Pour contrer le projet d’installation de 110 migrants dans un quartier résidentiel contigu à une école élémentaire, des habitants de Saint-Brevin-les-Pins qui se sont regroupés dans le Collectif de préservation de l'école de la Pierre Attelée" multiplient les manifestations depuis le mois de septembre. Le 6 janvier, ils ont adressé une lettre ouverte au préfet de Loire-Atlantique pour l'alerter sur les graves dangers qui pèsent sur leur sécurité. Une affaire qui en rappelle une autre, celle de Callac, où les opposants au projet de création d'un centre de migrants viennent d'obtenir gain de cause.

Boulevard Voltaire, qui suit de près le déroulé de l'affaire, a interrogé Marc Troissant, membre du collectif.

Sabine de Villeroché. Le projet d’installation de 110 migrants à Saint-Brevin est-il toujours d’actualité ?

Marc Troissant. La construction des bâtiments est en cours sur un terrain qui empiète en partie sur l’école et sur le centre de loisirs pour enfants. Après avoir épuisé les recours juridiques, notre collectif continue à lutter : manifestations, tractages, rencontre des élus, des parents d’élèves, participation aux conseils municipaux, publications dans la presse et, en prévision, opération banderoles, etc.

S. d. V. Quelle est l’attitude de la mairie face à la mobilisation des opposants au projet ?

M. T. Le maire refuse tout entretien avec notre collectif et tout dialogue avec ses opposants. Il affirme que ce centre verra le jour quel que soit l’avis des Brévinois. Etrangement, ce maire divers droite est soutenu dans ce projet par l’extrême gauche : pour exemple, deux députés de la NUPES sont venus se joindre aux partisans inconditionnels du CADA pour contrer notre manifestation du 11 décembre dernier.

S. d. V. Pourquoi aujourd’hui s’adresser au préfet de Loire-Atlantique ?

M. T. C’est le préfet qui a demandé un lieu pour installer le CADA (centre d'accueil de demandeurs d'asile). Notre maire s’est empressé de proposer ce site. Notre rôle est de mettre le préfet devant ses responsabilités en l’éclairant sur la réalité du terrain : promiscuité avec les enfants, en période scolaire comme en période de vacances, impact sur un site naturel sensible, mauvaises conditions d’accueil des demandeurs d’asile, mécontentement des Brévinois. Seul le préfet a le pouvoir de porter un coup d’arrêt aux travaux.

S. d. V. Dans sa lettre, le collectif dresse la liste des victimes d’exactions récentes de migrants en France et en Europe : égorgements, viols et violences, allant jusqu'à dénoncer une « délinquance migratoire systémique » : dans quel but ?

M. T. Nous sommes concernés par la sécurité des personnes et des biens. Or, comme le dit un vieil adage, « les mêmes causes produisent les mêmes effets ». Nous invoquons le principe de précaution. De plus, dans le cas de Saint-Brevin, toutes les mauvaises conditions se trouvent réunies : proximité de nos enfants, toute l’année ; quartier isolé et peu surveillé* ; localisation dans une forêt fréquentée notamment par les joggeuses ; fort risque d’incendie du site ; absence de moyens de transport ; isolement social ; absence de structure de soins à proximité ; exiguïté des logements prévus et difficultés à trouver des personnes pour s’occuper des migrants (une centaine de bénévoles en 2016*, moins de 10 aujourd’hui). La vraie question est donc : pourquoi les choses se passeraient-elles bien alors que tous les ingrédients sont réunis pour qu’elles se passent mal ?

Si même l’ancien préfet de Paris Didier Lallement a déclaré « La réalité est que pour ne pas devenir délinquant après être arrivé en France dans des situations chaotiques, vous devez être un saint » (le 7 novembre 2022 sur BFM TV), comment imaginer qu’aucun délit ni trafic de quelque sorte que ce soit ne viendra nous nuire, étant donné le contexte évoqué ci-dessus ?

S. d. V. L'abandon du projet d'accueil de migrants à Callac (70 familles issues du continent africain) vous inspire-t-il ?

