, ouvrières et prostituées (la catégorie la plus représentée en Europe) – et rien n’est plus sinistre que le dressage de ces malheureuses, enlevées ou attirées par des invitations aussi fallacieuses que séduisantes. Les féministes préfèrent réclamer la suppression de « mademoiselle », se battre sur des questions subalternes mais payantes en termes de publicité (comme la grammaire) plutôt que de regarder en face la condition réelle des femmes dans le monde. De même pour les enfants, que le rapport désigne comme victimes du travail forcé, du mariage forcé, de la prostitution aussi. On revendique à grands cris dans notre pays la PMA et la GPA et les droits des homosexuels, trans et autres victimes autoproclamées et, ce faisant, les persécutions véritables sont balayées sous le tapis, en particulier quand elles ont lieu dans les pays où règne la charia.

Sans aller si loin, quand on entend un (futur) ministre, Mme Schiappa, expliquer benoîtement à propos de l’interdiction du voile dans une lettre ouverte à Manuel Valls, en 2014 : “L’article 1er de la loi de 1905 prévoit que la République “ne reconnaît, ne salarie, ne subventionne aucun culte”. Ni plus ni moins. Interdire le voile c’est reconnaître le voile comme signe religieux, donc reconnaître une religion, interdire le voile à l’école est donc contraire à la loi de 1905”, on comprend que la condition féminine n’est pas près de s’améliorer pour toutes.

À lire aussi

De nouvelles précieuses s’en prennent au dictionnaire

Des femmes, des universitaires solidement titrées, ont entrepris de rebaptiser les différe…