M. T. La preuve est faite que lorsqu’on se bat avec détermination à l’échelon local, on peut inverser le cours des choses. Avec l’aide du Ciel, nous obtiendrons nous aussi la victoire contre ce projet aberrant.

 

Notes de la rédaction

*en 2004 à Saint-Brevin, un enfant, Jonathan Coulom, a été enlevé dans une colonie de vacances proche de l’emplacement prévu pour le futur CADA, preuve, pour Marc Troissant, « que ce quartier isolé est propice à des délits qui peuvent passer inaperçus et qu’il est imprudent d’installer un centre pour adultes, quelle que soit l’origine de ces derniers, à proximité directe et avec vue plongeante sur un établissement pour enfants. Il s’agit d’assurer la protection des mineurs. »

*un centre d'hébergement pour migrants a déjà été implanté en 2016 dans le centre de Saint-Brevin. Il accueille « une vingtaine de jeunes hommes inoccupés qui font du foot toute la journée », selon des témoins (voir notre article du 29 septembre 2022 dans ces colonnes).

8789 vues

12 janvier 2023

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

28 commentaires

  1. Bonne chance au collectif. Les raisons invoquées sont crédibles néanmoins je doute que le préfet bloque la construction car cette catégorie d’administrateur vit dans sa bulle et papiers. Si sa résidence était au coin de la rue et son enfant à cette école………………….

  2. Le mozart donne tous les jours un coup de pelleteuse supplémentaire pour enterrer le pays et les de souche avec , ce qui est inquiétant c’est l’anesthésie dont est frappée la population .

  3. Sur France Inter le chroniqueur politique qui réussit l’exploit d’être encore plus haineux envers la droite que son prédécesseur, ce qui est un exploit, déplorait l’abandon du projet et y voyait bien entendu une victoire de l’extrême droite et des forces de la réaction. Si un certain nombre de partis ou organisations à droite se sont effectivement mobilisées contre cette absurdité, ce succès n’aurait certainement pas été possible sans l’hostilité d’une bonne partie de la population locale dans une région où les partis dits d’extrême droite sont très minoritaires. Ce genre de réaction des médias progressistes, France Inter en tête, traduit une fois de plus le mépris du peuple.

  4. Il faut faire intervenir le journaliste Gilles Bouleau, au risque de me tromper il lançait hier sur son jt le sujet des prix de l’immobilier sur la côte en Bretagne et ça augmente, et c’est plus possible etc. et un local explique que c’est à cause des nombreux arrivants qui ont des secondes résidences, il y a trop de gens ici etc etc ahahaha ! Tout le monde est concerné, il faut appeler Gilles !

  5. Le role essentiel de l Etat est d assurer la securite de ses citoyens.
    L Etat Francais ezt totalement défaillant dans ce domaine.
    Il ne fallait pas voter pour Mr Macron

  6. Le role essentiel de l Etat est d assurer la securite de ses citoyens.
    L Etat Francais ezt totalement défaillant dans ce domaine.

  7. Tant qu’on n’aura pas mis Soros hors d’état de nuire, il utilisera ses assoces pour « faire pression » sur tous les gouvernements et collectivités locales.

    1. Soros, le monstre haineux qui veut mettre le chaos en Europe ! Ce traître qui inonde de son fric maudit les ONG.Mais attention les naîfs, la tuberculose arrive à grands pas véhiculée par les migrants .Un médecin de La Salpetrière en a parlé très récemment .Il a dit que le BCG était inefficace On cherche un nouveau vaccin
      Avis aux bobos islamistes .

  8. Bravo et soutien total …luttez comme à Callac ..les bretons ne cèdent jamais ..c’est dans nos gènes ..

  9. Le principe de précaution est constitutionnel, rappelons le. Et l’insécurité des citoyens Français est le résultat de l’immigration actuelle. Le principe de précaution devrait donc interdire l’immigration telle que nous la subissons. Alors, que faire ? Retirer ce principe de la Constitution, ou attendre que le dernier Français de souche ait été poignardé ?

  10. A coté d’une école et d’une forêt où il ya des jongleuses …ce maire doit vivre sur une autre planète .
    Battez vous ….C’est invraisemblable .

    1. « joggeuses » ( prononcer « gueu »)=dames ou demoiselles qui courent dans les bois parce que c’est le sport le moins cher – juste une paire de chaussures à l’année – ; mode lancée par les californiennes pour maigrir dans les années 80-90 en réaction au laisser-aller baba cool d’après 68 et parce que salle de gym, équitation et tennis étaient trop rares ou trop chers .CQFD

  11. La vie est injuste.
    Ils avaient pourtant bien voté ces braves gens de Callac en donnant une large majorité à Macron.
    A Saint-Brevin-les-Pins, 2 électeurs sur 3 ont choisi le « Mozart de la finance ».
    Ils ont fait leur choix. Qu’ils en assument les conséquences, et en silence.

    1. Oui, mais ma théorie sur la question est de savoir si les électeurs sont capables comme on dit juridiquement. Bien des gens votent contre leurs intérêts sans le savoir et en gros, je dirais que trop de crétins votent pour des idiots, idiots qui devraient passer un examen de niveau politique avant de se mettre sur les listes. ( Et les électeurs devraient passer un test avant d’entrer dans l’isoloir, test qui permettrait de comparer les demandes et les résultats).

    2. Vous êtes à côté de la plaque. Il ne s’agit pas de savoir si à Callac on a bien ou mal voté. Cette question concerne la France entière. Arrêtons de nous manger le nez. C’est le moment d’être unis.

  12. On ne peut qu’être contre cette installation à proximité d’une école. L’état dispose de terrains militaires désaffectés , ne pourraient ils pas accueillir ces demandeurs ? Rien n’oblige à ce que ces centres d’accueil soient à proximité immédiate d’une ville. Nous savons tous que le droit d’asile est devenu un moyen déguisé, d’une immigration que nous ne sommes plus en mesure d’intégrer. Des demandeurs qui viennent souvent de pays de culture totalement différente comme l’Afghanistan , où la femme n’est qu’un sous être humain .

    1. « L’état dispose de terrains militaires désaffectés , ne pourraient ils pas accueillir ces demandeurs ? » Et pourquoi, après tout, devrions-nous héberger tous les « demandeurs » qui se pointent chez nous sans nous demander au préalable si nous sommes d’accord pour les accueillir ? Nous savons pertinemment que ça se passera mal.

  13. Ah elle est belle la France Européenne, nos hommes politiques n’ont mis que quatre décennies pour détruire notre société, les droits de l’homme tout comme la démocratie ne sont que des concepts élaborés pour donner aux quidams l’espérance de justice et de liberté.

  14. Essayez donc d’aller titiller les corses. Le climat y est agréable les gens accueillants, les belles plages. Tout est favorable à l’installation d’une telle structure.

  15. Bravo à ces personnes courageuses et déterminées ;
    Les projets délirants et dangereux de quelques idéologues perturbés sont vraiment révoltants ;
    Et que dire d ‘ un maire qui n ‘ hésite pas à agir contre l ‘ avis de ses administés ?
    Une grande majorité de Français s ‘est largement prononcée contre ce genre d ‘ immigration , il serait peut être temps
    d ‘ en tenir compte ;
    Souhaitons la même issue victorieuse à St Brévin …

  16. Mais comment ça Marc, vous ne voulez pas que les enfants de Saint Brévin bénéficient de l’enrichissement qu’apportera ce voisinage? L’apprentissage de langues étrangères, les riches échanges avec ces futurs diplomés, médecins ingénieurs…., Vous ne voulez pas que les enfants en soient réduits, comme à Paris 18è, à être accompagnés par la police pour se rendre à l’école? Et vous ne trouvez pas sympas que les joggeuses qui s’entrainent dans le parc voisin puissent trouver de la mâle compagnie en tout bien tout honneur?? Allons….Quel égoïsme ….

  17. Bravo soutien total , ne lâchez rien .Et surtout bel exemple à suivre partout en france . L’état a le devoir d’assurer notre sécurité et il est défaillant , à nous de prendre les choses en mains .Trop de victimes innocentes ont payés de leurs vies il faut que cela cesse .

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter